Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 43
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes étudient à la yeshivah

    Bonjour à tous,

    Le peintre qui fait aujourd’hui l’objet de notre thread n’a pas besoin d’être présenté, c’est Marc Chagall et il est bien célèbre, bien que personnellement, ses tableaux ultérieurs aux années 30 m’inspirent pas mal de réserves. Il n’en va pas de même pour ses toiles de jeunesse, poétiques et inspirées. Quant à la partie littéraire, c’est une nouvelle de Isaac Bashevis Singer, un merveilleux écrivain et prix Nobel.
    Mais je vous laisse les découvrir, bonne lecture, bonne contemplation !



    Yentl
    Isaac Bashevis Singer


    [align=left:639de05522]Après la mort de son père, Yentl n’avait aucune raison de rester à Yanev. Elle se trouvait toute seule dans la maison. Certes, elle était très sollicitée par toute sorte de gens sans logement, prêts à lui payer un bon loyer. Certes, les marieurs se bousculaient à sa porte, avec des offres venant de Lublin, de Tomashev, de Zamosc. Mais Yentl n’avait pas envie de se marier. Une voix en elle répétait sans cesse : »Non ! ». Qu’arrive-t-il aux jeunes filles qui se marient ? Il leur faut enfanter et pouponner. Et, pour tout arranger, il faut se plier à la volonté d’une belle-mère … Yentl ne l’ignorait pas, elle n’était pas faite pour être mère de famille. Elle ne savait ni coudre, ni tricoter. Elle laissait brûler les plats et déborder le lait ; elle était incapable de réussir le gâteau du shabbat et sa pâte à challah ne montait pas. Yentl préférait de beaucoup les activités des hommes aux occupations des femmes. Pendant les longues années que son père – qu’il repose en paix – avait passées cloué dans son lit, il avait étudié la Torah avec sa fille, comme si elle eût été son fils. Il priait Yentl de verrouiller les portes et de tirer les rideaux ; puis ils s’absorbaient ensemble dans l’étude du Pentateuque, de la Mishnah, de la Gemarah et des Commentaires. [/align:639de05522]


    Eh oui, la vie d’une jeune fille habitant une petite ville juive à l’ouest de l’empire russe du début du XX siècle n’était pas très folichonne : quantonnées aux travaux domestiques, elles ne pouvaient ni faire d’études, ni travailler à l’extérieur, ni faire de la Bourse par internet, et c’est bien dommage car notre daubinette initiale aurait pu leur être d’une grande utilité pour cette dernière occupation, vu qu’elle possède l’information la plus exhaustive sur les choses boursières.


  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    2

    [align=left:3d6d005d32] Elle se montrait si douée que son père avait coutume de lui dire :
    « Yentl, tu as l’âme d’un homme.
    - Alors, pourquoi suis-je née femme ?
    - Le Ciel lui-même n’est pas infaillible …
    Il n’y avait pas de doute. Yentl était différente des autres jeunes filles de Yanev : grande, maigre, osseuse, la poitrine plate, les hanches étroites. Lorsque son père dormait, l’après-midi du shabbat, elle enfilait son pantalon, mettait ses franges rituelles et sa veste de soie, et se coiffait de sa calotte et de son chapeau de velours.
    Ainsi vêtue, elle étudiait son image dans la glace. On l’aurait prise pour un sombre et beau jeune homme, d’autant plus qu’un léger duvet ombrait sa lèvre supérieure. Seules ses épaisses nattes trahissaient sa féminité, mais, s’il le fallait, on pouvait toujours les couper.
    Yentl conçut un plan qui occupa bientôt toutes ses pensées, jour et nuit, elle n’était pas née pour faire la cuisine, papoter avec de stupides femmes ou faire la queue chez le boucher. Son père lui avait parlé des yeshivot, des rabbins, des lettrés ! Sa tête était farcie de controverses talmudiques, de questions et de réponses, d’expressions érudites … Un jour, en secret, elle avait même fumé la longue pipe de son père.
    Yentl informa les hommes d’affaires qu’elle désirait vendre la maison pour aller vivre à Kalish avec une tante à elle. Ses voisines essayèrent de l’en dissuader, tandis que les marieurs disaient qu’elle était folle et qu’elle ferait bien mieux de conclure un bon mariage ici même, à Yanev. Mais Yentl était obstinée. Sa hâte était même si grande qu’elle vendit la maison et les meubles au premier venu, pour une bouchée de pain. Elle ne retira ainsi plus de cent quarante roubles de son héritage. Peu après, au mois d’Av, alors que la nuit était déjà avancée et que Yanev dormait, Yentl coupa ses nattes, ménageant des papillotes. Puis, elle revêtit les vêtements de son père. Dans un couffin de paille, elle plaça un peu de linge, les phylactères et quelques livres et prit, ainsi équipée, la route de Lublin. [/align:3d6d005d32]


    Culottée, la Yentl, non ? Aussi bien dans le sens propre que figuré, en plus ! Mais quand même, elle a pris une décision risquée. Je voudrais tant que tout aille bien pour cette fillette ingénieuse, prions la déesse pour qu’elle la prenne sous son … mettons, bouclier, qu’elle l’épargne de toutes les mésaventure, en un mot, qu’elle la potège !


  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    [align=left:8ab46a69a7] Après avoir marché un moment, Yentl réussit à se faire accepter par une voiture, qui la laissa à Zamosc. De là, elle repartit à pied. Elle s’arrêta sur la route dans une auberge, où elle déclara s’appeler Anshel. C’était le nom d’un oncle qu’elle avait perdu. L’auberge était bondée de jeunes gens se rendant pour leurs études chez des rabbins célèbres. Une controverse s’était ouverte sur les mérites de diverses yeshivot. Les uns en tenaient pour la Lithuanie ; les autres prétendaient que les études étaient plus sérieuses en Pologne et que, de surcroît, la table y était meilleure.
    C’était la première fois que Yentl se trouvait seule en compagnie de jeunes gens. Quel monde entre leurs conversations et le futile bavardage des femmes, pensait-elle ; mais elle était trop timide pour se joindre à eux. Un jeune homme discutait d’un mariage en perspective et de l’importance de la dot, pendant qu’un autre, d’une voix forte, déclamait un passage de la Torah, en y ajoutant toutes sortes d’interprétations impudiques. Au bout d’un moment l’assemblée s’amusa à des épreuves de force. L’un s’efforçait d’ouvrir le poing qu’un autre tenait fermé ; un second essayait de plier de force le bras de son camarade. Dans un coin, un étudiant, qui dînait de pain et de thé et n’avait pas de cuiller, remuait le contenu de sa tasse avec son canif. Bientôt, l’un des garçons s’approcha de Yentl et lui donna une bourrade :
    « Tu es bien calme ! Tu as donc perdu ta langue ?
    - Je n’ai rien à dire.
    - Quel est ton nom ?
    - Anshel.
    - Tu es timide comme une violette sur le bord d’un chemin ! » [/align:8ab46a69a7]


    Cette histoire de Singer me fait penser à une autre, de Babel (dont j’ai déjà eu le plaisir de vous poster un récit) où il est dit : « Est-ce que ce n’était pas une erreur de la par de Dieu, d’installer les Juifs en Russie, pour qu’ils y souffrent comme en enfer ? Quel mal il y aurait si les Juifs vivaient en Suisse où ils seraient entourés de lacs de première classe, d’air de montagne et de Français à perte de vue ? » Eh oui, c’est sûr qu’en Suisse ou en HOLlande, par exemple, Yentl


  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    [align=left:77a3a5c116] Le jeune homme lui envoya une chiquenaude sur le nez. Yentl lui aurait bien envoyé en retour une gifle, mais son bras se refusa à obéir. Elle blêmit. Un autre étudiant, légèrement plus âgé que ses compagnons, grand et pâle, le regard brûlant et la barbe noire, vint à sa rescousse.
    « Dis donc, toi, pourquoi le bouscules-tu ?
    - Si tu n’es pas content, tu n’as qu’à regarder ailleurs !
    - Tais-toi ou je te fais taire, moi ! »
    Le jeune homme barbu se tourna vers Yentl et lui demanda d’où elle venait et où elle allait. Yentl lui dit qu’elle cherchait une yeshivah qui fût calme. Le jeune homme se tenait la barbe.
    « Dans ce cas, viens avec moi à Bechev. »
    Il lui expliqua qu’il retournait à Bechev pour la quatrième année. C’était une petite yeshivah, qui comptait seulement une trentaine d’étudiants et les habitants de la ville se faisaient un devoir de les prendre tous en pension. La nourriture était abondante ; et les ménagères raccommodaient les chaussettes des étudiants et prenaient soin de leur linge. Le rabbi de Bechev, qui dirigeait la yeshivah, était génial. Il était capable de poser dix problèmes et de les résoudre tous les dix d’une seule réponse. La plupart des étudiants se mariaient sur place. [/align:77a3a5c116]


    C’est certain qu’ne petite yeshivah de trente étudiant convenait à Yentl mieux qu’un établissement de MILle âmes, il était plus facile de préserver son secret, vous êtes bien d’accord ?


  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    [align=left:78f7ebc2b9] « Pourquoi as-tu quitté en plein milieu d’un trimestre ? demanda Yentl.
    - Ma mère est morte. Mais maintenant, je retourne à la yeshivah.
    - Quel est ton nom ?
    - Avigdor.
    - Comment se fait-il que tu ne sois pas marié ?
    Le jeune homme se gratta la barbe.
    « C’est une longue histoire …
    - Raconte-moi. »
    Avigdor se passa la main sur le visage et se recueillit.
    « Es-tu décidé à venir à Bechev ?
    - Oui.
    - Alors, tu l’apprendras de toute façon … J’étais fiancé à la fille unique d’Aher Vishkover, l’homme le plus riche de la ville. La date du mariage était déjà arrêtée lorsque je me suis vu renvoyer le contrat …
    - Que s’était-il passé ?
    - je l’ignore. Sans doute des commérages, car les langues allaient bon train dans la ville. J’étais en droit, certes, de réclamer la moitié de la dot, mais c’eût été indigne de moi. A présent, on me propose une autre épouse, mais la jeune fille n’est pas à mon goût.
    - Les élèves de la yeshivah de Bechev s’intéressent donc aux femmes ?
    - Chez Alter, où je prenais mes repas une fois par semaine, c’était toujours la fille de la maison, Hadass, qui apportait les plats.
    - Est-elle séduisante ?
    - Elle est blonde …
    - Il y a aussi de jolies brunes …
    - Non. » [/align:78f7ebc2b9]


    J’AIME bien cette réponse, claire et NETTE ! De jolies brunes, il n’en existe point, tenez-vous-le pour dit, Mesdames !


  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    [align=left:95cbaefae1] Yentl dévisagea Avigdor. Il était maigre et osseux et ses joues se creusaient. A force d’être noirs, ses favoris paraissaient presque bleutés ; ses sourcils se rejoignaient au-dessus de son nez. Il la regarda attentivement avec la timidité coupable de celui qui a divulgué un secret. En signe de deuil, il portait un vêtement déchiré dont on apercevait la doublure. Il tambourinait infatigablement sur la table et fredonnait une mélodie. Derrière son grand front plissé, ses pensées semblaient se succéder rapidement. Soudain, il reprit la parole :
    « Eh bien, et puis après, je me retirerai du monde ! La belle affaire ! »

    Chose curieuse, aussitôt que Yentl, alias Anshel, arriva à Bechev, elle fut informée qu’elle serait reçue une fois par semaine chez ce même homme riche, Aher Vishkover, dont la fille avait rompu ses fiançailles avec Avigdor.
    Les étudiants de la yeshivah travaillaient par groupes de deux : Avigdor avait choisi Anshel pour partenaire, et l’aidait dans ses études. C’était également un nageur expert ; aussi proposa-t-il à Anshel de lui apprendre la brasse, mais elle trouvait toujours un prétexte pour ne pas descendre à la rivière. Avigdor lui offrit de partager sa chambre, mais elle s’arrangea pour trouver à se loger dans la maison d’une veuve âgée, à moitié aveugle. Le mardi, Anshel partageait la table d’Aher Vishkover et Hadass le servait. Le lendemain, Avigdor harcelait Anshel de question : « Comment as-tu trouvé Hadass ? Est-elle triste ? Est-elle gaie ? Essaie-t-on de la marier ? Parle-t-elle de moi ? » [/align:95cbaefae1]


    Finalement, qu’Avigdor épouse Yentl et non pas cette oie blanche de blondinette Hadass, voilà qui serait une solution OPTimale à toute cette histoire, pas vrai ? Tiens, qu’est-ce que vous en pensez, va-t-elle le faire ou pas ? On ouvre les paris ? Allez, le gagnant aura un prix spécial !


  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    [align=left:83eadca0ea] Anshel répondait que Hadass renversait les plats sur la nappe, oubliait le sel, et plongeait les doigts dans le plat de gruau d’avoine en l’apportant sur la table ; elle faisait courir la servante et on la voyait constamment plongée dans ses livres de contes. Chaque semaine, elle arborait une nouvelle coiffure. De plus, elle devait se prendre pour une beauté, car elle passait des heures devant sa glace ; elle n’était pourtant pas très séduisante …
    « Au bout de deux ans de mariage, ce sera un vieux laideron … Ainsi, elle ne t’attire pas ?
    - Pas particulièrement.
    - Pourtant, si elle voulait de toi, tu ne la repousserais pas !
    - Je n’ai pas besoin d’elle …
    - Tu n’as pas de tentation ? »
    Les deux amis, se partageant un pupitre dans un coin de la salle d’étude, passaient davantage de temps à discuter qu’à étudier. Il arrivait parfois à Avigdor de fumer ; Anshel, lui prenant alors la cigarette des lèvres, tirait une bouffée. Avigdor aimait les gâteaux au sarrasin, et chaque matin, Anshel s’arrêtait à la boulangerie pour en acheter un : elle n’acceptait jamais que son ami payât sa part. Anshel surprenait souvent Avigdor.
    Si, par exemple, il perdait un bouton, Anshel arrivait le lendemain à la yeshivah avec du fil et une aiguille et le lui recousait. Anshel lui offrait toutes sortes de cadeaux ; tantôt, c’était un mouchoir de soie, tantôt une paire de chaussettes ; tantôt une écharpe. Avigdor s’attachait de plus en plus à ce garçon imberbe, de cinq ans plus jeune que lui. [/align:83eadca0ea]


    Oh, et on entend le son doux des violons, non, que dis-je, c’est tout un orchestre symphonique qui joue : notre fillette est tombée amoureuse du beau ténébreux ! Et notre daubinette ? Eh bien, c’est à elle qu’ont été confiés justement les effets sonores.


  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    [align=left:1cb24e4c57] Un jour, Avigdor dit à Anshel :
    « Je voudrais te voir épouser Hadass.
    - Quel agrément en tirerais-tu ?
    - je préfère que ce soit toi qui l’épouses, plutôt qu’un inconnu.
    - Mais tu deviendrais mon ennemi …
    - Jamais. »
    Avigdor aimait faire de longues promenades à travers la ville et Anshel l’accompagnait souvent. Absorbés par leur conversation, ils allaient tantôt jusqu’au moulin, tantôt jusqu’à la forêt de pins, d’autres fois encore jusqu’à la croisée des chemins où se trouve le sanctuaire chrétien. Il leur arrivait de s’allonger sur l’herbe.
    « Pourquoi une femme ne peut-elle pas être comme un homme ? » demanda Avigdor un jour, le regard perdu dans le ciel.
    « Que veux-tu dire ?
    - Pourquoi Hadass ne pourrait-elle pas être comme toi ?
    - Comment comme moi ?
    - Eh bien, un bon copain … »
    Anshel se montra enjouée. Elle cueillit une fleur dont elle arracha les pétales un à un. Ramassant une châtaigne, elle la lança à Avigdor. Avigdor observait une coccinelle qui explorait la paume de sa main. Au bout d’un moment, il reprit : [/align:1cb24e4c57]


    Quel dommage qu’Avigdor ait été pauvre : s’il croulait sous les roubles, ducats et autres SequIns, à n’en pas douter, le père de Hadass aurait été heureux de lui accorder la main de sa fille. Ah, les hommes !


  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    [align=left:5fae6ce4a9] « On essaie de me marier … »
    Anshel se redressa vivement.
    « Avec qui ?
    - Avec Peshe, la fille de Feitl …
    - La veuve ?
    - Oui, c’est ça …
    - Pourquoi épouserais-tu une veuve ?
    - Personne d’autre ne veut de moi.
    - C’est faux. Quelqu’un croisera bien ton chemin un jour.
    - Jamais. »
    Anshel exposa à Avigdor qu’un tel mariage était une bêtise. Peshe n’était ne jolie ni intelligente. De plus, elle devait porter malheur, car son mari était mort au cours de la première année de leur mariage. De telles femmes étaient de véritables mantes religieuses … Avigdor ne répondit pas. Il alluma une cigarette, tira longuement et rejeta des ronds de fumée. Son visage était cadavérique.
    « Il me faut une femme. Je ne peux pas dormir, la nuit … »
    Anshel tressaillit.
    « Pourquoi ne peux-tu pas attendre de rencontrer celle qui t’est destinée ?
    - Mais c’était Hadass qui m’était destinée … »
    Les yeux d’Avigdor s’embuèrent de larmes. D’un bond, il fut sur ses pieds.
    « On a assez traîné comme ça. Partons. »
    Tout alla désormais très vite. Le surlendemain du jour où Avigdor s’était confié à Anshel, il était fiancé à Peshe ; il apporta du gâteau de miel et de l’eau-de-vie à la yeshivah. La date du mariage fut fixée pour très bientôt. En effet, quand la fiancée est une veuve, il n’est point besoin d’attendre le trousseau. [/align:5fae6ce4a9]


    Hahahahaha, les souffrances du pauvre Avigdor ! Mais quelle idée de s’être fiancée avec la veuve moche et acariâtre, il n’avait qu’à chercher quelque chose de plus appétissant, dans le genre de notre daubinette No 9 qui doit être très agréable à regarder si on fait confiance à son patronyme qui proclame dans un idiome étranger qu’elle ressemble à une étoile.


  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    10

    [align=left:1032d18557] Tout est prêt. Le marié, pour sa part, était orphelin et on n’avait donc à demander de permission à personne. Les étudiants de la yeshivah burent l’eau-de-vie et présentèrent leurs félicitations. Anshel voulait boire, comme les autres, mais elle faillit s’étouffer :
    « Oh ! ça brûle !
    - Tu n’as pas grand-chose d’un homme … » taquina Avigdor.
    Après la fête, Avigdor et Anshel s’assirent devant un volume de la Gemarah, mais ils ne progressaient guère dans leur lecture ; leur conversation traînait. Avigdor se balançait d’avant en arrière, tirait sur sa barbe et grommelait.
    « Je suis perdu … dit-il brusquement.
    - Si tu ne l’aimes pas, pourquoi te maries-tu ?
    - Ce serait une chèvre que je l’épouserais tout de même !... »
    Le lendemain, Avigdor ne parut pas. Feitl, le marchant de peaux, était un hassid et il voulait que son futur gendre continuât ses études à la synagogue. Les étudiants de la yeshivah disaient entre eux que, s'il était vrai que la veuve était petite et ronde comme un tonneau, que sa mère était la fille d’un laitier et son père un ignorant, il n’en restait pas moins que toute la famille était très fortunée. Feitl avait des participations dans une tannerie ; Peshe avait investi sa dot dans une boutique où l’on vendait aussi bien des harengs que du goudron, des casseroles ou des marmites.
    Et cette boutique ne désemplissait pas. Père et fille équipèrent Avigdor ; ils avaient commandé un manteau de fourrure, une veste de drap fin, une cape de soie et deux paires de bottes. De plus, Avigdor avait déjà reçu en cadeau des objets venant du premier mari de Peshe ; une édition rare du Talmud, une montre en or, une Hanukia, un coffret d’aromates. [/align:1032d18557]


    Je suis sûre que si Yentl avait pu connaître l’existence de la daubette No10, elle y aurait placé les plus grandes espérances, en croyant que la petite valeur pouvait l’aider à changer de sexe !


Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Les daubinettes étudient l’art de l’amour
    Par xenia dans le forum Actions
    Réponses: 41
    Dernier message: 29/07/2005, 20h13

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •