Je viens de le lire, pas à acheter mais à feuilleter en bibliothèque.
Celà donne une idée de l'enseignement dans les quartiers difficiles...
Une triste idée, comme il le dit à la fin : la police n'y va plus, les pompiers n'y vont plus et les enseignants y vont encore...

Brr...A mon époque le maître foutait des coups de pieds au cul et des coups de régles sur les doigts en pointe, celà calmait mes copains trublions ! De nos jours ce sont les enseignants qui sont frappés, il parait que c'est celà le progrès...