L'art de la manipulation, Mexique, Amérique du sud.

Pays défenseur de la liberté et des droits de l'homme. Champion de la défense des valeurs démocratiques. Ce discour tient t'il face à l'étude d'une courte mais édifiante histoire. Chacun se forgera son opinion.

Que Meyssian soit un rigolo peut être, ce qui est certain c'est que dans ses ouvrages il a réuni des faits des plus suspects. Que d'autres dénoncent également...

Ses élèments sont tous corroborés par des articles pris dans la presse internationale, chez des instances officielles, des spécialistes reconnus.

On peut douter de l'individu (personnellement j'ai suffisamment donné mon opinon à ce sujet, rester septique, garder du recul, et receuillir un maximum d'informations d'un maximum de sources), mais il n'en demeure pas moins que que les éléments cités sont pour la plupart vérifiables auprés de sources considérés comme sures.

Tu prends le problème de l'avion sur le pentagone soit. Si je devais donner mon avis j'aurai peut être tendance à penser qu'effectivement il y eut un avion dessus. Maintenant il faut bien reconnaître que certaines choses sont troublantes à ce sujet.

Il suffit de voir les photos pour avoir des doutes, ou sont les traces de l'impact des ailes sur le batiment ? Même le peu de profondeur de l'impact semble suspect, le pentagone n'est guère touché un ou deux cercles...

Mais peu importe, il existe un précédent reconnu sur ce type de manipulation aux Etats-Unis.

Opération Northwoods.

Sources : « Body of secrets » de James Bamford, ancien grand reporter à ABC News et auteur d'un ouvrage fouillé sur la NSA paru en 1982 « the puzzle palace ». Documents déclassifiés récemment par «l' Assassination Records Rewiew Board»

Une opération avait été planifiée par les principaux cadres de l'état major général, des services secrets et du gouvernements des Etats-Unis visant à perpétrer, en divers points du territoire Américain des attentats dont Cuba eût été déclaré responsable. Il s'agissait de lancer des actions terroristes dont seraient victimes des citoyens américains, mais aussi étrangers, à Miami et Washington.
Suite à l'échec de la baie des cochons Kennedy retira le projet des mains de la Cia pour le remettre entre celles du département de la défense.

La genèse de l'opération Northwood date des dernieres semaines de l'administration Eisenhower. Ce dernier soucieux de partir sur un coup d'éclat émis le voeu que pût être lancé une attaque contre Cuba, avant l'arrivée de son successeur. Le 03/01/1961 a lieu une réunion ou le président suggère que si le prétexte manque pour envahir Cuba il faudrait en fabriquer un. « pourraient (Etats-Unis) songer à fabriquer quelques chose que l'opinion pût accepter » (manifacturing something that would generally be acceptable)

Telle que l'explosion d'une bombe, des attaques terroristes ou des actions de sabotages secrètement entrepris par les Etats-Unis contre eux mêmes.

Le général Lemnitzer en murit le projetau long des mois qui suivirent. Jugé dangereusement instable par beaucoup, ce dernier appartient à l'extrème droite américaine, ses conceptions extrémistes rencontraient l'approbation de son entourage à l'état major général, de meme que celle de membres importants du Pentagone comme paul Nitze. L'après Castro se présentait pour eux non sous la forme d'un pays libéré (les cubains étant à cette époque majoritairement Castristes) mais d'un pays structuré par l'armée américaine et transformé en état policier.

Résultat de nombreuse tentatives d'assassinats de Castro dans les années soixantes.

Le projet fut refusé par Kennedy. Lennitzer fit détruire les documents s'y reportant. Il subista néamoins un document que le « joint chiefs of staff » adressa le 13/03/1962 au secrétaire de la défense Robert MacNamara.

Intitulé « Pour justifier une intervention militaire contre Cuba »

Il détaillait la machination devant servir à persuader l'opinion publique américaine et les Nations-Unies que le gouvernement cubain représentait une menace imprévisible et de grande ampleur pour la paix dans l'hémisphère occidental.

Déja le JCS avait évoqué la possibilité que la fusée ayant à son bord John Glenn, lancée le 20/02/1962 de cap canaveral, explosat en plein vol, attentat que l'on eut attribué à Cuba.

Northwood prévoit entre autres :

Une série d'incidents parfaitements coordonnés se déroulant autour de la base de Guantanamo. Des transfuges cubains vétus d'uniformes de l'armée cubaine créeraient des troublers graves tandis que d'autres saboteraient des installations à l'intérieur de la base, feraient sauter des réserves de munitions, allumeraient des incendies, endommageraient des avions, tireraient au mortier.

Une opération sur le modèle du Maine (le document semble admettre au passage une fois pour toutes le caractère provoqué de l'attentat de 189 ,prendrait pour cible un navire de guerre américain ancré dans la baie, le ferait sauter, causant là aussi la mort de centaines de marins. « la publication par les journaux américains causeraitn une vague d'indignation bien utile » « would cause a helpful of national indignation »

l'instigation d'une campagne de terreur attribué au communisme cubain dans la région de Miami, dans toute la floride et à Washington même impliquant : L'envoi au fond de bateaux chargés de réfugiés cubains, des attentas mortels contre des réfugiés cubains, des attentats à la bombe, suivis de fausses arrestations, « DES DETOURNEMENTS D'AVION ».

Ce dernier point attire l'attention :

Il y est prévu que du plastic explose en des endroit judicieusement choisis pour le rententissement attendu, que des agents cubains soient arrêtés en possession de documents compromettants soigneusement préparés, documents accréditants la version de dirigeants cubains irresponbables et dangereux.

A cela s'ajouteraient des raids par des b-52 ou c-46 de l'armée cubaine contre des plantations de cannes à sucre en dominique. Des cartouches incendiaires de provenance soviétique seraient opportunément découvertes.S'y grefferaient l'interception de cargos bourrés d'armes cubaines, ainsi que des survols intempestifs de lieux sensibles par des mig pilotés par des aviateurs américains. Pour amplifier la provocation « provide additional provocation »

Le document mentionne également un incident qui à la lueur de ce qui s'est passé le 11/09/2001 pourrait expliquer un certain nombre de choses.

Un avion civil américain ayant à son bord des étudiants américains serait abattu par un chasseur cuban dans les eaux internationales. Auparavant il serait procédé à une substitution. Il serait remplacé par un drone, avion piloté à distance.

Le refus de cette opération par kennedy lance une contestation de Lemnitzer et des chefs d'état major. Il rédigent un vigoureux mémorandum qu'ils envoient à MacNamara. Persistant dans leur affirmation qu'une intervention armée s'impose. Les Kennedy apparurent comme des perdants chroniques et le président lui-même comme un dirigeant qui ne gagne pas (a no win chief ». Toute l'extrème droite éprouve à ce moment là un sentiment d'humilitation.

Vous tirerez vous même vos conclusions quand au destin des kennedy . Au moment de sa mort il faut se souvenir que Kennedy voulait arreter la guerre du viet-nam. Autrement dit retirer le pain de la bouche au complexe militaro_industriel, et aller contre les faucons.


En mai 63 Paul Nitze secrétaire à la défense suggère d'envoyer des avions de reconnaissances à basse altitude dans l'espoir qu'ils soient abattus.

Alors je ne sais pas s'il y a eu avion ou pas sur le pentagone, mais il est certain que les Etats-Unis maitrisent parfaitement ce genre de provocation._______________

__" mourir quand il est bien de mourir, frapper quand il est bien de frapper" " bushido "Dernière édition par ronin