Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 6 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 60
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes pas catholiques

    Ben oui, elles ne sont pas catholiques, et pour cause, puisque cette semaine, elles sont orthodoxes, na !

    Dans notre dernier thread consacré à Klimt, on a relevé l’influence qu’a exercé sur lui l’art byzantin. Il s’agit de prouver ces allégations, parlons donc mosaïque byzantine.
    La mosaïque est une technique d'art limitée à la civilisation gréco-romaine et au monde paléochrétien et byzantin.

    Procédé d'art qui, au sens large du mot, fait partie de la peinture, la mosaïque exige une préparation technique et matérielle plus minutieuse que les autres techniques picturales. Faite de petits cubes de matière dure, elle est appliquée, sauf de rares exceptions, au sol, aux murs et aux voûtes de grandes surfaces architecturales. Moins malléable, partant moins riche de nuances que la peinture, elle est plus résistante que celle-ci et, par sa nature, plus proche de l'architecture.

    La première des nos daubinettes a du caractère, c’est même peut-être elle qui a pris la décision de consacrer notre thread à la mosaïque byzantine, du moins, ça lui ressemble de faire preuve d’initiative.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    2

    La mosaïque comprend deux branches principales: la mosaïque de pavement et la mosaïque murale ou de revêtement. L'histoire de la mosaïque de pavement peut être divisée en trois grandes périodes. La première, celle de la mosaïque de galets, s'étend du VIII au III siècle avant J.-C. La deuxième, qui va du III au I siècle, est celle de la mise au point du procédé technique qui permet d'imiter la peinture. La troisième, qui s'étend jusqu'au XIV siècle de notre ère, est celle de la pleine expansion de cet art.

    Comme vous le verrez si vous lisez le texte de ce thread, la décoration de l’église n’avait rien de fortuit, c’était un système réfléchi du point de vue théologique et esthétique, bref, … pour trouver le terme adéquat, pensez à la dénomination de la daubinette No 2.

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    La mosaïque de galets est née au nord de l'Asie Mineure au VIII siècle avant J.-C. Des galets de deux (blanc et noir) ou de trois (blanc, noir et rouge) couleurs, de 1 à 2 centimètres de longueur, fichés verticalement dans un lit de pose de ciment, formaient des tapis à décor géométrique. Dès le VI siècle, des mosaïques de galets à sujets figurés apparaissent à Corinthe et en Sicile, pour se multiplier durant les siècles suivants.

    Si dans les églises de la Haute Epoque, on voit encore des détails représentés pour divertir le spectateur, progressivement, la décoration va être apurée et expurgée de tout ce qui est non essentiel et notamment, des détails cocasses ou scabreux, enfin, de tout ce à quoi nous fait penser la raison sociale de la daubinette No 3.

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    Mais l'invention qui devait révolutionner l'art de la mosaïque et lui donner les caractères qu'elle a gardés pendant plus d'un millénaire est l'utilisation de smalts ou tesselles, minutieusement taillées et jointes étroitement les unes aux autres de manière à réduire au minimum les interstices. Dès lors devient possible l'imitation des plans de couleurs unies ou dégradées de la peinture à l'aide de cubes de pierre, de marbre ou de pâtes de verre opaques ou translucides.

    La daubinette No 4 se sent particulièrement bien avec toutes ces illustrations. En effet, c’est une jeune personne qui possède une grande, très grande pinacothèque, il paraît qu’il y a plusieurs centaines d’échantillons !

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    Les Byzantins ont parfaitement assimilés les qualités de la mosaïque paléochrétienne qu'ils ont dépouillée des derniers accessoires réalistes de l'art antique.
    Ils ont commencé à utiliser les smalts recouverts d’une fine couche de nacre, d’or ou d’argent et glacés d’une fine pellicule de pâte de verre transparente.
    Les mosaïques tributaires de ce style raffiné et empreint de religiosité symbolisent le Divin et l'Absolu.

    Le mnémonique de notre valeur No 5 m’amuse beaucoup car il correspond à l’abréviation d’une organisation des Russes blancs, créée dans les années 20 pour essayer de déloger les communistes. Elle s’appelait « Narodno-Troudovoï Soïouz » ce qui signifie « Union du peuple et des travailleurs ». Voilà, vous y êtes, il n’y a pas de doute !

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    Cet art est basé sur des lignes dynamiques et sur des zones de couleurs plutôt que sur la forme. Les silhouettes s'aplatissent, les draperies réduites à des lignes tournoyantes aboutissent à une désincarnation des personnages. La représentation tridimensionnelle des figures est remplacée par la force spirituelle qui se dégage de la vigueur des lignes et de la brillance des couleurs.

    La daubinette No 6 est d’une espèce particulière : elle monte bien, des fois, mais malgré son patronyme prometteur et quelque peu prétentieux, il ne faut pas rester le dernier à en détenir des titres, car elle morfle encore mieux qu’elle ne monte.
    Disons que ce patronyme ne lui convient peut-être pas tout à fait, mais qu’il s’appliquerait remarquablement bien à la mosaïque qui nous intéresse aujourd’hui.

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    Les premières manifestations de l’art byzantin apparaissent dans les monuments du V siècle. Le décor pittoresque des guirlandes, des fleurs, des entrelacs y occupe toujours des espaces considérables ; des représentations d'architectures ornementales l'accompagnent, en apportant un élément plus stable et plus grave. Les ornements traditionnels sont transformés par l'introduction de gammes recherchées, de fonds bleus d'une profondeur magnifique, de verts réséda, d'ors resplendissants.

    C’est une valeur que je n’ai jamais faite. Je mise sur l’engouement tout récent dont l’objet sont les valeurs médicales. Celle-ci n’est pas une médicale à proprement parler, mais son domaine d’activité touche le domaine de la santé, ou du moins, sa dénomination laisse l’entendre.

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    La perspective est représentée au pluriel, c'est-à-dire que les perspectives sont simultanées (un édifice, par exemple, peut être vu à la fois de l'intérieur et de l'extérieur).

    La valeur No 8 fait partie de mes préférées. Après avoir longuement stagné, elle a monté à la verticale, pour corriger presque aussitôt. Conviviale et un peu grégaire, je la trouve prête à entamer une nouvelle montée.

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    L'élément antique n'a cependant jamais disparu dans l'art byzantin, qui conserve des séries entières de motifs ornementaux et surtout des formules iconographiques, trouvées jadis par l'ancien art grec.

    Cette daubinette-ci a un mnémo qui est presque identique à celui de ma grande préférée de ce moment, d’ailleurs, je vous rabats régulièrement les oreilles avec cette autre valeur qui a aussi les faveurs d’Esope le Sage.

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    10

    Le chatoiement des bleus, les ors resplendissants, les verts légers ou profonds, les blancs purs, les pourpres, les bruns ainsi que les rouges des mosaïques se prêtent à merveille à la décoration monumentale.

    Quelle drôle de valeur : son nom et son mnémonique n’ont rien, mais alors, strictement rien à voir : le patronyme est euphonique et d’obédience quelque peu grecque, alors que le mnémo est imprononçable, - que des consonnes, et quelles consonnes !

    Mais malgré son mnémo plutôt moche, je crois que cette daubinette a été recommandée par une grande spécialiste des small sur un forum concurrent.


Page 1 sur 6 123 ... DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •