Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 46
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes en connaissent un rayon !

    Je suis raisonnablement sûre que personne parmi nos lecteurs ne connaît l’artiste dont les œuvres, qui ne sont vraiment pas faites pour donner le bourdon, illustrent ce thread.

    Ses peintures sont très séduisantes, et l’artiste a joué un rôle qu’il est difficile de surestimer dans la naissance de ce qui est convenu d’appeler l’avant-garde russe des années 1910-1920, mais aussi dans l’air de la décoration théâtrale. Son nom est Mikhaïl Larionov, il est né en 1881 à Tiraspol et mort en 1964 à Fontenay-aux-Roses, oublié de tous. Toute la vie artistique de cet inlassable expérimentateur a été un perpétuel changement.

    Pour accompagner ses tableau, j’ai choisi pour vous l’un des « Récits d’Odessa » de Isaac Babel, afin que vous puissiez sentir ce parfum particulier qui est celui du sud de la Russie. Les deux y sont nés, et ce climat, fait de l’amour pour l’hyperbole et pour la rigolade la plus franche, les rapproche l’un de l’autre.

    Babel était contemporain de Larionov, mais à la différence de ce dernier, il est resté en Russie après la victoire des Bolcheviks, ce qui explique qu’il soit mort bien avant l’artiste : bien que sympathisant du nouveau régime, il a été arrêté en 38 ; après l’ouverture des archives du KGB, on a appris qu’en 1940, il a été fusillé.

    De cette triste histoire pas édifiante pour un sou, il ressort au passage qu’il n’y avait pas de bonne solution pour l’intelligentsia. Comme l’a bien formulé Marina Tsvetaieva, poète qui avait émigré en France et s’était faite rapatrier en URSS, avant s’y de suicider : « à l’étranger, je suis un écrivain sans lecteurs, en Russie, je suis un écrivain sans livres ».

    Les premiers tableaux de Larionov montrent l’influence du symbolisme et du post-impressionnisme. Toutefois, dès le début, on voit clairement la prédilection du pour la Commedia del Arte, comme dans ce « Bal Fantastique » daté de 1998, avec tout son côté fantasque, moqueur et improvisé.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    1

    Durant la dernière décennie du XIX siècle, Mikhaïl Larionov commence à élaborer des stratégies picturales pour répondre à la question suivante : Comment fait-on pour être à la fois Russe et moderne?
    La « Boutique juive à Tiraspol » (1999) nous montre la tendance du peintre à simplifier la forme, ne laissant que l’essentiel, et à recourir aux couleurs primaires, vifs, toniques et optimistes.


    Lioubka Cosaque

    Dans la Moldavanka, à l’angle des rues Dalnitskaïa et Balkovskaïa, il y a la maison de Lioubka Schneiweiss. Dans sa maison se trouvent une cave à vin, une auberge, un comptoir à avoine et un colombier de cent couples de pigeons « Krioukov » et « Nikolaïev ». Ces boutiques et la parcelle numéro quarante-six dans les carrières d’Odessa appartiennent à Lioubka Schneiweiss, surnommée Lioubka Cosaque, et seul le colombier constitue la propriété du gardien Yevzel, soldat à la retraite et médaillé. Le dimanche, Yevzel sort dans la rue Okhotnitskaïa et vend ses pigeons à des fonctionnaires de la ville ou aux gamins du voisinage.


    Le mnémonique de cette éminemment sympathique daubinette a ceci de particulier qu’il est composé de trois consonnes. Mais il suffit d’y ajouter deux voyelles pour que vous obteniez un mot que qui désigne un groupe d’individus plutôt déplaisants pauvant même être dangereux, comme il y en avait beaucoup à Odessa naguère.

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196
    Une autre scène de genre, « Petite Epicerie » (1994), qui développe les mêmes tendances. Le plaisir que Larionov prend à peindre est manifeste, la pâte est dense, le geste du peintre énergique, quelle peinture savoureuse et gaie !


    [align=left:effdec4e8f]En plus du gardien, à l’auberge de Lioubka vivent encore Pessia-Mindl, cuisinière et entremetteuse, et le gérant Tchoudétchkis, un petit Juif, semblable par la taille et la barbe à notre rabbin de la Moldavanka – Ben Zkharia. Sur Tchoudétchkis, j’en connais des histoires. La première d’entre elles, c’est l’histoire qui raconte comment Tchoudétchkis est entré comme gérant de l’auberge de Lioubka, surnommée cosaque.[/align:effdec4e8f]

    Vous voyez bien, l’histoire qu’on vous raconte parle des personnes très avisées et affairées : une bandit-femelle, une maquerelle, un gérant … La daubinette No 2 est faite pour s’entendre avec toutes ces personnes, si on lui enlève sa première lettre et qu’on laisse les trois autres
    .

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    Finie, totalement exterminée, l’influence du symbolisme avec ses demi-teintes, ses jolies demoiselles un peu maniérées, tout le temps sur le point de tomber en pâmoison.
    Désormais, Larionov évite, quand il ne s’en moque pas, tout ce qui est crépusculaire et vague, tout ce qui est obscur et nostalgique, comme en témoigne ce « portrait » de dinde, volatile particulièrement prosaïque. Son caractère irrévérencieux, anticonformiste s’affirme de plus en plus.



    [align=left:e02a50e07f]Il y a dix ans, Tchoudétchkis s’était entremis auprès d’un propriétaire terrien pour l’achat d’une batteuse avec cheval de trait, et, le soir, il avait mené le’ propriétaire chez Lioubka pour fêter l’affaire. Son acheteur portait des moustaches et des favoris, ainsi que des souliers vernis. Pessia-Mindl lui servit pour dîner du poisson farci juif, et ensuite une délicieuse demoiselle, du nom de Nastia. Le monsieur resta pour la nuit et, au matin, Yevzel réveilla Tchoudétchkis qui dormait en chien de fusil sur le seuil de la chambre de Loubka. [/align:e02a50e07f]


    Ne croyez-vous pas que la population haute en couleur de cette nouvelle pourrait faire l’objet d’un film ? Pour peu que la distribution soit pertinente, ou autrement dit, avec un bon … , ce film pourrait avoir beaucoup de succès

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    Ce sont les années où Larionov admire et étudie le « loubok » du XVIII-XIX siècles, une sorte d’imagerie d’Epinal russe, des gravures coloriées à la main à l’humour robuste et franc, montrant des personnages de la vie quotidienne, tels le soldat, la cuisinière au fourneau, le barbier …
    Stylistiquement, l’influence du loubok devient de plus en plus importante : il travaille d’une manière fruste, bâclée presque, trouvant son inspiration dans des scènes d’une petite ville provinciale avec ses dandies, ses coquettes, ses petites boutiques.
    Dans « Dandy provincial » (1907), Larionov donne libre cours à son sens de l’ironie. Le ridicule de ce Monsieur posant fièrement à côté d’un symbole phallique est évident. Mais les moqueries de l’artiste ne sont jamais méchantes, en fait, il faudrait parler plutôt d’un humour toujours bon enfant.


    [align=left:28794622df]- Voilà, dit Yevzel, vous vous vantiez , hier au soir, qu’un propriétaire avait acheté une batteuse par votre entremise, eh bien, soyez informé qu’après avoir passé la nuit ici, il s’est sauvé au lever du soleil, comme le dernier des derniers. A présent, sortez deux roubles pour le repas et quatre pour la demoiselle. Vous êtes un vieux renard, vous, à ce que je vois. [/align:28794622df]

    Oh, mais le nom de la daubinette No 4 convient à merveille à la nouvelle ! En effet, il pourrait s’appliquer à l’auberge de cette brave Lioubka !

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    Les silhouettes se simplifient, les traits grossissent, les peintures de Larionov sacrifient les détails, gagnant ainsi une grande expressivité, comme cette Gitane avec ses seins à l’air, flanquée de son gosse. Le néo-primitivisme est en train de naître.


    [align=left:560d273cd6] Mais Tchoudétchkis ne donna pas d’argent. Yevzel le poussa alors dans la chambre de Lioubka et il ferma à clé.

    - Voilà, dit le gardien, tu vas rester ici, mais, après, Lioubka va rentrer de la carrière, et avec l’aide de Dieu, elle te fera goûter de la paume de sa main. Amen.
    [/align:560d273cd6]


    La daubinette No 5 n’est pas étrangère à la situation non plus : elle pourrait désigner la fine équipe composant la cour de Lioubka dont certains éléments ne sont pas exempts de piété.

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    Entre 1908 et 1913, Larionov et sa femme, l’artiste Natalia Gontcharova ont fait partie de nombreux groupuscules d'artistes, dont chacun se disait plus avancé que son prédécesseur. Leur vie est une constante mise en scène. Leurs vêtements et leurs mouvements expriment clairement une intention artistique. Parmi les performances de ces artistes, on retrouve notamment la peinture du visage et du corps. Le public, faut-il le dire, est outré par cette forme d'expression artistique qui choque le bon goût et la bienséance.


    [align=left:af595d4825] - Bagnard, - rétorqua Tchoudétchkis au soldat, tout en scrutant cette nouvelle pièce, tu ne connais rien, bagnard, à part tes pigeons, mais moi, je crois en Dieu qui va me sortir d’ici, comme il a fait sortir tous les Juifs, d’abord d’Egypte, puis du désert …

    Le petit courtier avait encore bien des choses à dire à Yevzel, mais le soldat emporta la clé et s’en alla en faisant gronder ses bottes. C’est alors que Tchoudétchkis se retourna et vit près de la fenêtre l’entremetteuse Pessia-Mindl, plongée dans « Les Miracles et le cœur de Baal-Chem ». Elle lisait le livre hassidique à la tranche dorée, et balançait du bout du pied un berceau de chêne. Dans ce berceau, il y avait le fils de Lioubka, le petit David, et il pleurait.
    [/align:af595d4825]


    La conception ou … de ces récits remonte à l’enfance de l’écrivain qu’il a passée, comme je vous l’ai dit, à Odessa, dont on dit en Russie que c’est une « petite Marseille ».

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    Les personnages à l’arrière-fond de cette nature morte à l’écrevisse méritent qu’on les examine attentivement : les figurines, peintes de manière très sommaire, exempte de détalisation, rendent le tableau vivant et plein de verve.


    [align=left:e8b96a1f72] - Je vois qu’il s’en passe de belles, dans votre Sakhaline, dit Tchoudétchkis à Pessia-Mindl, voilà un enfant qui hurle à se déchirer les tripes, que ça fait pitié de le voir, et vous, une femme si grosse, vous êtes là comme une pierre dans la forêt, et vous n’êtes même pas fichue de lui donner le biberon …[/align:e8b96a1f72]


    Il en a dans la tête, ce petit Juif, Tchoudétchkis, hein ? il a plus d’un tour dans son sac comme vous ne tarderez pas à vous en convaincre !

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    Et lorsqu’il peinte un couple de paons, on comprend tout de suite la raison de son choix : il prend son pied à reproduire cette bacchanale de teintes, cette orgie de couleurs, et ce plaisir est contagieux, on se prend à sourire en regardant ce tableau multicolore et bariolé.


    [align=left:9e015c5f1b] - Vous-même, donnez-lui le biberon, répondit Pessia-Mindl, sans se détacher de son joli livre, si du moins il l’accepte de vous, vieux roublard que vous êtes, parce que il est déjà haut comme un petit cosaque, et qu’il ne veut que le lait de sa mamounette, et que, sa mamounette, elle est à gambader dans ses carrières, elle boit du thé avec les Juifs à la taverne de « l’Ours », elle achète de la contrebande au port et elle pense à son fils autant qu’aux neiges d’antan …[/align:9e015c5f1b]


    La daubinette No 8 est l’une de mes préférées. Elle intervient dans un domaine proche de la médecine et est à la pointe des progrès technologiques. A croire que le petit David a bénéficié de ses soins, vu qu’il est si grand et si fort pour son âge, un vrai mutant !

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    A partir des années 10, Larionov commence à intercaler des textes à l’intérieur de ses peintures, - une autre influence du loubok où les images étaient presque toujours accompagnées d’un texte explicatif.
    L’autoportrait de l’artiste vous en fournit un exemple. Le tableau est vraiment jubilatoire et passablement insolent, avec ces lettres mal faites, la bouille de ce coco franchement rigolard, bref, Larionov faisait tout son possible pour effrayer le public bien-pensant, et il faut avouer qu’il a pleinement réussi dans ses desseins.

    [align=left:6c545ee7f0] Oui, se dit alors en son for intérieur le petit courtier, tu es entre les mains de Pharaon, Tchoudétchkis, et il alla vers le mur oriental, marmonna toute la prière du matin avec les suppléments, et prit ensuite dans ses bras le bébé qui pleurait. Le petit David le regarda d’un air ébahi et agita ses petits petons rose framboise couverts de la sueur de l’enfance, tandis que le vieux se mettait à déambuler dans la chambre, en se balançant comme un tsadik à l’office, et entonnait une chanson interminable. [/align:6c545ee7f0]

    Il est singulier qu’il n’y ait aucune lettre en commun entre le nom de notre daubinette No 10 et son mnémonique. Parlons de ce dernier : les trois lettres qui le composent entament un mot qui désigne une théorie, une classification ou un ordre.

Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Le rayon Actions déconne
    Par cinna dans le forum Xenia
    Réponses: 4
    Dernier message: 14/05/2003, 10h01
  2. Réponses: 6
    Dernier message: 19/04/2003, 00h03

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •