Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4
  1. #1
    Banned Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 671

    Les banques Françaises et le génocide Ruandais.

    Un politique Belge (sénateur?) affirmait sur Bloomberg avoir la preuve que les banques Françaises ont financé l'armement des Hutus.

    La BNP aurait assuré l'achat de matériel de guerre pour les Huttus, avant, pendant le génocide. La banque de France elle même aurait continué à fournir des fonds après les décisions internationales interdisants toute aide aux belligérants. Bien après le début du déclenchement des opérations.

    Notre ministre des armées la belle Alliot Marie ce serait insurgée contre la mise en accusation du comportement de l'armée Française lors de ces tristes évènements.
    J'ai souvent sur ce forum ou feu topfi pris la défense de notre armée. Sur divers points.

    Mais à mon sens l'intervention de nos troupes ressemblait fort dans le meilleur des cas à un dédouanement tardif envers l'opinion international, au pire (ce que je n'ose croire) à un soutien permettant à nos alliés Hutus de fuir. Les soldats Français avaient sous leur protection dans les colones de réfugiés fuyant les rebelles nombre de soldats Hutus en arme.

    Toutefois je ne suis pas sur que les militaires qui ne connaissaient surement pas tout les tenants et aboutissants de l'histoire, ne puissent être tenus pour responsable des choix de ces moments troublés.

    Par contre s'il y avait une présence militaire Française dans le pays, dans les troupes de l'onu par exemple. J'ignore si c'était le cas. Il est tout à fait intolérable et inadmissible que ces soldats ne soient pas intervenus.

    Quelque soit la faiblesse de leurs forces. Quelques dizaines de soldats Occidentaux correctement armés pouvaient aisément tenter de s'interposer. Ils n'auraient certes pu empécher le génocide à eux seuls, mais d'abord l"honneur de leurs armes eut été sauf, leur conscience tranquille et surtout une réaction internationale n'aurait pu être évité.

    (reste à voir une éventuelle présence de coopérants blancs sur qui auraient pu se retourner les génocidaires, notons tout ce que cete remarque a de raciste au passage).

    Comment ne pas venir en soutien à une poignée de braves faisant face à l'horreur d'un tel crime.

    Voir Morillon? à Srebrenica.

    Si la responsabilité de l'armée reste sujette à discussion il n'en va pas de même envers nos politiques.

    En deux heures les régiments opérationnels Français sont prêts à intervenir. Il y a au moins trois régiments parachutistes (2ème REP, 3ème et 8ème RPIMA, troupes coloniales) en ce cas, tous rompus aux interventions sur ce continent.

    Largement assez pour calmer une bande de civils pillards, violeurs, assassins, les bourreaux sont rarements de bons soldats...

    Ce n'est pas chez les militaires qu'il faudrait rechercher les coupables mais chez les donneurs d'ordres.

    Notons que certains signes laissaient augurer ce massacre. Tout comme voilà quelques années certaines personnes avaient prévenue de l'explosion imminente et violente de la Yougoslavie avec pour seul résultat une remarque des plus révélatrices de l'ambassadeur Français à Belgrade, prétendant que de tels évènements étaient improbables et que de toutes façons ils ne provoqueraient que hilarité dans l'opinion internationale (la réplique exacte m'échappe).

    Nonobstant toute considérations morales, puisque un trader se doit d'être totalement dépourvu d'émotion.

    Prévision d'un short sur BNP, en cas d'accusations plus poussées?

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    1 416
    LEMONDE.FR | 02.04.04 | 18h32 • MIS A JOUR LE 03.04.04 | 10h00
    Selon Jan Egelan, coordinateur de l'aide d'urgence des Nations unies, les "milices" arabes soutenues par le régime de Khartoum "pillent, brûlent, parfois bombardent les communautés de noirs d'origine africaine" et emploient les "tactiques de la terre brûlée".
    La communauté internationale a-t-elle enfin pris la mesure de la catastrophe humanitaire en cours dans l'ouest du Soudan ? Des voix s'élèvent en tout cas depuis jeudi pour convaincre Khartoum de mettre fin à l'oeuvre sinistre des milices arabes responsables des massacres perpétrés dans cette région.
    Un haut responsable des Nations unies a ainsi qualifié vendredi de "nettoyage ethnique" la campagne de violences actuellement en cours contre les populations indigènes du Darfour.
    Jan Egelan, coordinateur de l'aide d'urgence des Nations unies, a également demandé à la communauté internationale 145 millions de dollars (près de 120 millions d'euros) pour venir en aide à un million de personnes, notamment aux 700 000 déplacés au Soudan et au Tchad.
    M. Egelan a précisé que l'appel pour 145 millions de dollars d'aide (115 millions pour les déplacés au Soudan et 30 millions pour les réfugiés au Tchad) s'ajoutaient aux 23 millions demandés à la fin de l'année dernière et en grande partie reçus.
    "NETTOYAGE ETHNIQUE"
    M. Egelan a souligné en s'exprimant devant les journalistes que les "milices pillent, brûlent, parfois bombardent les communautés de noirs d'origine africaine" et emploient les "tactiques de la terre brûlée". "Le gouvernement soudanais doit s'engager à désarmer les milices et permettre au personnel humanitaire d'avoir accès sans restriction aux personnes ayant d'aide et d'assistance", a encore déclaré le responsable de l'ONU.
    "Je considère qu'ils s'agit de nettoyage ethnique, je ne connais pas d'autre mot pour cela", a ajouté le responsable des affaire humanitaires des Nations unies qui s'adressait à la presse après une réunion du Conseil de sécurité consacrée au Soudan.
    Le Conseil, à l'issue de ces consultations à huis clos, a lancé un appel au gouvernement de Khartoum et aux groupes d'opposition soudanais leur demandant de conclure un "cessez-le-feu humanitaire" et de parvenir à un règlement politique du conflit.
    M. Egelan n'a pas confirmé le chiffre de 10 000 morts provoqués par ces affrontements, avancé par certaines sources et qualifié vendredi de "trop élevé" par l'ambassadeur du Soudan aux Nations unies, M. Elfatih Mohammed Erwa. "Je dirais plusieurs milliers, mais 10 000, je ne ne suis pas en mesure de le dire", a indiqué le responsable des secours des Nations unies.
    M. Egelan a, en revanche, indiqué qu'un million de personnes sur les six millions d'habitants des trois provinces soudanaises qui constituent le Darfour, frontalier du Tchad, avaient besoin d'assistance. Les populations du Darfour, comme du Sud-Soudan, sont d'origine africaine à la différence de celles du Nord, d'origine arabe, qui sont au pouvoir à Khartoum.
    CONDAMNATION DE WASHINGTON
    A Washington, le département d'Etat s'est également ému de la situation au Darfour, soulignant qu'il y avait de solides preuves selon lesquelles les milices pro-gouvernementales commettaient des abus.
    "Il est clair pour nous que les milices pro-gouvernementales brûlent des villages et tuent des civils et qu'une crise humanitaire majeure est en train de se dérouler dans cette région", a indiqué le porte-parole adjoint du département d'Etat, Adam Ereli. "Nous condammons ces atrocités et demandons fermement au gouvernement du Soudan de prendre des mesures immédiates contre ces milices et de permettre un contrôle extérieur de la situation", a-t-il dit.
    Jeudi à Genève, Daniel Augstburger, responsable des secours d'urgence de l'ONU de retour d'une mission dans le Darfour, avait décrit des scènes de nettoyage ethnique accompagnées de "nombreuses atrocités", imputées aux milices arabes alliées à Khartoum.
    Vendredi, un porte-parole des Nations unies a indiqué que celles-ci se préparaient à engager une enquête sur les massacres commis au Darfour. "Etant donné l'urgence de la situation, le Haut Commissaire espère déployer une mission d'enquête dans les jours qui viennent", a déclaré lors d'un point de presse le porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, José Diaz.
    "CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ"
    L'organisation humanitaire Human Right Watch (HRW) a de son côté rendu ces "milices" responsables d'"énormes violations des droits de l'homme" dans le Darfour, avertissant que le Soudan devra "répondre de crimes contre l'humanité".
    Khartoum "doit immédiatement désarmer et dissoudre les milices, et permettre aux organisations humanitaires d'apporter de l'aide aux personnes déplacées", déclare HRW à New York. Le Soudan devra "répondre de crime contre l'humanité", ajoute l'organisation, en accusant le régime d'avoir armé environ 20 000 membres de ces milices.
    Dans un rapport intitulé "Le Darfour en flammes : atrocités au Soudan occidental", HRW détaille les "énormes violations des droits de l'homme" commises par ces milices qui "agissent en totale impunité".
    Les combats au Darfour auraient fait de 3 000 morts à 10 000 morts, 670 000 déplacés au Soudan et 135 000 réfugiés au Tchad, selon des estimations d'organisations humanitaires.
    Le coordinateur des activités humanitaires de l'ONU au Soudan, Mukaesh Kapila, estime que ce conflit "est aujourd'hui la plus grande catastrophe mondiale au plan humanitaire et pour les droits de l'homme".
    NÉGOCIATIONS DANS L'IMPASSE
    Les efforts de la médiation tchadienne vendredi à N'Djamena pour convaincre les belligérants du conflit inter-soudanais du Darfour de s'asseoir à une même table se sont heurtées à la question de la présence ou non d'observateurs internationaux.
    La médiation tchadienne tente depuis jeudi de faire asseoir à une même table les belligérants qui s'affrontent au Darfour depuis février 2003, après le début mercredi de discussions indirectes.
    Légère avancée vendredi matin : la médiation tchadienne est parvenue à réunir la délégation du gouvernement soudanais et celles des "rebelles" au ministère des affaires étrangères, dans deux salles différentes mais pour la première fois dans un même lieu depuis l'ouverture des négociations mardi.
    Selon une source proche de la médiation, les délégations des "rébellions" du Mouvement de libération du Soudan (MLS) et du Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE) ont exigé une nouvelle fois la présence d'observateurs internationaux à d'éventuelles discussions directes.
    "Le gouvernement soudanais refuse de s'asseoir en présence de la communauté internationale. Nous ne nous asseyons pas pour discuter sans la communauté internationale pour témoins", a déclaré un peu plus tard Abubker Hamid Nour, chef de la délégation du MJE.
    Selon la médiation et M. Hamid Nour, les délégués de Khartoum ont indiqué avoir sollicité leur gouvernement au sujet des observateurs internationaux de l'Union européenne, des Etats-Unis et d'une ONG suisse, dont les rebelles du Darfour avaient exigé la présence pour venir à N'Djamena.
    La présence de ces observateurs internationaux avait provoqué dès l'ouverture des négociations mardi soir un premier incident, la délégation gouvernementale soudanaise boycottant la cérémonie officielle, affirmant que les pourparlers étaient censées être menés par le Tchad avec "l'appui de l'Union africaine" (UA) uniquement.
    Depuis le début des travaux, ces observateurs ne participent qu'aux réunions entre la médiation et les "rebelles", seuls les diplomates de l'UA assistant aux rencontres avec les délégués de Khartoum.
    Selon certains observateurs, le président soudanais, Omar El-Béchir, cherche à tout prix à éviter une "mainmise internationale" sur le conflit du Darfour.
    Lemonde.fr (avec AFP)
    Annan recommande d'"agir rapidement" au Darfour

    07/04 12:35 : La communauté internationale "doit être prête à agir rapidement", y compris par des moyens militaires, si le Soudan refuse de laisser entrer l'aide humanitaire au Darfour (ouest du Soudan), a affirmé mercredi le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan.

    S'adressant à la Commission des droits de l'homme de l'Onu à l'occasion du dixième anniversaire du génocide au Rwanda, M. Annan a fait part de "sa grave inquiétude" et d'un "mauvais pressentiment" à propos de la situation dans cette province de l'ouest du Soudan.

    Rappelant qu'un responsable de l'Onu avait parlé de "nettoyage ethnique" à propos des effets du conflit entre le gouvernement soudanais et les rebelles au Darfour, il a conclu: "la communauté internationale ne peut pas rester sans rien faire".

    "Il est vital que les travailleurs humanitaires internationaux et les experts des droits de l'Homme aient totalement et sans délai accès (...) aux victimes", a affirmé M. Annan.

    "Si cet accès est refusé, la communauté internationale doit être prête à agir rapidement et de manière appropriée", a-t-il affirmé.

    "Dans de telles situations", M. Annan a préconisé "une série de mesures pouvant inclure une action militaire", tout en soulignant que l'option militaire devait être utilisée seulement en dernier recours, "dans des cas extrêmes".

    M. Annan a aussi annoncé son intention de dépêcher, à l'invitation du gouvernement soudanais, "une équipe de haut niveau au Darfour pour mieux évaluer l'ampleur et la nature de cette crise".

    Selon différentes sources humanitaires, les combats qui opposent depuis février 2003 les forces gouvernementales aux rebelles du Darfour auraient fait environ 10.000 morts, 670.000 déplacés au Soudan et 100.000 réfugiés au Tchad.

    Selon des ONG et des fonctionnaires de l'ONU, des milices soutenues par le gouvernement de Khartoum se livrent à des massacres, à des viols et à des pillages à l'encontre de quatre ethnies de la région, les forçant à fuir leurs villages



    TIENS VOILA DU BOULOT !!!! et ya deja tellement de morts, que nos chers médias si prompt à faire le décompte du conflit israeolo-palestinien, à l'unité pres!!!! au jour le jour,en chipotant sur les responsabilités des uns ou des autres ! histoire de bien nous foutre la merde ici ! en excitant les excités !! en oublient ce pauvre soudan qui n'en peut mais !!!!
    faut que les gros puissent ce goinfrer ! fo ue les petits puisent engraisser !! fo qu'ça saigne fo qu'ça saigne !!!!!
    tiens .... t'auras du boudin tiens t'auras du boudin !!!!!!

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Sous terre dès que possible
    Messages
    1 029
    On s'en fout se sont des négros et ils sont loin !
    Au Soudan cela fait 30 à 40 ans que les chers dirigeants islamistes massacrent les animistes et quelques chrétiens et tout le monde s'en fout. On parle de plusieurs millions de morts mais ce sont des sauvages vous comprenez ?
    Ah si c'était des juifs qui en avaient tué le centième ou à la rigueur des chrétiens qui en avaient tué le dixième là on pourrait réagir mais de braves adorateurs de Mahomet il ne faut pas y toucher.

    Qui se rappelle des horribles massacres des hordes faschistes serbes au début de la guerre du Kosovo?Je me souviens de l'affolement des journalistes parlant de deux ou trois colonnes de 100 000 réfugiés dont on n'avait plus de nouvelles et qui surement avaient été exterminées...

    Le nombre de victimes s'est dégonflé (heureusement) mais les démentis on les attend.

    Il y a les bons morts et les mauvais morts...

    Rappelons nous, 200 personnes dont pourtant plusieurs musulmans assassinés à Madrid et aucune manifestations de soutien dans les pays arabes, ni de la population, ni des imans...Un seul liquidé, le chef du Hamas et plein de manisfestations !

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Et les 40.000 morts entre l'Erythrée et l'Ethiopie, récemment pour un différend sur la possession d'un village frontalier ?

    Les journalistes (de gauche, est-ce un pléonasme?) ont effectivement la pitié et l'indignation sélectives.

    Au fait j'ai entendu parlé d'une minute de silence à respecter en France pour la 10 éme année du génocide au Ruanda.

    Où l'hypocrisie des politiques français et du Quai d'Orsay s'arrêtera-t-elle ?

    Au fait, que se passe-t-il en Côte d'Ivoire ? On n'en entend pas beaucoup paler en ce moment et pourtant...

Discussions similaires

  1. Banques d'affaires, banques commerciales...
    Par ronin dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/11/2011, 14h49
  2. Banques us et crise
    Par ronin dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/05/2009, 16h36
  3. Spéculer sur les élections Françaises :
    Par ronin dans le forum Actions, Dérivés, Indices ...
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/03/2007, 14h58
  4. Valeurs Internet : Des petites françaises à croquer
    Par tradebourse dans le forum Actions
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/10/2005, 17h30
  5. actions françaises aux us ???? s v p
    Par poilopo dans le forum Ressources
    Réponses: 6
    Dernier message: 04/06/2003, 17h06

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •