Des révélations émises par les services de renseignements français
> (RG) révelent que les attentats perpétrés ? New York et Washington, il y a
> deux ans, auraient en fait du etre commis dans la capitale
> française.
> Pour plusieurs motifs, que nous détaillons Ci-dessous
> pourquoi la tentative a échoué
> !
> Selon nos informations, deux terroristes venus de quelque part au
> Moyen Orient, sont arrivés a Paris avec la ferme intention d'accomplir
> le "châtiment d'Allah contre tous ces infideles français", mais n'ont
> pu parvenir a leur
> fin.
> Voici le résumé et l'itinéraire de l'expédition de ces deux
> terroristes, une fois arrivés sur le territoire
> français.
> * Dimanche 23.30 :
> Débarquement a l'aéroport de Roissy CDG, en provenance de Turquie.
> Ils quittent enfin l'aérogare apres huit heures en attente de leurs
> bagages qui
> avaient été perdus. Ils prennent le taxi. Le chauffeur africain
> les observe
> dans le rétro, et a la vue de leur facies de touristes, entreprend de leur
> faire faire le tour de la ville. Devant leur mutisme, le
> compteur affichant
> déja 150 euros, il décide de les achever en prenant le boulevard
> périphérique et se colle dans les embouteillages. A la faveur d'une
> pause-pipi en gare du Nord, un complice du chauffeur monte, leur
> soustrait
> les bagages, leur distribue quelques baffes et les deux terroristes sont
> abandonnés sur le carreau.
> * Lundi 12.00 :
> Ayant retrouvé leurs esprits apres le pugilat, les deux terroristes louent
> une chambre dans un hôtel pres de la gare du Nord ou ils se remettent
> de leurs émotions. Ils téléphonent a un complice arrivé avant eux et en
> place depuis longtemps afin de prendre rendez-vous pour se faire remettre
> les billets d'avion correspondant au vol qui doit etre
> détourné.
> * Lundi 16.00 :
> Les terroristes sortent de l'hôtel pour louer une voiture afin de
> se rendre
> aux Champs-Elysées ou le rendez-vous a été pris. En se dirigeant vers
> la Concorde, ils se retrouvent immobilisés a hauteur des Grands
> Boulevards
> par manifestation des anti-mondialistes d'ATTAC. Ils décident de faire
> demi-tour afin de gagner les voies sur berges mais se retrouvent bloqués
> a
> hauteur de la place de la République par une autre manifestation
> rassemblant des personnels de l'Education Nationale.
> Le métro et les autobus étant paralysés a cause d'une greve consécutive a
> des agressions commises a l'encontre des agents, les terroristes décident
> d'abandonner leur véhicule la et de continuer a pied.
> * Lundi 22.00 :
> Ils arrivent enfin sur les Champs mais leur contact ne les a pas attendus.
> Ils retournent donc a leur hôtel.
> * Mardi 00.00
> De retour a leur hôtel, les deux terroristes fourbus téléphonent a leur
> complice pour lui rendre compte de la situation. Ils tombent sur un
> répondeur car le complice a, de son côté, été retardé par
> une manifestation
> d'agriculteurs en colere. Ils décident de se reposer en attendant.
> * Mardi 08.00
> Les terroristes sont réveillés par un coup de téléphone de leur contact
> qui a décidé de leur apporter directement les billets ainsi que de
> l'argent.
> * Mardi 13.00
> Apres un frugal repas, les deux terroristes se dirigent en voiture vers
> Orly afin d'embarquer et de détourner un avion d'Air France et le crasher
> sur la Tour Eiffel. Malheureusement les contrôleurs aériens sont en greve
> pour protester contre un projet de directive de Bruxelles libéralisant le
> contrôle aérien. Au comptoir d'Air France, une employée tres courtoise
> leur propose un échange de billets pour le lendemain puisque aucun avion
> ne
> peut décoller ou atterrir ce jour. De retour au parking, ils constatent
> qu'on leur a volé leur voiture. Ils rentrent donc a l'hôtel par le bus et
> le
> métro car leur mésaventure avec le taxi les a rendus méfiants.
> * Mardi 20.00
> Affamés et fourbus, les terroristes sont de nouveau a l'hôtel pres de la
> gare du Nord ou ils se restaurent et passent la nuit.
> * Mercredi 13.00
> Les terroristes repartent vers Orly par les transports en commun. Ils y
> arrivent a 14.30 pour constater que leur vol a été annulé suite a une
> greve des pilotes d'Air France qui revendiquent une augmentation de
> salaire
> et une diminution de la durée de leur service. Les terroristes envisagent
> un moment l'éventualité du détournement d'un autre appareil mais le
> seul
> avion sur la piste est un vol d'Air Liberté qui a 18 heures de
> retard...
> Les employés et les passagers campent dans l'aérogare, chantant
> des
> chansons populaires, criant des slogans assassins contre Swissair et
> le gouvernement. Les CRS se lancent a l'assaut de la foule, tout le
> monde
> prend des
> coups.
> * Mercredi 19.45
> Devant un tel contexte instable, les deux terroristes songent a changer
> leur plans et décident d'aller faire sauter Monaco. Ils se dirigent
> vers le
> comptoir d'Air Littoral et l'employé, un certain Jacques Cambraleoni,
> leur vend des billets pour un vol qui n'existe déja
> plus.
> * Mercredi 21.00
> Les terroristes commencent a se demander si faire sauter Paris ne serait
> pas considéré comme un acte de charité. Morts de faim, ils décident alors
> d'aller manger quelque chose au Hilton Orly. Ils prennent des asperges,
> une omelettte et du jus
> d'orange.
> * Jeudi 00.35
> Ils sont transportés en urgence a l'Hôpital Pompidou, en raison d'une
> salmonellose provoquée par l'omelette. Ils attendent des heures aux
> urgences, se chiant littéralement dessus. Ils seront hospitalisés pendant
> deux semaines suite a une légionellose attrapée a l'hôpital a cause de
> l'air conditionné.
> * Mercredi (deux semaines plus tard) 12.00
> Ils sortent enfin de l'hôpital, et décident de rentrer dans leur
> pays apres
> avoir récupéré leurs affaires a l'hôtel. Ils décident de faire
> quelques pas
> dehors pour se détendre et se retrouvent tout pres du Parc des Princes
> ou se joue un match PSG/OM. Des skins racistes, supporters du PSG,
> leur
> tombent dessus et les prenant pour des bronzés marseillais les tabassent.
> Des passants compatissants les ramassent et pour les réconforter les
> conduisent au café le plus proche ou, ignorant leur confession, on leur
> sert un pichet de "Villageoise" ce qui leur provoque instantanément
> une infection urinaire aiguë qui les ramene a
> l'hôpital.
> * Samedi 12.00
> Les terroristes, sitôt sortis de l'hôpital, louent une voiture et, sans
> retourner a leur hôtel, prennent la route en direction de l'Espagne,
> probablement pour gagner le Maroc. Ils se jurent, "parole de Ben
> Laden", de ne jamais remettre les pieds dans notre foutu pays et
> estiment
> qu'il
> est moins risqué d'aller foutre la merde aux
> USA.
> Voila c'est cela notre défense passive! C'est tres efficace et absolument
> percutant.
> !
>
>
>