Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 41
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes baratinent les sultans

    Notre thread d’aujourd’hui est consacré à la belle et spirituelle Chahrazade qui s’est jouée du grand roi Chahriyâr .
    Je l’ai illustré par des miniatures persanes des XIV – XVI siècles, un art sublime, d’une grande finesse et élégance.

    D’aucuns affirment même que personne n’a jamais surpassé cet art de l’enluminure, comme le poète russe Goumiliov qui, dans l’un de ses poèmes, disait qu’après sa mort, le Seigneur le transformerait en une miniature persane et le concluait ainsi :

    Alors, je pourrai assouvir
    Ce désir qui me harcèle,
    Mon insatiable désir
    D'une admiration éternelle.

    Cet art a été stimulé par la floraison de la littérature qui livrait les sujets. Pour les illustrer, les enlumineurs ont commencé par adapter la peinture chinoise, affectionnée par les souverains mongols qui ont régné en Perse au XIII siècle. Pendant les périodes Timuride et Séfévide, l’influence de l’art Armeno-Byzantin se sont ajoutées aux celles, initiales, de la peinture chinoise, de nombreuses écoles se sont développées, - à Tabriz, à Herat, à Ispahan, chacune ayant son style propre, mais tous se caractérise par une grande sophistication du dessin et une richesse des couleurs.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    1

    On raconte - mais Dieu est plus savant que nous dès lors qu'il s'agit de dire le vrai sur les événements du passé et sur les chroniques des différents peuples - , on raconte donc qu'il y avait autrefois , dans l'empire des Sassanides, deux rois frères qui régnaient sur les îles de l'Inde et de la Chine intérieure.
    Ils se nommaient, l'aîné Chahriyâr et le cadet Chahzamane.

    Chahriyâr était un cavalier puissant, un conquérant invincible, que le feu ne pouvait consumer, que le brasier d'une vengeance éclatante ne pouvait apaiser, prompt à la riposte chaque fois que l'on contestait ses droits.

    Il avait étendu sa domination jusqu'aux confins extrêmes de son royaume, et les habitants des provinces les plus reculées reconnaissaient son autorité.
    Ils avait soumis tous les pays et imposé à tous ses sujets l'obéissance à ses lois.
    Ayant conquis la région de Samarqand, il y établit son frère Chahzamane.

    De là, il passa l'Inde, puis s'empara des territoires chinois qu'il fit entrer sous son obédience. Dix années passèrent de la sorte, sans qu'il cessât de jouir de la plus entière souveraineté.



    La valeur qui ouvre notre sélection pourrait vous ouvrir les portes du Paradis pour peu qu’elle justifie mes attentes et ne me déçoive pas, car c’est une spécialiste ès ouvertures. Notez qu’elle a une presqu’homonyme sur un autre marché et tiens, je crois bien qu’hier sur le chat, AMHA et Dipounet s’étaient si je puis dire trompés de porte MDR.

    [

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    2

    Un jour, il eut envie de revoir le roi Chahzamane, son frère, et lui dépêcha son vizir pour le convoquer à sa cour.
    Ce dernier avait deux filles, l'une appelée Chahrazade et l'autre Dounyazade...

    Dès que le vizir reçut l'ordre de se porter vers le frère du Grand Roi pour lui remettre le message de celui-ci, il fit ses préparatifs de voyage et se mit en route. Il suivit son chemin durant des jours et des nuits jusqu'à ce qu'il fût arrivé en vue de Samarqand.

    Quand Chahzamane apprit que le vizir approchait de la ville, il sortit à sa rencontre avec de nombreuses personnes de sa suite. Lorsqu'il l'aperçut, il descendit de sa monture, s'en vint l'embrasser et lui demanda des nouvelles de son frère, le grand Roi Chahriyâr. Le vizir le rassura sur la santé de celui-ci et lui fit part des motifs de son voyage, à savoir que le roi invitait son frère à venir le trouver en sa cour. Chahzamane promit d'obéir.



    Si on change la dernière lettre de la dénomination de la valeur No2, on obtient le nom de la déesse qui a appris, selon la mythologie romaine, aux hommes à cultiver la terre. Puisse notre daubinette monter en beauté comme les blés semés par cette divinité.


    [

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    Il assigna au vizir une résidence et lui envoya toutes les provisions dont il pouvait avoir besoin, nourriture pour le chemin du retour, rations pour les hommes de l'escorte et fourrage pour les montures. Il lui offrit en présent des objets de grand prix, de l'argent, des chevaux, des chameaux. Il le traita de cette manière, avec toute la dignité convenable, durant dix jours pleins, le temps pour lui de se préparer lui-même au voyage.


    Au moment voulu, il désigna l'un des hommes éminents de son pays pour exercer le pouvoir en son absence et, la veille du départ, passa la soirée chez le vizir dépêché par son frère, avec lequel il s'attarda jusqu'au milieu de la nuit. Puis il rentra chez lui pour faire ses adieux à son épouse.



    La daubette No 3, printanière et gaie, ne devrait pas avoir de difficultés pour nous offrir une belle hausse. Elle aussi est apparentée à une déesse romaine, une qui était particulièrement affectionnée par des peintres de la Renaissance italienne.


    [

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    Lorsqu'il pénétra dans la chambre de celle-ci, il la trouva endormie à côté de l'un des adolescents préposés au service des cuisines. Ils dormaient enlacés l'un à l'autre. A cette vue, Chahzamane resta un moment frappé de stupeur, à tel point que les objets perdirent leur couleur à ses yeux et que tout sembla noir autour de lui.

    " Voilà, se disait-il, comment on se comporte alors que je ne suis pas encore parti en voyage. Que se passera-t-il lorsque j'aurai traversé les régions de l'Inde et que je serai parvenu auprès de mon frère ? Quel traitement me vaudra alors mon absence ? Peut-on jamais s'assurer de la conduite des femmes, même pour un bref avenir ?".



    Le mnémonique de petite No 4 est sympa : il suffit de le prolonger d’une syllabe, pour qu’il désigne un matériau végétal qui nous fournit des meubles très agréables à regarder et confortables à utiliser, alors que si on change sa dernière lettre, il devient quelque peu inconvenant, comme mes histoires, quoi !


    [

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    Alors une colère d'une violence extrême s'empara de lui.

    - Dieu ! s'écria-t-il, mon infortune est totale, alors que je suis roi et que je gouverne la ville de Samarqand ! Oui, c'est en cette situation que je subis de pareils outrages et me vois trahi par ma femme, au point même qu'il ne m'est pas permis d'en douter.

    Sa fureur s'accrut à cette pensée. Il dégaina son sabre et tua les deux amants : le garçon de cuisine et la femme. Il traîna les deux cadavres par les pieds et les jeta du haut de son palais jusqu'au fond du fossé qui entourait les murs. Puis il quitta sur-le-champ la ville, rejoignit le vizir du Grand Roi et donna le signal du départ. On battit du tambour et la caravane se mit en route. Mais le roi Chahzamane ressentait en son coeur la morsure d'un feu qu'il ne pouvait éteindre, d'une flamme qu'il ne pouvait étouffer, au seul souvenir de l'outrage que lui avait fait subir sa femme, laquelle avait osé le remplacer par un galant choisi parmi les garçons de cuisine de son palais !



    La daubinette No 5 pourrait bien s’appliquer au Chahryyâr, mais si on le fait, la couleur locale se trouverait sacrifiée !


    [

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    Ils ne cessèrent de faire route avec diligence, à travers les steppes et les déserts, voyageant de jour, voyageant de nuit, jusqu'à ce qu'il fussent arrivés au pays du roi Chahriyâr.

    Celui-ci vint à leur rencontre, se précipita vers son frère dès que ses yeux le virent, l'embrassa, le combla d'honneurs et l'installa dans un palais proche du sien.

    Le roi Chahriyâr possédait un jardin aux abords duquel il avait fait bâtir deux splendide palais, aussi vastes que confortables. Il demeurait dans l'un avec les femmes de son harem et réservait l'autre aux hôtes de sa cour. C'est dans ce second palais qu'il établit son frère, après que les domestiques en eurent lavé et nettoyé les appartements, disposé le mobilier et ouvert grandes les fenêtres qui donnaient sur le jardin.



    Ennuyeuse, n’est-ce pas, l’histoire qui est arrivée au pauvre Chahzamane ? Il serait malaisé de déterminer qui est en réalité le père de ses enfants, avec une femme aussi débauchée, mais notre daubinette pourrait éventuellement l’aider, car tous ces trucs géniques et compagnie, elle s’y connaît.


    [

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    Chahzamane eut soin de tenir compagnie toute la journée à son frère, ne regagnant sa résidence que pour y passer la nuit et s'empressant de retrouver son aîné au matin. Mais dès qu'il se retrouvait seul dans ses appartements, il ne pouvait s'empêcher de songer au tourment dont sa femme était la cause ; il poussait de profonds soupirs et souffrait en secret de son infortune, sans pouvoir se résoudre à confier sa peine aux personnes de son entourage.

    - Comment se fait-il que cette épreuve, ce malheur extrême m'aient frappé, moi, Chahzamane, malgré la dignité de mon rang ? ne cessait-il de se répéter.

    Il se prit à céder à l'affliction. Occupé tout entier à cultiver son chagrin, il ne savait plus que clamer :
    - Non ! Jamais un tel malheur n'est advenu à un homme !


    Le mnémo de la valeur No 7 me plaît assez : il suffit d’y accoler une lettre, tout à la fin, pour que vous voyiez combien de PV en pourcentage je souhaiterais que vous gagniez avec elle !


    [

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    Il ressentait un si grand trouble en son esprit qu'il en vint bientôt à perdre l'appétit. La pâleur envahit son corps, les soucis rongèrent ses forces ; bref, son état empira tant et si bien qu'il en perdit bientôt toute couleur et se trouva réduit à la dernière maigreur.

    Le roi Chahriyâr voyait de jour en jour son frère perdre sa belle mine, s'étioler et se consumer sous ses yeux. Il nota même d'étranges changements dans son comportement. La cause d'une telle détresse, songea-t-il, devait tenir au fait que Chahzamane regrettait son royaume et la famille qu'il avait laissé là-bas - et l'estime qu'il lui portait s'en trouva quelque peu affectée. Il se dit en lui-même :

    " Le climat de ce pays ne convient décidément pas à mon frère. Le mieux est encore de le combler de cadeaux sans plus attendre et de le renvoyer en son pays. "


    La daubinette No8 porte un nom de jeune fille, mais elle n’est pas seule, c’est toute une nuée si je peux m’exprimer ainsi.


    [

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    Le sultan se mit donc à réunir force objets précieux et passa un mois entier à cette tâche. Puis il convoqua son frère Chahzamane et lui dit :

    - Sache, ô mon frère, que j'ai décidé d'organiser une expédition de chasse qui nous tiendra dans la campagne pendant dix jours de temps. Au retour, je te munirai du nécessaire pour que tu retournes dans ton royaume. Mais viens au moins me tenir compagnie pendant ces dix jours.

    - Frère, répondit Chahzamane, je me sens triste et soucieux. Laisse-moi et va-t'en chasser seul sous la protection de Dieu et avec Son aide.

    A ces mots, Chahriyâr fut convaincu que l'affliction de son frère était liée à la nostalgie qu'il avait de son royaume. Il ne voulut pas le forcer et, le laissant en sa demeure, partit en campagne avec les dignitaires de sa cour et ses soldats. Ils gagnèrent les solitudes sauvages et lancèrent leurs rabatteurs en cercle devant eux, de façon à cerner le plus possible de gibier et à faire belle chasse.


    C’est une valeur médicale, mais ne réjouissez-vous pas trop vite, il y en a plusieurs. Disons que la dénomination de celle-ci est composée des deux mots dont le second est un palindrome.


    [

Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •