Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 40
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes se promènent au Barbès :)

    Bonjour à tous.
    Commeon vous l’a déjà signalé, les daubinettes affectionnent grandement la littérature britannique du XVIII. Ce soir, vous aurez donc droit à des extraits de « Vie et opinions de Tristram Shandy », chef-d’oeuvre de Laurence Sterne, l’un desplus grands. Sterne n’obéit pas à la raison : « pour lire Sterne, dit l’un de ses apologètes, il faut attendre les jours de caprice, de spleen et de pluie, où à force d’agacement nerveux on est dégoûté de la raison ». Dans sa lettre à son éditeur, Sterne explique que son objet est de se moquer en général de tout ce qui est risible. Rien n’est sérieux dans ce livre qui ment lorsqu’il annonce une Vie et des Opinions pour se distinguer des « vies et aventures ». La comédie de l’équivoque pour ne pas dire de l’incohérence, les railleries, sous-entendus et allusions dirigés contre l’entendement s’assemblent pour faire la démonstration qu’il n’y a rien à démontrer. Cette fantaisie veut montrer qu’il existe peu de choses dignes d’être lues …
    Les peintures du thread son dues à Thomas Gainsborough, un autre grand Britannique du XVIII, artiste mélancolique, tendre et sensible, - comme vous voyez, cette fois-ci, nous avons opté pour un contraste entre l’écrit et l’image.

    On commence par vous familiariser avec les circonstances de la conception de Tristram Shandy – il faut dire que la majeure partie du livre parle des événements qui ont précédé sa naissance, avouez que ça n’est pas banal !


    [align=left:22a796ff14] A mon sens, lorsque mes parents m’engendrèrent, l’un ou l’autre aurait dû prendre garde à ce qu’il faisait : et pourquoi pas tous deux puisque c’était leur commun devoir ? S’ils avaient à cet instant dûment pesé le pour et le contre, s’ils s’étaient avisés que de leurs humeurs et dispositions dominantes allaient dépendre non seulement la création d’un être raisonnable mais peut-être l’heureuse formation de son corps, sa température, son génie, le moule de son esprit et (si douteux que cela leur parût), jusqu’à la fortune de leur maison – s’ils avaient mûrement examiné tout cela, je suis persuadé que j’aurais fait dans le monde une tout autre figure et serais apparu au lecteur sous des traits sans doute fort différents de ceux qu’il va voir. [/align:22a796ff14]

    La principale différence de notre daubinette initiale d’avec Laurence Sterne est que ce Irlandais irréverentieux se moque de tout, y compris de la religion, alors que notre petite prend la chose religieuse très au sérieux. Si on se réfère à son patronyme, elle n’omet jamais de dire ses prières et fait même, - qui sait ? - un certain nombre de génuflexions tous les soirs !


  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    2

    [align=left:8a054c18eb] Croyez-moi, bonnes gens, la chose n’est pas une bagatelle comme beaucoup d’entre vous le pensent. Vous n’êtes certes pas sans avoir entendu parler des esprits vitaux, de leur transmission de père en fils etc., et de bien d’autres merveilles.
    Eh bien, je vous donne ma parole que le bon sens ou la folie d’un homme, ses succès ou ses mésaventures dans le monde dépendent pour les neuf dixièmes des mouvements de ces esprits, de leurs activités et des voies où on les engage ; une fois lâchés, bien ou mal, l’affaire est conclue ; les voilà partis pêle-mêle à tous les diables ; foulant et refoulant le même chemin, ils le rendent aussi uni et lisse qu’une allée de jardin ; quand ils y sont une fois accoutumés le Démon lui-même ne saurait les en divertir.
    - Pardon, mon ami, dit ma mère, n’avez-vous pas oublié de remonter la pendule ?
    - Grand Dieu ! s’exclama mon père, non sans un effort pour étouffer sa voix, depuis la création du monde, une femme a-t-elle jamais interrompu un homme pour une question si sotte ?

    J’ai été engendré dans la nuit comprise entre le premier dimanche et le premier lundi de mars de l’an de grâce 1718. Je suis formel sur ce point. Mais comment puis-je fournir de telles précisions sur des faits qui se sont passés avant ma naissance ? Cela résulte d’une autre petite anecdote, connue seulement du cercle de famille et que je rends aujourd’hui publique pour l’éclaircissement de ce que j’avance. [/align:8a054c18eb]


    Quelle histoire ! Pas évident de déterminer la divinité sous la protection de laquelle notre héros est né, et pourtant, pour survivre dans une telle famille, m’est avis qu’il avait besoin de beaucoup de bienveillance de la part des dieux. Espérons qu’ils ne la lui ont point refusée, d’autant plus qu’il était vraiment très facile à une Athèna, par exemple, de le protéger au moyen de notre daubinette n0 2.

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    [align=left:186a1ad188] Je dois vous apprendre que mon père, qui commerçait jadis en Turquie, s’était à cette époque retiré depuis quelques années des affaires pour vivre et pour mourir dans la propriété paternelle du Comté de… Il fut, je crois, l’homme le plus réglé du monde en tout ce qu’il faisait, affaires ou divertissements.
    Pour donner un échantillon de l’extrême exactitude dont il fut, à vrai dire, l’esclave, il s’était, pendant de nombreuses années, fixé comme une règle immuable de remonter de ses propres mains la grande pendule debout sur le palier de l’escalier de derrière, le soir du premier dimanche de chaque mois, et cela toute l’année. Et comme à l’époque dont je parle il avait entre cinquante et soixante ans, il avait été peu à peu conduit à concentrer à la même date divers autres devoir familiaux, afin, confiait-il souvent à mon oncle Toby, afin de se débarrasser de tous en une seule fois et d’éviter tout le reste du mois leur hantise importune.
    Un seul accident rompit cette ordonnance : j’en fus pour une grande part la victime et crains d’en ressentir les effets jusqu’au tombeau. Par une de ces malheureuses associations d’idées sans fondement naturel, ma mère, à la longue, ne put plus entendre remonter ladite pendule sans voir soudain surgir certaines autres pensées et vice versa. A en croire le sagace Locke, plus averti en un tel sujet que la plupart des hommes, plus étranges combinaisons d’idées causent plus d’actions déraisonnables que toute autre source de préjugé.
    Ceci soit dit en passant. [/align:186a1ad188]


    Tiens donc, le papa de Tristram a commencé sa carrière en Turquie. Ma foi, il y a des chances que ce pays fera partie de l’Europe, se rapprochant ainsi de notre daubinette n° 3 qui est une très fine mouche !


  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    [align=left:bcf25d3139] Or, il ressort d’une note écrite sur le carnet paternel (carnet aujourd’hui sur ma table) que pour la Fête de l’Annonciation, le 25 du mois où je fus engendré selon mon hypothèse, mon père se mit en route pour Londres avec mon frère aîné Bobby qui entrait à l’école de Westminster, et, comme il appert de la même autorité qu’il ne retrouva pas sa femme et sa famille avant la seconde semaine de mai suivant, mon hypothèse devient presque une certitude.
    /…/[/align:bcf25d3139]


    Et voici le contrat de mariage des parents de sieur Shandy, qui mérite vraiment qu’on s’arrête dessus et en étudie tous les détails !


    [align=left:bcf25d3139] Dans le contrat de mariage de ma mère, l’article dont je m’étais mis en quête, comme je l’ai dit au lecteur, et que je juge maintenant nécessaire de placer sous ses yeux, se trouve beaucoup mieux exprimé dans l’acte que je ne pourrais je faire moi-même ; il serait barbare de le dépouiller de son style légal ; le voici donc :
    Par les Présentes il est en outre porté Témoignage que le susdit Walter Shandy, marchand, en considération dudit mariage qui doit être prononcé et par la grâce de Dieu, légitimement consacré et consommé entre ledit Walter Shandy et Elisabeth Molineux ci-dessus nommée ; en considération, par ailleurs, de diverses causes et motivations, bonnes et valables, par lui particulièrement alléguées accorde et, stipulant et considérant de plein gré, s’engage et se porte garant auprès de Messrs. John Dixon et James Turner ci-dessus nommés curateurs, etc., etc., de ce qui suit : [/align:bcf25d3139]


    Vous avez vu la condition des femmes à l’époque ? Non, mais je rêve, c’est l’asservicement, l’esclavage, quelle horreur ! Heureusement que depuis, les choses se sont améliorées grâce notamment à une organisation dont le signe vous est fourni par le mnémo de notre petite n° 4, pour peu qu’on le lise à l’envers.


  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    [align=left:8eb3635b3d] A savoir que si par la suite il arrivait, survenait ou advenait de quelque façon que ce fût, que ledit Walter Shandy, marchand, abandonnait ses affaires avant le temps où ladite Elisabeth Molineux aura cessé, selon l’ordre naturel ou quelque ordre que ce soit, de porter et donner le jour à des enfants et qu’en conséquence dudit abandon de ses affaires ledit Walter Shandy, en dépit et contre le gré ou consentement de ladite Elisabeth Molineux, quitte la ville de Londres pour se retirer dans et vivre sur sa propriété de Shandy Hall, Comté de …, ainsi que dans et sur toute autre propriété, château, manoir, domaine, maison de campagne, métairie ou ferme et terres y attenantes acquis ou à acquérir, dans ce cas et aussi souvent que ladite Elisabeth Molineux se trouvera enceinte d’un ou plusieurs enfants distinctement et légitimement conçus ou à concevoir corporellement par les œuvres dudit Walter Shandy, ce dernier, à ses entiers dépens et débours e seulement sur l’argent lui appartenant en propre, devra, sur un préavis raisonnable signifié par consentement mutuel, six semaines après la date où elle, ladite Elisabeth Molineux, pourra pleinement prévoir et supputer la délivrance probable, verser ou faire verser par son ordre la somme de cent vingt livres en monnaie légale et ayant cours à Messrs John Dixon et James Turner ou à leurs ayants cause afin qu’ils en disposent selon la CONFIANCE qui leur est faite pour le ou les usages, intentions, fins ci-après : [/align:8eb3635b3d]

    Ma foi, ) la lecture d’un tel document, je ne peux exprimer mon admiration devant tant de science qu’au moyen d’onomatopées : Hé Ben, Waouh !!!


  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    [align=left:6a04779816] A savoir que ladite somme de cent vingt livres sera versée entre les mains de ladite Elisabeth Molineux ou autrement employée par les susdits curateurs : primo à la juste et véritable location d’un carrosse pourvu de chevaux convenables et en nombre suffisant pour porter et transporter la personne corporelle de ladite Elisabeth Molineux ainsi que le ou les enfants dont elle sera enceinte en ce temps et lieu et ceci jusqu’à la cité de Londres ; secundo, au paiement et défraiement de tous débours, dépens et frais de quelque espèces que ce soit nécessaires par ou ayant sujet ou se rapportant à sa délivrance et accouchement projetés dans la susdite ville ou sa banlieue et que ladite Elisabeth Molineux pourra de plein droit et de temps à autre et à tous les temps ci-dessus envisagés et convenus, paisiblement et coitement louer ledit carrosse et ses chevaux pour lequel elle aura trois droits d’entrée, de sortie et de rentrée au cours de son voyage selon la teneur, l’intention véridique et le sens des présentes, sans frais, poursuites, empêchement, molestation, entrave, déchéance, éviction, vexation, interruption ni encombre d’aucune sorte. Et qu’au surplus, il sera loisible et légal à ladite Elisabeth Molineux de temps à autre, toutes et quantes fois qu’elle se trouvera véridiquement dans l’état avancé de ladite grossesse jusques à l’époque ci-dessus définie, stipulée et convenue, d’aller vivre et résider dans le ou les lieux, au sein de la ou les familles et en compagnie des parents, amis, ou toutes autres personnes de ladite cité de Londres, comme, selon son bon gré et plaisir, nonobstant son lieu conjugal et selon les droits d’une femme seule et non mariée elle le jugera convenable. [/align:6a04779816]

    Et ça continue de plus belle ! Voyez comme ils manient l’art du synonyme, et quelles périodes interminables, vous ne vous sentez pas noyés sous ses flots de paroles ? Vite, un ILOt où l’on puisse se réfugier !


  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    [align=left:0c9bd2b2f0] Et par les Présentes il est porté en outre le Témoignage, que pour la mise à exécution plus commode du présent accord, ledit Walter Shandy, marchand, accorde par cet acte, baille, cède, concède et confirme auxdits Messrs John Dixon et James Turner, leurs exécuteurs testamentaires ou ayants cause, les droits dont ils sont actuellement possesseurs en vertu d’un acte passé pour un an entre lesdits John Dixon et James Turner et ledit Walter Shandy, marchand, lesquels acte et bail portent la date du jour précédant la date de celui-ci, le tout conformément au transfert légal des possessions de Shandy dans le comté de… avec Tous les droits et appartenances y attachés ainsi que toutes les métairies, maisons, bâtisses, granges, étables, vergers, jardins, communs, dépendances, enclos, chaumières, terres, pairies, pacages, pâturages, marais, friches, bois, bosquets, canaux, viviers, eaux et cours d’eau, ainsi que tous les baux, redevances, prestations, annuités, fermages, dîmes, franchises, échéances, exemptions, mines, carrières, biens meubles et immeubles des félons, fugitifs, suicidés et requis, objets saisis pour avoir occasionné mort d’homme et tous autres droits seigneuriaux, péages, privilèges et hoiries quelconques, sans omettre le droit de conférer, donner, attribuer en toute libre disposition le bénéfice afférent à la cure et presbytère du susdit Shandy ainsi que la dixième part ou dîme due sur les glèbes et labours. » [/align:0c9bd2b2f0]

    Notre daubinette n° 7 est particulièrement bien à sa place ici, dans cette partie du thread où les doctes légistes déterminent le pécule devant être alloué à Mme Shandy pour ses soins médicaux.


  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    [align=left:8fb4477aca] En trois mots, ma mère, si elle le désirait, accoucherait à Londres.
    Mais afin de couper court à une tricherie possible de la part de ma mère – tricherie qu’un pareil article dans un contrat de mariage eût trop évidemment favorisé, mais à laquelle personne n’eût jamais songé sans mon oncle Toby Shandy – on ajouta pour la sécurité de mon père la clause suivante :
    Au cas où ma mère, par de fausses plaintes ou de faux symptômes, ferait souffrir à mon père l’incommodité et le débours d’un voyage à Londres, elle perdrait à chaque fois les droits et privilèges afférents à une de ses grossesses futures et à une seulement, la question étant alors ramenée au cas où l’accord précédant n’aurait pas été établi entre eux – soit dit en passant, il n’y avait là rien que de raisonnable et pourtant, si raisonnable que ce fût, je trouve dur que le poids entier de l’article dût retomber comme il le fit, sur moi.
    Mais je fus conçu et naquis pour être malheureux, car ma pauvre mère, - fut-ce par l’effet du vent, de l’eau, ou des deux ou d’aucun ? – fut-ce simplement celui d’une imagination outrée ou celui d’un jugement faussé par le désir, bref, trompa-t-elle ou fut-elle trompée en cette circonstance ? Il ne me convient pas d’en décider – ayant en fait contraint mon père à un voyage à Londres bien contre son gré à la fin de septembre 1717, l’année précédant ma naissance, celui-ci fit jouer la clause sans recours. [/align:8fb4477aca]


    Et voilà ! Profondément enceinte et totalement déMUNie devant la mauvaise fois de son roublard d’époux, la pauvre femme devra accoucher à la campagne, quelle misère !


  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    [align=left:6ec338b920] Mon père, comme on l’imaginera aisément, ramena ma mère à la campagne dans une humeur des plus chagrines. Pendant les premiers vingt ou vingt-cinq milles, il ne fit rien que se ronger, se gourmander et gourmander naturellement ma mère au sujet d’un dépense dont on eût pu, dit-il, épargner jusqu’au dernier shilling. Ce qui le vexait par-dessus tut c’était d’avoir dû quitter sa maison juste à l’époque (c’était, je vous l’ai dit, la fin de septembre) où les fruits de ses espaliers et particulièrement les reines-claudes, à quoi il portait un grand intérêt, étaient mûrs à point. Contre un idiot de voyage blanc à Londres à tout autre moment de l’année il n’eût même pas ouvert la bouche.
    Tout au long des deux étapes qui suivirent, il ne fut question que du coup qui lui avait été porté par la perte d’un fils sur lequel il avait pleinement compté, à ce qu’il semble, et qu’il avait déjà reconnu et enregistré sur son carnet de poche comme son second bâton de vieillesse, au cas où Bobby viendrait à lui manquer. Un tel désappointement, dit-il, lui était dix fois plus sensible que la perte d’argent causée par le voyage et sa séquelle, - au diable les cent vingt livres ! – il se moquait bien de cent vingt livres !
    /…/ [/align:6ec338b920]

    Quand je pense que ce monstre de cruauté, cet homme sans cœur, ce grippe-sous de Shandi sénior était estimé par ses voisins qui ont dû lui donner de l’eSQuIre, la rage me prend à la gorge, décidément, la justice n’est pas de ce monde !


  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    10

    Et maintenant, vous avez droit à la description d’oncle Tony qui a joué un rôle non négligeable dans les événements décrits dans le livre.


    [align=left:0a1e00c9d4] Mais j’oublie mon oncle Toby qui a passé tout ce temps à tripoter sa pipe pour en faire tomber les cendres.
    Son personnage était d’un genre qui fait honneur à notre atmosphère et je le classerais sans scrupules parmi les chefs-d’œuvre qu’elle a produits si trop de traits familiaux ne m’avaient averti que la source de ses singularités d’humeur devait être plutôt recherchée dans le sang que dans le vent, ou l’eau, ou l’une quelconque de leurs combinaisons. Je me suis donc souvent étonné que mon père, voyant apparaître en moi dès mon jeune âge certaines marques d’excentricité, n’ait pas une fois tenté de leur donner cette explication : sans doute avait-il ses raisons pour cela. L’entière FAMILLE SHANDY était faite de caractères originaux – je parle ici des mâles, les femmes n’y ayant pas de caractère du tout, à l’exception de ma grand’tante DINAH qui, soixante ans plus tôt, épousa son cocher et en eut un enfant, exploit dont mon père disait souvent, selon sa théorie des noms de baptême, qu’elle pouvait en remercier ses parrain et marraine. [/align:0a1e00c9d4]


    Tiens, la daubinette n° 10 n’est pas déplacée dans ce message elle non plus : justement, on évoque certaines lois génétiques, or elle s’y connaît mieux que personne !


Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •