Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2
  1. #1
    Senior Member Yoda-Master Avatar de blou
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    376

    L'or expliquee à Xene lolll

    par Alan Greenspan Himself, dans un essai date de 1966


    L'OR ET LA LIBERTE ECONOMIQUE

    Depuis le début de la Première Guerre mondiale, l'or a été quasiment le seul étalon d'échange international.

    L'or, ayant des fonctions tant artistiques que pratiques, et étant relativement rare, a toujours été considéré comme un produit de luxe. Il est durable, transportable, homogène, divisible, et présente donc des avantages significatifs par rapport à tous les autres moyens d'échange.

    Mais si tous les biens et services devaient être payés en or, les grosses sommes seraient difficiles à réaliser, et cela tendrait à limiter la proportion de division du travail et de spécialisation d'une société.

    L'extension logique de la création d'un moyen d'échange est donc le développement d'un système bancaire et d'instruments de crédit (billets et dépôts) agissant en tant que produits de substitution à l'or -- mais qui peuvent être convertis.

    Un système bancaire libre basé sur l'or peut étendre et ainsi créer des billets de banque (devise) et des dépôts, selon la production de l'économie. Les propriétaires individuels d'or sont encouragés, par le paiement d'intérêts, à déposer leur or en banque (ils peuvent retirer des sommes par chèque).

    Mais puisqu'il est rare que tous les déposants veuillent retirer tout leur or en même temps, le banquier doit conserver une fraction seulement de ses dépôts d'or totaux en tant que réserve. Cela permet au banquier de prêter plus que le total de ses dépôts d'or [...]. Mais la somme de prêts qu'il peut se permettre d'accorder n'est pas arbitraire. Il doit l'évaluer en fonction de ses réserves et du statut de ses investissements.

    Lorsque les banques prêtent de l'argent pour financer des opérations productives et profitables, les prêts sont rapidement remboursés, et le crédit bancaire continue d'être généralement disponible. Mais lorsque les entreprises financées par le crédit bancaire sont moins profitables et tardent à rembourser, les banquiers s'aperçoivent rapidement que leurs prêts en cours dépassent leurs réserves d'or ; ils commencent à freiner les nouveaux prêts, généralement en augmentant les taux d'intérêt. Cela tend à restreindre le financement de nouvelles entreprises, et requiert des emprunteurs existants qu'ils améliorent leur profitabilité avant de pouvoir obtenir des crédits pour leur futur développement.

    Ainsi, sous l'étalon-or, un système bancaire libre fait office de protecteur de la stabilité d'une économie et d'une croissance équilibrée. Lorsque l'or est accepté comme moyen d'échange par la plupart, voire toutes, les nations, un étalon-or international libre sert à nourrir une division mondiale du travail et un commerce international très étendu. Même si les unités d'échange (le dollar, la livre, le franc, etc.) diffèrent entre les pays, lorsque tous sont définis en termes d'or, les économies des divers pays agissent de concert -- tant qu'il n'y a pas d'entraves au commerce ou aux mouvements de capitaux.

    Le crédit, les taux d'intérêt et les prix tendent à suivre des schémas similaires dans tous les pays. Par exemple, si les banques d'un pays accordent des crédits avec trop de libéralité, les taux d'intérêt de ce pays auront tendance à chuter, poussant les déposants à transférer leur or vers des banques payant des taux d'intérêt plus élevés dans d'autres pays. Cela cause immédiatement une pénurie de réserves bancaires dans le pays de 'l'argent facile', entraînant des critères de crédit plus sévères et un retour à des taux d'intérêt plus élevés.

    Pour l'instant, nous ne sommes pas encore dans un système bancaire entièrement libre et un étalon-or entièrement régulier. Mais avant la Première Guerre mondiale, le système bancaire des Etats-Unis (et dans la majeure partie du monde) était basé sur l'or, et même si le gouvernement intervenait à l'occasion, l'activité bancaire était plus libre que contrôlée. Périodiquement, en résultat d'une expansion de crédit trop rapide, les banques avaient prêté jusqu'aux limites de leurs réserves d'or, les taux d'intérêt avaient augmenté sévèrement, les nouveaux crédits étaient supprimés, et l'économie tombait dans une récession sévère, mais courte (comparés aux dépressions de 1920 et 1932, les déclins d'entreprise pré-Première Guerre mondiale était franchement modérés).

    Ce sont des réserves d'or limitées qui mettaient fin aux expansions déséquilibrées de l'activité des entreprises avant qu'elles ne puissent se transformer en un désastre du même genre que celui qui s'est produit après la Première Guerre mondiale. Les périodes d'ajustement étaient courtes, et les économies rétablissaient vite une base saine avant de reprendre leur développement.

    Mais le procédé de guérison fut mal diagnostiqué ; on le prit pour une maladie : si le manque de réserves bancaires causait le déclin des entreprises -- déclarèrent les interventionnistes économiques -- pourquoi ne pas trouver le moyen de fournir des réserves plus élevées aux banques, pour qu'elles ne se retrouvent jamais à court ?! Si les banques peuvent continuer à prêter indéfiniment de l'argent -- déclara-t-on -- il n'y aurait plus de ralentissement dans les affaires. Et le système de la Réserve fédérale fut donc organisé en 1913. Il comprenait douze banques régionales de la Réserve fédérale détenues sur le papier par des banquiers privés, mais, dans les faits, elles étaient parrainées, contrôlées et soutenues par le gouvernement. Le crédit accordé par ces banques est en pratique (bien que cela ne soit pas légal) basé sur le pouvoir de taxation du gouvernement fédéral.

    Techniquement, [les Etats-Unis] restèrent à l'étalon-or ; les individus étaient toujours libres de détenir de l'or, et l'or continuait d'être utilisé comme réserve bancaire. Mais en plus de l'or, le crédit accordé par les banques de la Réserve fédérale (des réserves de "papier") pouvait servir de moyen légal pour payer les déposants. Lorsque les entreprises américaines subirent une légère contraction en 1927, la Réserve fédérale créa plus de réserves papier dans l'espoir d'anticiper toute pénurie potentielle des réserves bancaires.

    Il y a plus désastreux, cependant : la tentative de la Réserve fédérale d'aider la Grande-Bretagne, qui perdait de l'or au profit [des Etats-Unis] parce que la Banque d'Angleterre refusait de laisser les taux d'intérêt grimper lorsque les forces du marché le voulaient (c'était politiquement désagréable). Le raisonnement des autorités impliquées était le suivant : si la Réserve fédérale injectait des réserves papier excessives dans les banques américaines, les taux d'intérêt américains chuteraient à un niveau comparable à celui de la Grande-Bretagne ; cela permettrait de mettre fin à la perte d'or de la Grande-Bretagne, et d'éviter l'embarras politique qu'il y aurait à augmenter les taux d'intérêt.

    La "Fed" y parvint : elle mit fin aux pertes d'or, mais détruisit quasiment les économies mondiales par la même occasion. Les excès de crédit injectés dans l'économie se répandirent au marché boursier -- déclenchant un boom spéculatif considérable. Avec retard, les officiels de la Réserve fédérale tentèrent d'éponger les réserves excessives et finirent par réussir à freiner le boom. Mais il était trop tard : en 1929, les déséquilibres spéculatifs étaient devenus si écrasants que la tentative précipita une sévère baisse des dépenses, et par conséquent une baisse de la confiance des entreprises.

    Cela entraîna l'effondrement de l'économie américaine. Le sort de la Grande-Bretagne fut pire encore, et plutôt que d'assumer pleinement les conséquences de sa folie, elle abandonna complètement l'étalon-or en 1931, réduisant en lambeaux ce qui restait de confiance et provoquant une série de faillites bancaires dans le monde entier. Les économies mondiales plongèrent dans la Grande Dépression des années 30.

    En l'absence de l'étalon-or, il n'y a aucun moyen de protéger l'épargne de la confiscation par l'inflation. Il n'y a plus de réserve sûre d'argent. S'il y en avait, le gouvernement devrait rendre sa détention illégale, comme cela fut le cas pour l'or.

    Si tout le monde décidait, par exemple, de convertir ses dépôts bancaires en argent ou en cuivre ou tout autre bien, et refusait ensuite d'accepter les chèques comme paiement de ces biens, les dépôts bancaires perdraient leur pouvoir d'achat et les crédits bancaires créés par le gouvernement n'auraient aucune valeur en tant que droit sur ces biens. La politique financière de l'état-providence requiert que les propriétaires de richesse n'aient aucun moyen de se protéger.

    C'est là le pauvre secret des tirades contre l'or proférées par les partisans de l'état-providence. Les dépenses déficitaires ne sont qu'un plan pour la confiscation "cachée" de la richesse. L'or empêche ce processus insidieux. Il tient lieu de protecteur des droits de propriété. Si l'on comprend cela, on comprend sans difficulté l'antagonisme des étatistes à l'égard de l'étalon-or.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Sous terre dès que possible
    Messages
    1 029
    Hélas on ne peut que souscrire...

    Et chez nous des gouvernants totalement stupides ont tué le marché de l'or en accumulant les taxes (8 ou 9 % actuellement).
    Résultat les gens vont le vendre à l'étranger ou se l'échangent de gré à gré.
    Du coup ils ont tout perdu alors qu'avant les intermédiaires payaient des impôts sur les gains des nombreux échanges.

    Plus con qu'un socialo ou un mec de droite on crève !

Discussions similaires

  1. la bourse expliquée en jeu
    Par effer dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/10/2008, 17h27

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •