Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3
  1. #1
    dip
    dip est déconnecté
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    1 565

    essai specu sur infogrames 1.46 ........

    bonne chance a moi

  2. #2
    Senior Member Yoda-Master Avatar de pimy
    Date d'inscription
    October 2004
    Messages
    375


    En hebdo, jamais Ifg n'est descendu au dessous de 1.25, today 1.26 , pensez-vous que la valeur fera partie des penny stock bientôt ??

    - - -

  3. #3
    Member Expérimenté Avatar de allonsy
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    55

    salut, justement a propos IFG la raison de la baisse >>

    É C O N O M I E
    LYON FIGARO 9 MARDI 19 OCTOBRE 2004
    LES JEUX DANGEREUX D’INFOGRAMES
     Pascal AUCLAIR
    ÀFORCE DE TIRER sur le
    manche, Bruno Bonnell
    va-t-il finir par casser
    son beau joujou ?
    La question est plus
    que jamais d’actualité,
    alors que des rumeurs
    alarmistes - et persistantes -
    font état d’une nette dégradation
    de la situation financière
    d’Atari (ex-Infogrames),
    au point que l’entreprise
    aurait désormais du mal à
    honorer ses créances. “Ça
    sent mauvais, confirme un
    des cadres de l’entreprise. La
    situation s’est aggravée
    depuis la rentrée. On a des
    consignes pour réduire les
    coûts au maximum. Mais les
    délais de paiement des fournisseurs
    sont de plus en plus
    longs. On commence d’ailleurs
    à avoir du mal à trouver des
    entreprises qui acceptent de
    travailler avec nous”. Bref, le
    numéro 3 mondial des jeux
    vidéo semble proche de l’état
    de cessation de paiement et
    un nouveau plan social serait
    en gestation dans les coursives
    des péniches de Vaise.
    “La situation est effectivement
    difficile depuis plusieurs
    mois. À ce jour, il n’y a pas
    d’issue et ce manque de stabilité
    financière pèse forcément
    sur les prises de décisions
    à moyen et long terme“,
    reconnaît Stéphane Baudet,
    le patron d’Eden Studio, racheté
    par Infogrames en 2001,
    qui précise toutefois que,
    pour l’instant, “l’impact de la
    situation reste négligeable au
    niveau opérationnel”.
    Plusieurs éléments ont contribué
    à accélérer la descente
    aux enfers du groupe lyonnais.
    D’une part, le groupe,
    lourdement endetté depuis
    sa boulimie de croissance
    externe des années 1999-
    2001 (acquisition de l’Américain
    GT Interactive en 1999,
    d’Hasbro en 2000, d’Eden
    Studio en 2001...), , se trouve
    aujourd’hui étranglé par les
    banques. Certes, Atari est
    parvenu à négocier l’échéance
    des Océanes 2004 (Obligation
    à option de conversion
    et/ou d’échange), en juillet
    dernier, d’un montant de 24
    millions d’euros. Mais se profile
    déjà le remboursement,
    beaucoup plus conséquent,
    des Océanes 2005, d’un montant
    total de 117 millions
    d’euros.
    Par ailleurs, les coupes-sombres
    au sein des effectifs ont
    réduit à la fois le potentiel de
    créativité et la force de vente
    de l’entreprise. Pour sortir de
    ce cercle vicieux, Bruno Bonnell
    souhaite “concentrer les
    efforts de développement et
    de vente du groupe sur ses
    meilleures marques”. Une
    stratégie dangereuse, l’avenir
    d’Atari étant suspendu au
    succès commercial de quelques
    titres phares, dont Driver
    3, lancé en juin dernier à
    près de 2,5 millions d’unités
    dans le monde. Or, s’il figure
    régulièrement, depuis le début
    de l’été, en tête des ventes
    en Europe, le jeu demeure
    en-deçà de ses objectifs
    initiaux.
    Enfin, par mesure d’économie,
    les effectifs lyonnais
    d’Infogrames ont fondu depuis
    quatre ans, passant de
    520 personnes à moins de
    170 collaborateurs, et les rutilantes
    péniches “amarrées”
    sur les bords de Saône sont
    devenues un bien lourd fardeau.
    “À peine 30% des 13 000
    mètres carrés de locaux sont
    occupés. Or, les charges du
    bâtiment sont très élevées et
    les entreprises ne se bousculent
    pas pour s’y installer. On
    a perdu Valliance et Groupama.
    Il ne reste que Fidal comme
    sous-locataire”, confie un
    cadre de l’entreprise, qui précise
    que le mobilier inutilisé
    est désormais bradé pour
    générer un peu de trésorerie.
    “Infogrames en cessation de
    paiement ? Je ne serais qu’à
    moitié étonné, confie un analyste
    financier de Wargny. Sur
    le plan opérationnel, le groupe
    continue de perdre des
    parts de marché. Driver 3 n’a
    pas connu le succès escompté
    et le chiffre d’affaires
    continue de baisser. Certes,
    la marge opérationnelle devrait
    être proche de l’équilibre.
    Le problème, c’est que se
    profile une échéance de près
    de 120 millions d’euros à
    rembourser en juillet 2005”.
    Compte tenu de l’état de sa
    trésorerie, l’éditeur lyonnais
    risque donc de devoir se résoudre
    à de nouveaux sacrifices
    ou à une opération sur le
    capital pour sortir de l’impasse,
    avec un énième plongeon
    du titre en perspective (voir
    ci-dessous).
    Dans ce contexte, la marge
    de manœuvre de Bruno Bonnell
    apparaît singulièrement
    réduite. Hier, le pdg d’Infogrames
    a fait savoir qu’il ne
    souhaite pas s’exprimer
    avant la publication des résultats
    trimestriels du groupe.
    Mais en interne, le cœur n’y
    est plus et le fossé se creuse
    entre les salariés et un patron
    autrefois adulé.
    “Au début de l’été, la direction
    a voulu transférer toute
    l’équipe de distribution et du
    marketing à Paris. Mais les
    dix personnes concernées
    ont envoyé leur lettre de
    démission. Finalement, le
    transfert ne s’est pas fait et
    les commerciaux sont restés
    à Lyon“, rapporte une salariée,
    sans illusion sur l’avenir
    de l’entreprise. ”À terme, pour
    espérer s’en sortir, le groupe
    devra complètement délaisser
    la création, trop coûteuse,
    pour se concentrer sur la
    seule distribution“.
    Un tel cas de figure conduirait
    inévitablement à une nouvelle
    vague de licenciements. Mais
    cette extrémité n’aurait pas le
    même impact qu’en 2002.
    ”Lors du précédent plan
    social, en 2002, on était heureux
    d’avoir échappé au licenciement.
    Malheureusement,
    depuis, l’ambiance
    s’est détériorée et s’il y a un
    nouveau plan mis en œuvre,
    beaucoup de monde sera
    candidat au départ“, pronostique,
    résigné, un cadre du
    siège de Vaise. Un siège dont
    les imposantes péniches,
    dépourvues de bouée de
    sauvetage, ressemblent de
    plus en plus à une galère...
    Jeux vidéo> LE GROUPE A DE PLUS EN PLUS DE MAL À HONORER SES DETTES
    « LE CAPITAL CONFIANCE
    DE BRUNO BONNELL EST ÉPUISÉ »
    LA COTE D’INFOGRAMES a
    fondu comme neige au
    soleil depuis l’éclatement
    de la bulle Internet. Le cours
    de l’action, qui avait crevé le
    plafond des 50 euros en
    mars 2000, végète désormais
    sous la barre des 1,5
    euros. Cette dégringolade
    s’est accélérée, depuis le 1er
    janvier, avec une chute de
    près de 70%, entrecoupée
    par d’éphémères rebonds
    consécutifs à d’inévitables
    rumeurs d’OPA(1). “On constate
    une énorme spéculation
    sur le titre aux dépens des
    petits actionnaires soumis,
    depuis plusieurs années, au
    régime de la douche froide.
    De plus, il existe un gap énorme
    entre les prévisions et les
    résultats de l’entreprise. Aujourd’hui,
    le capital confiance
    de Bruno Bonnell est épuisé”,
    lance le trublion Nicolas
    Miguet, autoproclamé porteparole
    des petits actionnaires.
    Après avoir mené la fronde
    autour d’Eurotunnel, l’analyste
    boursier confie s’intéresser
    de près au devenir du groupe
    lyonnais, et surtout à sa capitalisation
    boursière. “D’anciens
    administrateurs m’ont contacté
    et envoyé une série de
    documents forts instructifs.
    Aujourd’hui, Bruno Bonnell
    est coincé car tous ses titres
    sont nantis par les banques.
    Pourtant, il continue de vivre
    comme Louis XIV avec sa cour,
    avec un mépris total pour ses
    actionnaires, comme lorsqu’il
    est arrivé en combinaison de
    ski lors d’une précédente assemblée
    générale”.
    Les déboires actuels d’Atari
    peuvent-ils conduire l’entreprise
    au dépôt de bilan ? “Il y
    a deux ans, j’aurais dit oui.
    Aujourd’hui, je n’y crois pas.
    Cela dit, Bruno Bonnell est
    vraiment dans une impasse
    car sans cash-flow, il ne peut
    financer de jeux futurs. Or, la
    création est le moteur de sa
    croissance”, résume Nicolas
    Miguet, qui promet d’assister
    à la prochaine AG du groupe,
    histoire de “poser les bonnes
    questions”.
    Pur hasard ? Toujours est-il que
    Bruno Bonnell a lancé officiellement,
    hier, un club d’actionnaires
    afin, “dans la période
    tourmentée que nous
    vivons”, de “dialoguer dans la
    plus grande transparence”.
    Dans le cadre de cette nouvelle
    stratégie de communication,
    l’éditeur lyonnais vient
    de publier le premier numéro
    de sa Lettre aux actionnaires,
    support d’information mensuelle
    complété par un numéro
    vert, joignable du lundi
    au vendredi, de 9 à 18 heures.
    Dès le mois prochain, les
    actionnaires internautes auront
    également un espace dédié
    sur le site web du groupe.
    P.A.
    (1) En l’espace de deux
    semaines, courant août,
    le titre Infogrames a progressé
    de plus de 50%.
    À l’origine de ce brutal
    renversement de tendance,
    une rumeur faisant
    état d’un possible
    intérêt de l’Américain
    Viacom pour le groupe
    lyonnais. Mais la spéculation
    a fait long feu et
    l’action est retombée
    proche de ses plus bas
    historiques.
    Bourse> NICOLAS MIGUET, AUTOPROCLAMÉ PORTE-PAROLE
    DES PETITS ACTIONNAIRES
    Le numéro 3 mondial des jeux vidéos semble proche de l’état de cessation de paiement et un nouveau
    plan social serait en gestation dans les coursives des péniches de Vaise. (Photo Marcos)
    me revoilà

Discussions similaires

  1. Infogrames E.
    Par mcfly dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 59
    Dernier message: 01/08/2008, 01h12
  2. Infogrames
    Par Grichka dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 46
    Dernier message: 06/11/2005, 23h54
  3. Infogrames
    Par nemo dans le forum Long et moyen terme
    Réponses: 1
    Dernier message: 13/07/2005, 01h27
  4. INFOGRAMES
    Par TULO13 dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 47
    Dernier message: 20/05/2005, 18h36
  5. INFOGRAMES
    Par financier dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/03/2004, 18h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •