Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 17

Discussion: Cerep

  1. #1
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 167

    Cerep

    Que pensez vous de cette action qui doit faire paraitre ses résultas semestriels le 05 /08????

    Cerep
    Nouveau Marché
    Code Isin :
    FR0004042232
    Carpe Diem (Le Cercle des poètes disparus)

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    2 464
    certains sont positifs sur la valeur. Je souhaite que tu me la fasses mousser car j'en ai depuis des années avec un PR de 19.31
    @ micalement.

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 167

    J'espère que ça marchera mieux qu'A Novo! :) Je n'en ai pas

    encore, mais voici une étude(pas de moi! ;qui m'incite à m'interesser au problème :

    CEREP
    LÕavenir de lÕindustrie pharmaceutique

    Depuis son introduction en Bourse en 1998, Cerep
    a toujours constituŽ, ˆ bien des Žgards, une sociŽtŽ ˆ part.
    AssimilŽe au secteur de la biotechnologie, elle sÕen diffŽ-
    rencie de manire notable pour la simple et bonne raison
    quÕelle autofinance totalement son dŽveloppement, puisqu
    Õelle est rentable. La sociŽtŽ est lÕune des premires ˆ
    avoir dŽveloppŽ des outils de pharmaco-informatique
    destinŽs aux grands industriels de lÕindustrie pharmaceutique.
    LÕexercice 2003 a permis de valider des ŽlŽments
    importants, qui feront la croissance future de cette sociŽtŽ
    hors du commun. Mais laissez-moi vous-en convaincreÉ
    Un modle Žconomique novateur
    Le premier Žtage de son modle de dŽveloppement est
    fondŽ sur son activitŽ de service. En sÕappuyant sur une
    tendance lourde de cette industrie ˆ lÕexternalisation, le
    groupe propose aux dŽpartements de R&D, sous forme
    dÕabonnement, un accs ˆ sa base de donnŽes BioPrint,
    qui permet de prŽdire informatiquement (on dit aussi
    "in silico", par opposition ˆ "in vivo" et "in vitro") les
    profils des mŽdicaments candidats. LÕintŽrt dÕutiliser ce
    type dÕoutil est simple pour ses clients : obtenir un panel
    des molŽcules qui ont le plus de chances dÕarriver sur le
    marchŽ.
    LÕoptimisation de la R&D est une donnŽe critique
    pour les "big pharma". Il faut actuellement investir plus
    de 10 milliards de dollars, sur une pŽriode de dix ˆ douze
    ans, pour aboutir ˆ un mŽdicament mis sur le marchŽ.
    Paralllement, les groupes pharmaceutiques subissent
    la pression des gŽnŽriques. En effet, la durŽe maximale
    dÕun brevet sur une molŽcule avant quÕelle ne tombe
    dans le domaine public est de vingt ans. Si le temps pour
    arriver ˆ lÕobtention dÕune autorisation de mise sur le
    marchŽ, gr‰ce ˆ une meilleure sŽlection des "leads"
    (molŽcules-cibles) dans les phases prŽcliniques, est
    rŽduit, cela permettra non seulement de renforcer les
    chances dÕarriver au bout du processus, mais surtout
    dÕexploiter le brevet sur une pŽriode plus longue, dÕo
    un meilleur retour sur investissement.
    Par ailleurs, du fait de cette capacitŽ de prŽdiction
    rendue accessible par BioPrint, Cerep est en mesure
    de donner les moyens de limiter les effets secondaires
    des traitements ou, le cas ŽchŽant, de rŽorienter en cours
    de phase clinique la molŽcule vers une autre cible thŽrapeutique.
    Selon des Žtudes rŽcentes faites aux Etats-Unis,
    plus de deux millions de personnes souffrent actuellement
    dÕeffets secondaires (tremblements, problmes gastriques
    É) et plus de 100 000 dÕentre elles en meurent
    chaque annŽe, ce qui en fait la quatrime cause de dŽcs
    Žvitables aux Etats-Unis. Cet Žtat de fait reprŽsente un
    risque judiciaire trs ŽlevŽ pour les sociŽtŽs du secteur.
    Le deuxime Žtage du modle Žconomique de Cerep
    concerne les collaborations stratŽgiques. Toujours dans le
    souci dÕexternaliser les dŽpenses de R&D (qui ont atteint
    la somme astronomique de 35 milliards de dollars en
    2002 !), quelques grands groupes comme BMS et Sanofi
    ont nouŽ une collaboration stratŽgique, qui consiste ˆ
    confier ˆ Cerep le dŽveloppement de certaines molŽcules.
    En Žchange dÕun cofinancement des efforts de recherche
    et de paiements ˆ chaque Žtape franchie (plus des royalties
    reprŽsentant entre 3 et 5% des ventes si le mŽdicament
    arrive sur le marchŽ), la sociŽtŽ sÕengage ˆ utiliser
    ses Žquipes en interne pour dŽterminer le potentiel dÕune
    molŽcule, en lÕamenant ˆ diffŽrents stades cliniques. De
    son c™tŽ, le client pharmaceutique a la capacitŽ de stopper
    ˆ tout moment cette collaboration.
    Enfin le dernier volet, qui me semble aussi le plus
    intŽressant : Cerep a Žgalement dŽveloppŽ en interne son
    propre programme de R&D, intŽgralement autofinancŽ.
    Il est facile de comprendre que si lÕune de ses molŽcules
    devait arriver sur le marchŽ, lÕeffet sur les rŽsultats et la
    valorisation de Cerep serait massif. Les molŽcules dŽjˆ
    arrivŽes en phase prŽclinique sont licenciŽes pour un prix
    qui, selon une Žtude rŽcente, sÕŽlve ˆ 2 millions de dollars
    en paiement up-front (comptant), 15 millions de dollars
    de milestones (paiement dÕŽtape) et 7% de royalties
    sur les ventes. Dans ce domaine, lÕobjectif du groupe est
    clair : licencier chaque annŽe un mŽdicament issu de son
    programme interne.
    Des succs importants remportŽs
    en 2003
    LÕexercice 2003 a ŽtŽ important pour Cerep, et ce
    pour plusieurs raisons. La premire Ð et de notre point de
    vue la plus importante Ð est la validation de lÕoutil
    BioPrint en tant que plate-forme informatique capable
    dÕoptimiser la recherche de mŽdicaments candidats.
    En septembre dernier, BMS a pu dŽposer une IND
    (Investigation in New Drug) auprs de la FDA pour le
    lancement de tests cliniques de phase I sur la molŽcule
    LFA-1, dont lÕun des axes thŽrapeutiques est le traitement
    de lÕinflammation. Mme si seulement 10 ˆ 12% des
    molŽcules qui entrent dans cette phase arrivent sur le
    marchŽ, il sÕagit dÕune Žtape trs importante, dans la
    mesure o BioPrint a apportŽ la preuve de la validitŽ du
    concept de recherche in silico. Outre le versement de premiers
    milestones, estimŽs ˆ 1 million dÕeuros et touchŽs
    au second semestre 2003, cette annonce (qui Žtait attendue)
    valide un peu plus le modle Žconomique de
    la sociŽtŽ, qui associe des revenus rŽcurrents issus de
    son activitŽ de service et des revenus potentiels venant
    de son activitŽ de drug discovery. Par ailleurs, si de nouvelles
    Žtapes sont franchies dans cette phase clinique
    (phase I), le groupe pourrait recevoir 4 millions dÕeuros
    supplŽmentaires.
    Autre fait marquant : le groupe est parvenu ˆ finaliser
    une opŽration de croissance externe. Encore une fois, en
    procŽdant ˆ lÕacquisition dÕHespŽrion (sociŽtŽ spŽcialisŽe
    dans le design des Žtudes cliniques), Cerep se diffŽrencie
    trs nettement des opŽrations qui
    ont pu tre rŽalisŽes dans le secteur
    des biotechs. En effet, loin
    dՐtre dŽfensive, cette acquisition
    permet au groupe non seulement
    dÕaugmenter son chiffre dÕaffaires
    de lÕordre de 11-12 millions dÕeuros
    sur 2004e, mais Žgalement
    dÕŽlargir son offre de services ˆ
    destination des bio-pharma de
    taille moyenne (comme Berna
    Biotech). LÕexpŽrience
    dÕHesperion repose sur plus de 100 essais cliniques
    menŽs sur plus de 700 sites dans le monde, avec plus de
    10 000 patients. Avec cette opŽration, Cerep poursuit une
    stratŽgie dÕintŽgration verticale qui lui permet dÕŽlargir la
    gamme des services proposŽs ˆ ses clients tout en renfor-
    ant sa capacitŽ ˆ mener le plus loin possible ses propres
    programmes de R&D. Outre des synergies commerciales
    Žvidentes (Cerep a plus de 300 clients contre seulement
    25 pour la sociŽtŽ suisse), Hesperion pourra sÕappuyer
    sur BioPrint pour optimiser ses essais cliniques et formuler
    des recommandations encore plus prŽcises. Cerise sur
    le g‰teau : cette opŽration sera relutive ds 2004, puisque
    Cerep nÕa payŽ HespŽrion que 0,93x le chiffre dÕaffaires
    2003 et a mis la main sur une trŽsorerie nette de 2,7 millions
    dÕeuros.
    Un fort impact du dollar et des
    investissements en R&D ŽlevŽs en 2003
    En 2003, le chiffre dÕaffaires, qui a ŽtŽ impactŽ par
    lÕŽvolution dŽfavorable du dollar par rapport ˆ lÕeuro,
    sÕest ŽlevŽ ˆ 34,12 millions dÕeuros, en stabilitŽ par rapport
    ˆ 2002. A taux de change constant, le groupe aurait
    extŽriorisŽ cependant une croissance de 9,3%. Notons
    que cette stabilitŽ masque en fait la trs forte progression
    des activitŽs de service, qui ont gŽnŽrŽ un chiffre dÕaffaires
    de 29,5 millions dÕeuros, en hausse de 16% et de
    29% ˆ taux de change constant. LÕarrt de la collaboration
    stratŽgique avec BMS en octobre 2002 explique le
    repli de 49,2% (-45% ˆ taux de change constant) enregistr
    Ž dans lÕactivitŽ recherche, qui a gŽnŽrŽ un niveau de
    ventes de 4,6 millions dÕeuros (contre 9,1 millions dÕeuros
    en 2002). Le moindre niveau dÕactivitŽ en euros face
    aux charges de structure et le maintien des dŽpenses de
    R&D ˆ un niveau ŽlevŽ (11,7 millions dÕeuros sur lÕexercice,
    soit 34,6% du chiffre dÕaffaires 2003) sont les raisons
    principales du recul du rŽsultat dÕexploitation, qui
    ressort ˆ 1 million dÕeuros (contre 3,6 millions dÕeuros en
    2002). Toutefois, pour estimer uniquement le niveau de
    marge opŽrationnelle que Cerep pourrait dŽgager de
    manire normative, les rŽsultats du quatrime trimestre
    constituent un bon indicateur : pour un chiffre dÕaffaires
    de 10,9 millions dÕeuros, le rŽsultat dÕexploitation sÕŽlve
    ˆ 1,5 millions dÕeuros (marge opŽrationnelle de 15%).
    Cette performance illustre dÕune part lÕeffet de levier procur
    Ž par le volume dÕaffaires et, dÕautre part, les premiers
    rŽsultats obtenus dans la rŽorganisation du groupe (qui a
    permis de dŽgager des gains de productivitŽ) et la production
    en interne des rŽactifs.
    A fin 2003, Cerep prŽsente une
    structure bilantielle solide : les
    fonds propres sÕŽtablissent ˆ
    29,7 millions dÕeuros, pour une
    trŽsorerie nette de 10 millions
    dÕeuros (retraitŽe du crŽdit-bail).
    Notons que ce montant nÕintgre
    pas le paiement des 10,3 millions
    dÕeuros en cash pour lÕacquisition
    dÕHesperion (soit une VE/CA de
    0,7x). Le groupe a dŽgagŽ une
    capacitŽ de financement de 3,1 millions dÕeuros sur
    lÕexercice, ˆ comparer ˆ 5,6 millions dÕeuros en 2002
    (diffŽrence qui provient du contrat avec Pfizer, qui avait
    entra”nŽ un paiement comptant de 2,5 millions dÕeuros
    pour lÕacquisition des donnŽes de BioPrint). Outre un
    4e trimestre en forte croissance dans lÕactivitŽ service, la
    direction a indiquŽ avoir des efforts ˆ faire dans ce
    domaine en 2004.
    Une action qui va prendre 10 fois
    sa valeur dans quelques annŽes !
    Cette stratŽgie claire est menŽe par ˆ un management
    qui sait parfaitement o il va. Cerep est en train de creuser
    son sillon dans lÕindustrie pharmaceutique, et va en
    tirer trs rapidement de trs grands bŽnŽfices. Aprs avoir
    profitŽ des excs de valorisation liŽs ˆ la bulle internet,
    le titre, qui a ŽtŽ valorisŽ plus de 10x son chiffre dÕaffaires
    en 2000 (alors que Cerep rŽalisait deux fois moins
    de chiffre dÕaffaires), affiche actuellement des ratios historiquement
    bas, malgrŽ les succs trs importants remport
    Žs en 2003.
    AujourdÕhui, mon constat est simple : la sociŽtŽ nÕest
    valorisŽe que par rapport ˆ son activitŽ de service, les
    collaborations stratŽgiques ou le programme de recherche
    dŽveloppŽ en interne nÕŽtant absolument pas pris en
    compte. A moyen terme, lÕambition de son PDG est de
    voir sur toutes les bo”tes de nouveau mŽdicament un logo
    du type "Cerep Inside", comme vous trouvez aujourdÕhui
    du "Intel Inside" sur les PC. Alors, payer aujourdÕhui
    10 euros une action qui dans quelques annŽes peut valoir
    10 fois plus constitue une opportunitŽ que je vous
    conseille de ne pas rater. Acheter Cerep au cours actuel
    Žquivaut ˆ acheter un titre Microsoft au dŽbut des
    annŽes 80.
    Cerep
    Nouveau MarchŽ
    Code Isin :
    FR0004042232
    S S C SS
    A moyen terme, lÕambition
    du PDG est de voir sur toutes
    les bo”tes de nouveau
    mŽdicament un logo du type
    "Cerep Inside", comme vous
    trouvez aujourdÕhui du "Intel
    Inside" sur les PC.
    Carpe Diem (Le Cercle des poètes disparus)

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 167

    et comme ça on y gagnera en clarté

    CEREP
    LÕavenir de lÕindustrie pharmaceutique
    Depuis son introduction en Bourse en 1998, Cerep
    a toujours constitué, à bien des égards, une société à part. Assimilée au secteur de la biotechnologie, elle s'en différencie de manière notable pour la simple et bonne raison qu'elle autofinance totalement son développement, puisqu'elle est rentable. La sociét. est l'une des premières à avoir développé des outils de pharmaco-informatique destinés aux grands industriels de l'industrie pharmaceutique.
    L'exercice 2003 a permis de valider des éléments importants, qui feront la croissance future de cette société hors du commun. Mais laissez-moi vous-en convaincre
    Un modèle économique novateur
    Le premier étage de son modèle de développement est fondé sur son activité de service. En s'appuyant sur une tendance lourde de cette industrie . l'externalisation, le groupe propose aux départements de R&D, sous forme d'abonnement, un accès . sa base de données BioPrint,
    qui permet de prédire informatiquement (on dit aussi "in silico", par opposition . "in vivo" et "in vitro") les
    profils des médicaments candidats. L'intérêt d'utiliser ce type d'outil est simple pour ses clients : obtenir un panel des molécules qui ont le plus de chances d'arriver sur le marché
    L'optimisation de la R&D est une donnée critique pour les "big pharma". Il faut actuellement investir plus
    de 10 milliards de dollars, sur une période de dix à douze ans, pour aboutir à un médicament mis sur le marché.Parallèlement, les groupes pharmaceutiques subissent la pression des génériques. En effet, la durée maximale d'un brevet sur une molécule avant qu'elle ne tombe dans le domaine public est de vingt ans. Si le temps pour arriver . l'obtention d'une autorisation de mise sur le
    marché, grâce . une meilleure sélection des "leads" (molécules-cibles) dans les phases pré-cliniques , est
    réduit, cela permettra non seulement de renforcer les chances d'arriver au bout du processus, mais surtout
    d'exploiter le brevet sur une période plus longue, d'où un meilleur retour sur investissement.
    Par ailleurs, du fait de cette capacité de prédiction rendue accessible par BioPrint, Cerep est en mesure
    de donner les moyens de limiter les effets secondaires des traitements ou, le cas échéant, de réorienter en cours de phase clinique la molécule vers une autre cible thérapeutique.
    Selon des études récentes faites aux Etats-Unis, plus de deux millions de personnes souffrent actuellement
    d'effets secondaires (tremblements, problèmes gastriques) et plus de 100 000 d'entre elles en meurent
    chaque année, ce qui en fait la quatrième cause de décès évitables aux Etats-Unis. Cet état de fait représente un risque judiciaire très élevé pour les sociétés du secteur.

    Le deuxième étage du modèle économique de Cerep concerne les collaborations stratégiques. Toujours dans le souci d'externaliser les dépenses de R&D (qui ont atteint la somme astronomique de 35 milliards de dollars en 2002 !), quelques grands groupes comme BMS et Sanofi ont noué une collaboration stratégique, qui consiste à confier à Cerep le développement de certaines molécules.
    En échange d'un cofinancement des efforts de recherche et de paiements . chaque étape franchie (plus des royalties représentant entre 3 et 5% des ventes si le médicament arrive sur le marché), la société s'engage à utiliser ses équipes en interne pour déterminer le potentiel d'une molécule, en l'amenant à différents stades cliniques. De son côté, le client pharmaceutique a la capacité de stopper à tout moment cette collaboration.


    Enfin le dernier volet, qui me semble aussi le plus intéressant : Cerep a également développé en interne son propre programme de R&D, intégralement autofinancé.
    Il est facile de comprendre que si l'une de ses molécules devait arriver sur le marché, l'effet sur les résultats et la valorisation de Cerep serait massif. Les molécules déjà. arrivées en phase pré-clinique sont licenciées pour un prix qui, selon une étude récente, s'élève . 2 millions de dollars
    en paiement up-front (comptant), 15 millions de dollars de milestones (paiement d'étape) et 7% de royalties sur les ventes. Dans ce domaine, l'objectif du groupe est clair : licencier chaque année un médicament issu de sonprogramme interne.
    Des succès importants remportés en 2003
    L'exercice 2003 a été important pour Cerep, et ce pour plusieurs raisons. La première , et de notre point de
    vue la plus importante , est la validation de l'outil BioPrint en tant que plate-forme informatique capable
    d'optimiser la recherche de médicaments candidats.
    En septembre dernier, BMS a pu déposer une IND (Investigation in New Drug) auprès de la FDA pour le
    lancement de tests cliniques de phase I sur la molécule LFA-1, dont l'un des axes thérapeutiques est le traitement de l'inflammation. Même si seulement 10 à 12% des molécules qui entrent dans cette phase arrivent sur le marché, il s'agit d'une étape très importante, dans la mesure où BioPrint a apporté la preuve de la validité du concept de recherche in silico. Outre le versement de premiers milestones, estimés à 1 million d'euros et touchés au second semestre 2003, cette annonce (qui était attendue)
    valide un peu plus le modèle économique de la société, qui associe des revenus récurrents issus de
    son activité de service et des revenus potentiels venant de son activité de drug discovery. Par ailleurs, si de nouvelles étapes sont franchies dans cette phase clinique (phase I), le groupe pourrait recevoir 4 millions d'euros supplémentaires.
    Autre fait marquant : le groupe est parvenu à finaliser une opération de croissance externe. Encore une fois, en procédant à l'acquisition d'Hespérion (société spécialisée dans le design des études cliniques), Cerep se différencie très nettement des opérations qui ont pu être réalisées dans le secteur des biotechs.
    En effet, loin d'être défensive, cette acquisition permet au groupe non seulement d'augmenter son chiffre d'affaires de l'ordre de 11-12 millions d'euros sur 2004, mais également d'élargir son offre de services .
    destination des bio-pharma de taille moyenne (comme Berna Biotech).
    L'expérience d'Hesperion repose sur plus de 100 essais cliniques menés sur plus de 700 sites dans le monde, avec plus de 10 000 patients. Avec cette opération, Cerep poursuit une stratégie d'intégration verticale qui lui permet d'élargir la gamme des services proposés à ses clients tout en renforçant sa capacité à mener le plus loin possible ses propres programmes de R&D.
    Outre des synergies commerciales évidentes (Cerep a plus de 300 clients contre seulement 25 pour la société suisse), Hesperion pourra s'appuyer sur BioPrint pour optimiser ses essais cliniques et formuler
    des recommandations encore plus précises. Cerise sur le gâteau : cette opération sera relutive dès 2004, puisque Cerep n'a payé Hespérion que 0,93x le chiffre d'affaires 2003 et a mis la main sur une trésorerie nette de 2,7 millions d'euros.

    Un fort impact du dollar et des investissements en R&D .lev.s en 2003
    En 2003, le chiffre d'affaires, qui a été impacté par
    L'évolution défavorable du dollar par rapport à l'euro, s'est élevé à 34,12 millions d'euros, en stabilité par rapport a 2002. A taux de change constant, le groupe aurait extériorisé cependant une croissance de 9,3%. Notons que cette stabilité masque en fait la très forte progression des activités de service, qui ont généré un chiffre d'affaires de 29,5 millions d'euros, en hausse de 16% et de 29% à taux de change constant. L'arrêt de la collaboration stratégique avec BMS en octobre 2002 explique le repli de 49,2% (-45% à taux de change constant) enregistré dans l'activité recherche, qui a généré un niveau de ventes de 4,6 millions d'euros (contre 9,1 millions d'euros en 2002). Le moindre niveau d'activité en euros face aux charges de structure et le maintien des dépenses de R&D . un niveau .lev. (11,7 millions d'euros sur l'exercice,
    soit 34,6% du chiffre d'affaires 2003) sont les raisons principales du recul du résultat d'exploitation, qui
    ressort . 1 million d'euros (contre 3,6 millions d'euros en 2002). Toutefois, pour estimer uniquement le niveau de marge opérationnelle que Cerep pourrait dégager de manière normative, les résultats du quatrième trimestre constituent un bon indicateur : pour un chiffre d'affaires
    de 10,9 millions d'euros, le résultat d'exploitation s'élève à 1,5 millions d'euros (marge opérationnelle de 15%).
    Cette performance illustre d'une part l'effet de levier procuré par le volume d'affaires et, d'autre part, les premiers résultats obtenus dans la réorganisation du groupe (qui a permis de dégager des gains de productivité) et la production en interne des réactifs.
    A fin 2003, Cerep présente une structure bilantielle solide : les fonds propres s'établissent .
    29,7 millions d'euros, pour une trésorerie nette de 10 millions d'euros (retraitée du crédit-bail).
    Notons que ce montant n'intègre pas le paiement des 10,3 millions d'euros en cash pour l'acquisition
    d'Hesperion (soit une VE/CA de 0,7x). Le groupe a dégagé une capacité de financement de 3,1 millions d'euros sur l'exercice, . comparer . 5,6 millions d'euros en 2002 (différence qui provient du contrat avec Pfizer, qui avait entraîné un paiement comptant de 2,5 millions d'euros pour l'acquisition des données de BioPrint). Outre un 4ème trimestre en forte croissance dans l'activité service, la direction a indiqué avoir des efforts à faire dans ce domaine en 2004.
    Une action qui va prendre 10 fois sa valeur dans quelques années !
    Cette stratégie claire est menée par un management qui sait parfaitement où il va. Cerep est en train de creuser son sillon dans l'industrie pharmaceutique, et va en tirer très rapidement de très grands bénéfices. Après avoir profité des excès de valorisation liés à la bulle internet, le titre, qui a été valorisé plus de 10x son chiffre d'affaires en 2000 (alors que Cerep réalisait deux fois moins de chiffre d'affaires), affiche actuellement des ratios historiquement bas, malgré les succès très importants remportés en 2003.
    Aujourd'hui, mon constat est simple : la société. n'est valorisée que par rapport à son activité de service, les collaborations stratégiques ou le programme de recherche développé en interne n'étant absolument pas pris en compte.
    A moyen terme, l'ambition de son PDG est de voir sur toutes les boîtes de nouveau médicament un logo
    du type "Cerep Inside", comme vous trouvez aujourd'hui du "Intel Inside" sur les PC. Alors, payer aujourd'hui 10 euros une action qui dans quelques années peut valoir
    10 fois plus constitue une opportunité que je vous conseille de ne pas rater. Acheter Cerep au cours actuel
    équivaut . acheter un titre Microsoft au début des années 80.
    Cerep
    Nouveau March.
    Code Isin :
    FR0004042232
    Jean Chabru
    Rédacteur en chef - Stratégie Small Caps
    Carpe Diem (Le Cercle des poètes disparus)

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    2 464
    ça coùte cher en effet, effer, de créer un nouveau médicament commercialisable. les Gauchistes qui voudraient brader les nouveaux médicaments pour le tiers-monde, notamment pour le SIDA ne savent pas que c'est le meilleur moyen de tuer la recherche et donc le progrès de la médecine.

    Ta nouvelle me réjouit quant à l'évolution à MT de CEREP.
    @ micalement.

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    2 464
    Par l'intermidiaire de la chronique AGORA, je viens de recevoir le même texte mais sans nommer CEREP dans le but de m'abonner à un site payant sans doute.
    @ micalement.

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de amhamdr
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    1 101
    Citation Envoyé par cinna
    certains sont positifs sur la valeur. Je souhaite que tu me la fasses mousser car j'en ai depuis des années avec un PR de 19.31
    @ micalement.
    Cher Cinna, je veux bien que 19.31 soient des mensurations respectables , et que les années en finistère soient longues aussi, mais de là à faire des avances à notre cher effer.... quand même .....

    AMHA.....MDR

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    2 464
    Amhamdr, je constate que ton esprit est tout aussi déformé que la tête de ton avatar
    @ micalement.

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    1 416
    quel coquin ce mordo!

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 167

    lol !:)

    On s'en tiendra à ça ou ça mais pas ça sinon ce sera ça
    Carpe Diem (Le Cercle des poètes disparus)

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. CEREP
    Par esope dans le forum Actions
    Réponses: 3
    Dernier message: 22/02/2008, 19h03
  2. CEREP
    Par dip dans le forum Actions
    Réponses: 24
    Dernier message: 18/12/2006, 12h53
  3. Cerep
    Par pimy dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 6
    Dernier message: 28/09/2005, 12h02
  4. Cerep CER
    Par xenia dans le forum Actions
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/02/2004, 11h37
  5. cerep
    Par couettos dans le forum Actions
    Réponses: 4
    Dernier message: 25/11/2003, 13h59

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •