Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 24

Discussion: ALSTOMISE or not??

  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de esope
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 233

    ALSTOMISE or not??

    HELLOU

    la valeur est suspendue hier(apres yoyo entre 3.10 et 2.70 au gré des communiqués) depuis l'ultimatum lancé par Bruxelles ; la France a jusqu'à lundi pour revoir sa copie et sauver "Willie alstom" lol

    alors dépot de bilan et pfouitttt , ruine des actionnaires ?

    ci dessous article résumant l'affaire

    Alstom au bord du dépot de bilan
    En refusant l'entrée de l'Etat dans le capital du groupe industriel, Bruxelles force la France à présenter un nouveau plan de sauvetage d'ici à lundi. Or, sans soutien public, Alstom aura du mal à survivre. 118 000 emplois sont en jeu.



    Eviter le dépôt de bilan d'Alstom relève, chaque jour un peu plus, du pari impossible. Car qu'on ne s'y trompe pas! Le délai accordé, hier, par Bruxelles au gouvernement français pour revoir le plan de sauvetage du géant industriel est, plus qu'un sursis, une date couperet.
    Si Francis Mer, le ministre de l'Economie, ne présente pas lundi, une solution alternative aux multiples moutures présentées à la commission européenne - dont toutes incluaient une entrée, immédiate ou reportée, de l'Etat au capital de l'entreprise, une faute grave au regard des règles européennes - la France fera alors l'objet d'une injonction. «L'injonction est l'arme nucléaire, souligne un proche du dossier. Elle interdirait à l'Etat de porter secours à Alstom.» Et Alstom disparaîtrait alors du paysage industriel français et européen, entraînant dans sa chute des milliers d'actionnaires et quelque 118 000 salariés en France et dans le monde.
    Officiellement, le ton est, entre Paris et Bruxelles, à la dédramatisation. Je reste «ouvert à la poursuite du dialogue avec les autorités françaises», a déclaré, hier, Mario Monti, le commissaire européen à la concurrence. Certes. Mais cinq jours pour trouver un plan de rechange susceptible d'éviter le dépôt de bilan d'un des majors de l'industrie, c'est peu! Même souci d'apaisement en France. «Nous avons bon espoir d'une solution favorable», a estimé Jean-François Copé, le porte-parole du gouvernement. CQFD. Car la réalité est beaucoup plus menaçante. Dans les coulisses de la commission, les diplomates français jugeaient qu'une «épée de Damoclès pendait au-dessus de la tête de la France.» Quant aux hauts fonctionnaires européens, ils cachaient à peine leur irritation: « Ce n'est pas de notre faute si Alstom va mal», confiaient certains d'entre eux. Des propos de bien mauvais augure. La gravité de la situation n'a d'ailleurs échappé ni aux salariés (qui veulent, cependant, continuer à y croire) ni aux actionnaires. L'action Alstom a ainsi perdu plus de 8,5% hier, avant d'être suspendue à la bourse de Paris.
    La marge de négociation est, de fait, très étroite. Dans les milieux gouvernementaux, on reconnaissait à demi-mot, hier, que la France «était arrivée au bout de ce qu'elle pouvait faire». «En substituant à l'augmentation de capital proposée en août, un plan d'obligations remboursables en actions, on reportait à plus tard l' éventuelle entrée de l'Etat dans le capital d'Alstom et on respectait ainsi les critères du droit européen. Mais Bruxelles n'en a pas voulu», regrette un proche du dossier. Or, l'urgence est grande. «Au début août, Alstom frôlait la faillite. Le soutien capitalistique apporté par l'Etat avait permis de rassurer les clients et les fournisseurs et d'organiser un tour de table avec plusieurs dizaines de banques françaises et étrangères. Sans cette aide, on revient à la case départ», explique un créancier.
    Quelles solutions, alors ?Un passage en force de l'Etat semble impossible. Un renflouement par les banques semble aussi hors de question sans garantie publique. La balle est donc dans le camp de Mario Monti... Mais quoi qu'il arrive, on ne pourra économiser un débat sur les responsablités. Des dirigeants d'Alstom, des banques créancières, un peu trop timides, et de l'Etat qui, dans l'urgence, n'a pas évalué correctement les risques d'un rejet de Bruxelles.
    Jannick Alimi
    Le Parisien , jeudi 18 septembre 2003

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de esope
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 233
    et j'oubliais l'important , ruine (relative)ds actionnaires certes , mais surtout chomage des salariés

  3. #3
    Senior Member Yoda-Master Avatar de Goldy
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    a lovely planet :-)
    Messages
    223
    Ca balise sec sur le forum bourso (l'autre )

    Alors Info ou Intox Ca vient de tomber


    Dow Jones le 18/09/2003 17:32
    Alstom: procédure de faillite très probable - source

    *DJ Alstom: procédure de faillite très probable - source



    (MORE) Dow Jones Newswires

    September 18, 2003 11:32 ET (15:32 GMT)
    Better in trend that in Range

  4. #4
    Junior Member Membre Avatar de electrozila
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    27

    les actionnaires jouent et les salariés eux risquent gros

    Si les actionnaires perdent après tout , c'est la bourse et ils ne mettent pas en jeu leur boulôt.

    Si als fait faillite je réclame une minute de silence pour les 118K salariés.

    merci.

    ceci dit le système capitaliste a ses grosses limites et Bruxelles c'est une grosse connerie. D'ailleurs certains pays du Nord qui vivent avec un beau système social l'ont bien compris,ils ne sont pas fous...

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Sous terre dès que possible
    Messages
    1 029

    Il y aura des grincements de dents...

    Ceux qui ont voté pour Mastrique ont oublié que cette Europe nous donne bien moins de pouvoir que n’en a un état américain.
    Or les états américains se sont librement réunis avec un passé identitaire assez proche.
    Les états européens se sont construits en s’affrontant militairement avec des acquis culturels très différents.
    Chaque état américain est libre dans la gestion quotidienne, voir la prohibition que certains état ont appliqué alors que les autres laissaient circuler l’alcool.
    Chez nous tout vient de Bruxelles, s’ils interdisent les voitures et les mobylettes on pédalera, au propre et au figuré !

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196
    J'ai de la compassion pour les salariés d'Alstom.
    Cela dit, lorsque des petites et moyennes entreprises ferment leur porte, cela se passe, me semble-t-il, dans l'indifférence la plus totale.
    Vous allez me dire, normal, et comment saurait-on si une telle entreprise a fermé ? Cet événement mineur ne mérite certes pas d'être annoncé par les médias.
    Or, les salariés d'Alstom, tout comme le personnel d'autres grandes entreprises, avaient cumulé les avantages par rapport à ceux ou je devrais plutôt dire celles qui travaillent dans des entreprises de taille modeste et confrontées à une forte concurrence internationale. Je pense notamment à une usine de production des flacons pour parfums de luxe que j'ai eu l'occasion de visiter il y a quelque temps. Elles font le 3/8, le car de ramassage pour celles qui travaillent la nuit, passe entre 1h30 et 2h15, elles l'attendent donc à l'extérieur. Pas de largesses syndicales, pas de CE. Convenez que cela change.

    Accordez à ces gens une pensée, leur situation, pour ne pas être médiatisée, est tout aussi dramatique sinon plus, car on fera tout pour recaser les Alstom, les autres, les anonymes, peuvent aller se rhabiller, après avoir enlevé leur bleu qui ne leur servira plus ...

  7. #7
    Junior Member Membre Avatar de electrozila
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    27
    Salut Xenia.

    Oui, je suis d'accord qu'il y a beaucoup de PME/PMI qui doivent se creuser pour survivre. Leurs salariés font beaucoup d'efforts sûrement et les patrons aussi.

    Pour le problème plus spécifique d'Alstom, je ne connais pas le statut de ceux qui y travaillent de manière perenne mais je connais le statut des très nombreux inétrimaires employés sur les chantiers de l'atlantique. Ce sont souvent des mains étrangères qui ne disposent que de 20mn pour faire une pause de midi, qui soudent par exemple dans un air vicié non renouvelé et qui sont payés des clopinettes.

    De toutes manières les sociétés qui proposent des intérims sont loin d'être en berne.


    Avec l'émergence des pays du 3 è monde , on ne va pas être à la fête, les USA et l'Europe vont devoir revoir leur copie. Quoique les USA sont mieux organisés et plus cyniques...

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Sous terre dès que possible
    Messages
    1 029
    Tout à fait d'accord.
    J'y ajoute que dans ces petites boites le patron se décarcasse parfois pour faire vivre l'usine tandis que dans les grosses sociétés les reponsables sont couvert d'or, voir la honte du capitalisme, Messier.

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    2 464
    Nemo: heureusement qu'il y a Maastricht, sinon avec les démagogues qui nous gouvernent nous nous retrouverions dans la position de l'Argentine avec une monaie sans valeur et la misère qui s'en suit.
    Il est triste qu'en Europe, ce soit les pays les plus pauvres: Grèce, Portugal qui se serrent la ceinture pour que des pays plus riches que sont la France et l'Allemagne vivent au dessus de leur moyen.
    Depuis des années nos gouvernants nous ont promis que l'on allait raser gratis, résultat: 150 000 Euro de dette par habitant en 10 ans. Qui va payer?
    @ micalement.

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Sous terre dès que possible
    Messages
    1 029
    Je l'ai déjà écrit Cinna, je suis persuadé que nous sommes l'Argentine de demain !
    Je ne pense pas que la valeur de la monnaie ait une grande importance, le dollar a oscillé entre 4 F et 12 F me semble-t-il tandis que notre franc depuis 1960 s'est tranformé en fumée sans que cela nous gène beaucoup.

    Ce qui est grave c'est que les nullards de gauche ont été encore plus nuls que les précédents et ont en 20 ans fait trois fois plus de dettes que tous les précédents.

    Tout pays qui dépense plus qu'il ne gagne va à la faillitte et à la situation de l'Argentine.

    Nos retraites, quelle importance qu'elles soient calculées sur 37,5 ans ou 42 ans, cela ne changera pas grand chose en euro car le montant de base sera si dérisoire...Là où un retraité a 9 000 F ce jour il en aura 2 ou 3000 demain, soit 6000 F de moins. Alors si on le pénalise de 20% sur cette somme cela fera 600 F de moins, une paille par rapport à 6000 F.

    J'ai sacrifié ma pause café (plus le temps de le prendre) mais je ne le regrette pas. Ce que je regrette c'est que si peu de gens ne comprennent pas qu'il faut impérativement ramener le déficit, non à 3% mais à 0% en attendant d'avoir du bénéfice.

    Au plaisir de vous relire, je file bosser.

    PS Il y a des gens de grande valeur à gauche mais ils ne peuvent s'exprimer. Rappelons nous Chevénement qui voulait instaurer l'élitisme républicain à l'école avec obligation d'apprendre à lire. Les incapables (le mot est faible) style Lang l'ont remplacé après qu'on l'ait vite viré. Quoi, que nos enfants aillent à l'école pour travailler et apprendre et non s'y amuser dans des activités d'éveil ou de découvertes ?

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •