Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: drogue

  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682

    drogue

    1)le cannabis est une drogue douce et sans danger .


    La dangerosité pharmacologique du cannabis est désormais scientifiquement prouvée, indépendamment du comportement du consommateur. Le principe psychoactif principal du cannabis est le delta 9 tétra-hydro-cannabinol (THC) (1). C’est un hallucinogène quoique moins puissant que le LSD (2). Cette molécule toxique se fixe sur les récepteurs des cellules cérébrales et en perturbe le fonctionnement, entraînant diminution des facultés intellectuelles et des réflexes psychomoteurs, désintérêt et désocialisation. Il existe également des toxicomanies cliniquement graves concernant ce produit faussement réputé doux.
    En outre, des études permettent d’affirmer qu’il existe un trouble psychotique propre à la consommation de cannabis : bouffées délirantes aiguës, attaques de panique et angoisses de dépersonnalisation.



    2- Le "hasch" n’a jamais tué personne.


    D’après le ministère des Transports, 15 % des conducteurs impliqués chaque année dans les accidents mortels de la circulation ont consommé des produits psychotropes (3) et illicites. Le cannabis figure en première ligne, en particulier chez les jeunes.
    De nombreuses études internationales prouvent que le cannabis, même pris en petite quantité, produit des effets proches de ceux de l’alcool : temps de réaction allongé, capacité amoindrie de contrôle de trajectoire, mauvaise appréciation du temps et de l’espace, et réponses perturbées en situation d’urgence. En 2001, les pouvoirs publics ont pris des mesures pour permettre, en cas d’accident mortel, le dépistage de cannabis, de cocaïne, d’héroïne et d’autres drogues. En outre, sans tuer physiquement, le cannabis peut tuer socialement et spirituellement une personne. Il tue la volonté, la motivation et finalement la liberté elle-même, constitutive de la dignité humaine.



    3- Pourquoi interdire le cannabis, alors que le tabac, tout aussi néfaste, est en vente libre ?


    Un joint contient quatre à cinq fois plus de goudrons et de produits toxiques qu’une cigarette. Un seul joint équivaut donc à 4 ou 5 cigarettes avec filtre. De plus, son mode de consommation (inhalation profonde et prolongée) peut induire des lésions plus périphériques et plus importantes (4).
    En outre, contrairement à la cigarette, l’usage régulier du cannabis induit d’importantes perturbations du comportement : apathie et démotivation. Un usage prolongé de cannabis affecte aussi la mémoire et les capacités d’assimilation intellectuelle. C’est pourquoi il est l’une des causes majeures d’échec scolaire à partir de la 3ème ce qui n’est évidemment pas le cas avec la cigarette.



    4- Et l'alcool ? N'est-il pas au moins aussi dangereux et pourtant à la portée de tous ?


    L'alcool est moins nocif car il a une durée de vie de 6 heures dans le sang, alors que l'élimination du cannabis demande 96 heures. Quatre jours après avoir fumé un "joint", 50% du produit se trouve encore dans l'organisme. Au bout de huit jours, il en reste 25 %.



    5- On dit bien pourtant que le cannabis a des vertus thérapeutiques.



    Comme tout psychotrope, le cannabis peut soulager la souffrance des malades en phase terminale. Des expériences médicales ont été menées aux USA, mais les publications et les communications dans les congrès internationaux montrent que la réussite n'a pas été à la mesure des espoirs. Les effets psychologiques secondaires sont désastreux (anxiété, voire crise de panique) et la morphine est plus efficace.



    6- Libéraliser le cannabis permettrait de réduire la consommation, car le goût de l’interdit motive les "fumeurs de joint".


    Là où une libéralisation de l’usage du cannabis a été réalisée, en Suède, en Espagne et aux Pays-Bas, on a assisté au contraire à une augmentation considérable de sa consommation, des accidents consécutifs et de la criminalité. La disponibilité des drogues crée la demande. C’est pourquoi tous ces pays ont entrepris de réagir en réduisant leur tolérance (Pays-Bas) ou en revenant à la répression (Suède et Espagne). Le cas suédois est particulièrement éclairant : la Suède est aujourd’hui le pays d’Europe où la délinquance et la toxicomanie sont les moins répandues, et où le taux de Sida est le moins élevé, alors que la distribution de seringues aux toxicomanes est interdite. Pourtant, à la fin des années 60, une politique de tolérance permettait aux médecins de prescrire librement amphétamine et morphine. Le cannabis était en vente libre. L’explosion de la consommation fut stoppée par des mesures d’interdiction et de répression adoptées par le Parlement. De telles mesures furent accompagnées d’un refus social de la drogue, largement exprimé par le public et renforcé par les médias.



    7- L’interdiction du cannabis est une hypocrisie : un monde sans drogue, ça n’existe pas !


    C’est le type même du discours de banalisation qui veut rassurer tout le monde : "si la drogue a toujours existé et si l’homme en a toujours consommé, alors pourquoi s’inquiéter ? Dédramatisons". Mais un tel raisonnement conduirait à légitimer toute pratique sociale ancestrale. Pourquoi ne pas légaliser le meurtre, l’inceste, le viol et l’esclavage ? Oui, un monde sans viol n’existe pas, est-ce une raison suffisante pour l’accepter ? D’ailleurs, l’acceptation sociale de la drogue n’a jamais existé, dans aucun temps ni dans aucun lieu. Les partisans de la drogue en liberté veulent un monde sans interdit ni contrainte. Mais un tel monde est utopique parce qu’il n’existe nul part, et totalitaire parce qu’il débouche toujours sur la mort des innocents et des plus faibles.


    8- On peut consommer des drogues et vivre comme tout le monde.



    En France, la politique de réduction des risques, mise en œuvre dans les années 90, garantit une consommation propre, contrôlée médicalement. Ainsi on peut en effet être toxicomane et vivre, en apparence, normalement. La toxicomanie a été légitimée socialement, rendue viable, voire confortable. C’est pourquoi elle ne fait plus scandale, elle n’est plus considérée comme une dérive, l’expression d’un désarroi, une menace pour la dignité de la personne humaine.
    Le problème de la drogue dans notre société est donc d’abord un problème intellectuel. On ne combat plus la drogue parce que le mal n’est plus reconnu comme tel. La combattre suppose donc de démontrer que toute drogue est un mal, au plan physique, psychique, moral, social et spirituel.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    987
    Je confirme pour "les bouffées délirantes aiguës", sujet du mémoire de master de psycho de ma fille.
    Celà correspond à ce qu'on aurait appelé en d'autres temps "une crise de folie" : hallucinations, etc...
    Tout le monde n'y est pas sensible, mais les quelques % sur lesquels le cannabis agit ressentent de drôles de choses et perdent tout contact avec la réalité pendant plusieurs jours...ça va jusqu'à l'internement.

  3. #3
    Senior Member Yoda-Master Avatar de madwoffen
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Royaume de la Bière
    Messages
    438
    Bon article mais je trouve que l'auteur pousse un peu en mélangeant viol/assassinat, etc avec drogue et déssert un peu le contenu pour réellement convaincre les afficionados. J'ai connu un type qui fumait tous les jours, j'avais déjà entendu ce qui est dit ici et lui en ai fait part (je suis connu comme emmerdeur anti-fumeur, que ce soit du tabac ou du hash) et le type a réfuté les arguments, arguant une manipulation politique, bla, bla,... alors qu'en Belgique le hash est toléré. L'article aussi se contredit:

    En outre, sans tuer physiquement, le cannabis peut tuer socialement et spirituellement une personne.
    vs

    Un joint contient quatre à cinq fois plus de goudrons et de produits toxiques qu’une cigarette. Un seul joint équivaut donc à 4 ou 5 cigarettes avec filtre. De plus, son mode de consommation (inhalation profonde et prolongée) peut induire des lésions plus périphériques et plus importantes (4).

    Donc le tabac ne tue plus ????????

    Bref, copie à revoir avec plus de pédagogie et moins de sensationalisme svp. Ceci ne servirait qu'à convaincre des mamies déjà converties et certainement pas un "drogué" qui se pose des questions sur le hash. (Je met drogué entre guillemet car la dépendance au hash est plutôt rare).

    P.S.: au niveau acceptation sociale qui n'a jamais existée...heuuuu...l'absynthe n'était-elle pas considérée comme une drogue ? Les Pays-Bas et la Suisse ont "socialement" acceptés les drogués, le monde a socialement accepté l'usage des psychotropes dans le monde artistique, on peut aussi parler historiquement de la secte des Ashesheen (ortho ?) ou tout simplement des animaux sauvages adeptes des champignons et lichens hallucinogènes.

Discussions similaires

  1. JESUS et la drogue...
    Par SETH dans le forum Xenia
    Réponses: 3
    Dernier message: 04/09/2007, 02h15

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •