Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 41
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes se donnent les noms d’oiseaux

    Hello, mes amis !

    Certains d’entre vous doivent se souvenir des livres de Carlos Castaneda, un jeun ethnologue à l’université de Californie qui écrivait sa these sur les plantes hallucinogens du Mexique. Sa rencontre avec un vieux sorcier yaqui a donné lieu à une longue initiation distinée de faire de lui un « homme de connaissance ». Après avoir interrompu cette expérience pendant trois ans, il la reprend, convaincu de l’importance décisivede l’enseignement du sorcier. Ses écrits relatant son aventure lui avaient valu une célébrité et ont illustré une nouvelle tendance de l’ethnographie substituant à l’analyse distante et « rationnelle » un autre mode de compréhension active.
    Pour ceux qui ne connaissent pas cet auteur étonnant, nous postons auourd’hui quelques extraits de son livre intitulé « Le voyage à Istlan. Les leçons de don Juan ».
    Ce sujet nous donne de surcroît la possibilité de pallier à un manque considérable de nos threads qui n’ont, jusqu’à aujourd’hui, pas évoqué le grand art précolombien, désormais, grâce à Castaneda et don don Juan, ce sera chose faite.


    [align=left:4bc6b4953d]

    Effacer sa propre-histoire

    Adossé au mur de sa maison, don Juan était assis par terre près de la porte. Il retourna une caisse en bois et me pria de m’installer confortablement ; comme chez moi. Je lui offris quelques paquets de cigarettes ; il répondit qu’il ne fumait pas mais acceptait le cadeau. Nous parlâmes du froid qui, la nuit, tombe sur le désert, et ainsi de suite.
    Je voulus savoir si ma présence dérangeait ses habitudes. Il me regarda en fronçant les sourcils et déclara qu’il n’avait pas d’habitudes, que si bon me semblait je pouvais rester en sa compagnie tout l’après-midi.
    Je sortis quelques fiches de généalogie et de parenté pour l’interroger à ce sujet. En compulsant la littérature ethnographique j’avais aussi établi une longue liste des traits culturels propres aux Indiens de cette région, et j’aurais voulu les passer en revue pour qu’il m’indique tout ce qui lui était familier.
    Je décidai de commencer par les fiches de parenté. « Comment nommiez-vous votre père ?
    - Je l’appelais papa », répondit-il avec beaucoup de sérieux.
    Cette réponse m’ennuyait, mais j’ai décidé de poursuivre en considérant qu’il n’avait pas compris.
    Je lui montrai la fiche, un côté pour le père, un côté pour la mère, et je citai comme exemple les différents noms qu’on utilise en anglais pour désigner son père et sa mère.
    [/align:4bc6b4953d]

    Quelle fière équipe, le jeune étudiant passablement naîf Carlos Castaneda et ce diable d’Indien qui se paie sa tête le plus tranquillement du monde, n’est-ce pas ? On se demande ce qui pourrait sortir d’une telle coopération ! Mais notre première daubinette n’est pas d’accord, elle trouve qu’ils complètent l’un l’autre. Se pourrait-il qu’elle ait raison ? Elle a quand même pas mal d’expérience en la matière.


  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    2

    [align=left:a43393fc27] Peut-être aurais-je dû commencer par la mère.
    « Comment appeliez-vous votre mère ?
    - Je l’appelais mam, répondit-il avec naïveté.
    - Ce que je voudrais savoir c’est s’il y avait d’autres mots dont vous vous serviez pour appeler votre père ou votre mère. Comment les appeliez-vous ? » J’essayais de garder mon calme et surtout de rester poli.
    Il se gratta la tête et me regarda stupidement.
    « Mon Dieu ! En voilà une question. Laisse-moi réfléchir. »
    Un moment passa. Il semblait enfin se souvenir. Je me préparai à écrire.
    « Eh bien, commença-t-il comme absorbé par sa recherche. Comment les appelais-je ? Je leur disais : Hé, hé, pap ! Hé, hé, mam ! »
    Sans le vouloir j’éclatai de rire. L’expression de son visage était réellement comique et j’ignorais s’il s’agissait d’un extravagant vieillard qui se jouait de moi ou bien d’un simplet. Avec toute la patience dont je pouvais faire preuve je lui expliquai le sérieux de telles questions et l’importance qu’avait pour moi le fait de remplir ces fiches. Je tentai de lui inculquer l’idée de généalogie et d’histoire personnelle.
    « Quels étaient les noms de votre père et de votre mère ? » Il posa sur moi des yeux parfaitement lucides. « Ne perds pas de temps avec cette merde », déclara-t-il doucement mais avec une force inattendue.
    J’en restai bouche bée. C’était comme si quelqu’un d’autre avait prononcé ces mots. L’instant précédent j’avais vu un Indien gauche et stupide se grattant la tête et soudain il avait inversé les rôles. Je me sentais stupide et il me dévisageait d’une façon indescriptible, mais pas d’un regard arrogant, défiant, chargé de haine ou de mépris. Ses yeux brillaient de gentillesse, ils étaient clairs et perçants.
    « Je n’ai aucune histoire personnelle, dit-il après un long silence, un jour j’ai appris que l’histoire personnelle ne m’était plus nécessaire et comme pour l’alcool, je l’ai laissée tomber. »
    [/align:a43393fc27]

    Mais quoi qu’il advienne, il est clair que le jeune ethnologue n’apprendra rien sans une contrepartie. C’est d’ailleurs là que notre petite n° 2 pourrait lui être utile, car elle est bien placée pour déterminer le juste prix des connaissances qui lui seront transmises.


  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    [align=left:3c674c84fe] Cette déclaration me paraissait incompréhensible. Soudain, je ressentis un malaise, comme une impression de danger. Je lui rappelai qu’il m’avait affirmé que mes questions ne le dérangeaient pas. Il me le confirma, elles ne le gênaient pas le moins du monde.
    « Je n’ai plus d’histoire personnelle, reprit-il en me jetant un regard inquisiteur, un jour, lorsque j’ai eu la sensation qu’elle n’était plus nécessaire, je l’ai laissée tomber. »
    Ne pas le quitter des yeux me laissait espérer de pouvoir le comprendre.
    « Comment peu—on laisser tomber sa propre histoire ?
    - En tout premier lieu il faut avoir envie de la laisser tomber, et alors il faut harmonieusement, petit à petit, la trancher de soi.
    - Pourquoi peut-on éprouver cette envie ?
    Ma propre histoire me retenait énormément. Mon enracinement familial était profond. Sincèrement, je pensais que sans cela ma vie n’aurait eu ni sens ni continuité.
    « Peut-être devriez-vous m’expliquer ce que vous entendez par laisser tomber sa propre histoire.
    - S’en débarrasser, voilà ce que j’ai voulu dire », répondit-il sèchement.
    J’intervins à nouveau pour préciser que j’avais sans doute mal compris sa déclaration.
    « Prenez pour exemple votre cas. Vous êtes yaqui et vous ne pouvez rien y changer.
    - Suis-je yaqui ? répliqua-t-il en souriant. Comment le sais-tu ?
    - C’est vrai. Je n’ai pas la possibilité de m’en assurer ; mais vous, vous le savez, et c’est ce qui compte. C’est ce qui constitue votre propre histoire. »
    Le point me paraissait indiscutable.
    « Le fait que je sache si je suis ou non yaqui n’en fait pas ma propre histoire. Cela devient ma propre histoire dès l’instant où quelqu’un d’autre le sait. Je puis te garantir que personne ne pourra jamais en être certain. »
    Maladroitement je prenais tout en note. Puis je le regardai. Je n’arrivais pas à le définir et passais mentalement en revue les différentes impressions qu’il m’avait laissées : ce regard mystérieux et entièrement nouveau qui me transperça lors de notre première rencontre, ce charme avec lequel il prétendait avoir l’accord des choses qui l’entouraient, son humeur irritante et sa vivacité, son apparence de réelle stupidité pendant que je l’interrogeais sur ses parents, et surtout la force inattendue de ses déclarations, force qui m’ébranlait redoutablement.
    [/align:3c674c84fe]

    La troisième daubinettes a sa place dans ce thread car visiblement, Castaneda hésite beaucoup, avant de s’engager plus avant dans toute cette aventure indienne. Ce n’est pas qu’elle ait spécialement étudié les Indiens ou leurs connaissances occultes, non, tout simplement c’est une petite qui sait prendre une décision, elle proclame d’ailleurs que sans cela, il est inutile de se lancer dans les affaires !


  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    [align=left:91747837d3] « Tu ignores ce que je suis, n’est-ce pas ? reprit-il exactement comme s’il avait pu suivre le cours de mes pensées. Jamais tu ne sauras qui ou ce que je suis parce que je n’ai pas d’histoire personnelle. »
    Il me demanda si j’avais un père, et sur ma réponse affirmative, ajouta que mon père représentait exactement ce dont il avait parlé. Il insista pour que je me souvienne de la façon dont ce père me jugeait.
    « Ton père te connaît dans les moindres détails, et il a de toi une image définitive. Il sait qui tu es et ce que tu fais, et rien sur cette terre ne lui fera changer l’idée qu’il s’est faite de toi. »
    Don Juan précisa que tous ceux qui me connaissaient avaient une idée de ce que j’étais, et que par tout ce que j’accomplissais je confirmais cette idée qu’ils avaient de moi : »Ne t’en rends-tu pas compte ? lança-t-il d’un ton dramatique. Tu es obligé de renouveler ton histoire personnelle en racontant à tes parents, à ta famille et à tes amis tout ce que tu fais. Par contre, si tu n’avais pas d’histoire personnelle, il n’y aurait pas une seule explication à fournir à qui que ce soir, personne ne serait déçu ou irrité par tes actes. Mais surtout, personne n’essaie de te contraindre avec ses propres pensées. »
    Soudain tout devint clair. Sans jamais l’avoir examiné en détail, je l’avais toujours su. Etre sans histoire personnelle devenait une idée intéressante, tout au moins du point de vue intellectuel ; mais malgré tout elle créait en moi une sensation de solitude que je considérais comme dangereuse et mal venue. J’avais envie d’en parler avec don Juan, mais je me retins ; cette situation particulière présentant une incongruité terrible. Je me sentais ridicule parce que j’envisageais de m’engager dans une discussion philosophique avec un vieil Indien qui, sans l’ombre d’un doute, ne possédait pas le « raffinement » d’un étudiant. D’une certaine façon il avait réussi à me détourner de mon intention première qui était de le questionner sur sa généalogie.
    « J’ignore comment nous en arrivons à aborder ce sujet, lui avouai-je, alors que je désire seulement quelques noms pour remplir mes fiches.
    - C’est d’une simplicité effrayante, répondit-il. Nous en sommes arrivés à ce point parce que j’ai dit que questionner quelqu’un sur son passé constitue une énorme connerie. »
    Le ton restait ferme. Je compris qu’il n’y aurait aucun moyen de changer son point de vue, par conséquent je modifiai mon approche.
    [/align:91747837d3]

    Si on ajoute une voyelle au mnémo de notre présente valeur, on obtiendra le nom qui désigne l’habitation d’un représentant d’une autre minorité américaine, sujette, dans le passé relativement récent, aux maintes brimades et vexaction, alors que si on en ajoute une au patronyme entier, le terme obtenu nomme un état des choses, causant maintes vexations et brimades dans une autre partie du globe. Décidément, la justice n’est pas de ce monte !

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    [align=left:dfb9079f35] « Cette idée de ne pas avoir d’histoire personnelle, est-elle particulière aux Yaquis ?
    - C’est ce que moi je fais.
    - Où donc avez-vous appris cela ?
    - Je l’ai appris pendant toute ma vie.
    - Votre père vous l’a-t-il enseigné ?
    - Non. Disons que je l’ai appris par moi-même et que maintenant je vais t’en révéler le secret pour qu’aujourd’hui tu ne partes pas les mains vides. »
    Sa voix se mua en un murmure dramatique. J’éclatai de rire. Je dus reconnaître son prodigieux don comique, j’étais en présence d’un acteur-né.
    « Ecris tout cela, me pressa-t-il d’un ton professoral. Pourquoi pas ? Tu sembles plus à l’aise pendant que tu écris. »
    Je levai la tête et sans aucun doute il remarqua dans mes yeux ma profonde confusion. Il claqua ses mains contre ses cuisses et éclata d’un rire joyeux.
    « Il est préférable d’effacer toute histoire personnelle, énonça-t-il lentement comme pour le laisser le temps d’écrire, parce que cela nous libère des encombrantes pensées de nos semblables. »
    Cette déclaration me parut incroyable, une confusion extrême m’envahit. Mon visage traduisit mon émoi intérieur et il en profita sur-le-champ.
    « Toi, par exemple, tu ne sais pas quoi penser de moi parce que j’ai effacé ma propre histoire. Petit à petit, autour de moi et de ma vie j’ai créé un brouillard. Maintenant personne ne peut savoir avec certitude qui je suis ou ce que je fais.
    - Mais vous, vous n’ignorez pas qui vous êtes ?
    - Bien sûr que je l’… ignore ». s’exclama-t-il en se roulant par terre de rire à cause de mon expression de totale surprise.
    Comme pour me laisser croire qu’il allait néanmoins avouer bien se connaître, il observa un long silence. Par cette ruse il me menaçait. La frayeur me gagna.
    « Voilà le petit secret que je te révèle aujourd’hui, me confia-t-il à voix basse. Personne ne connaît ma propre-histoire. Pas même moi. »
    [/align:dfb9079f35]

    On ne peut pas nier que le vieux fou sait très bien où il veut en venire, ces questions le démontrent clairement. On peut donc conclure qu’il possède au plus haut degré une qualité glorifiée par notre daubette n° 5 qui l’a adoptée même en guise de patronyme.



  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    [align=left:8b8d8e8295] Il loucha. Il ne me regardait pas, ses yeux restaient fixés au-delà de moi, par-dessus mon épaule gauche. Assis les jambes croisées, le dos droit, il semblait cependant détendu. A ce moment il était l’image même de la violence. Je l’imaginais en chef indien, en « guerrier peau-rouge » des histoires de mon enfance, et ce romantisme facile me conduisit à d’insidieuses et ambivalentes sensations. Sincèrement je pouvais dire que je l’aimais et du même souffle avouer qu’il m’inspirait une frayeur mortelle.
    Il conserva son étrange regard pendant un moment.
    « Comment savoir qui je suis alors que je suis tout cela », dit-il en désignant de la tête tout ce qui l’entourait.
    Il me jeta un coup d’œil en souriant.
    « Petit à petit tu dois créer un brouillard autour de toi. Il faut que tu effaces tout autour de toi jusqu’à ce que rien ne puisse plus être certain, jusqu’à ce que rien n’ait plus aucune certitude, aucune réalité. Actuellement ton problème réside en ce que tu es trop réel. Tes entreprises sont trop réelles, tes humeurs sont trop réelles. Ne prends absolument rien comme allant de soi. Il faut que tu commences par t’effacer toi-même.
    - Et dans quel but ? » demandai-je agressivement.
    A ce point, il était clair qu’il m’indiquait la conduite à suivre. Au cours de ma vie j’avais été tenté de rompre chaque fois que quelqu’un se permettait de me dire comment je devais agir, et la seule pensée d’un conseil de ce genre me mettait instantanément sur la défensive.
    « Tu déclaras vouloir apprendre ce qui touche aux plantes, continua-t-il calmement. Espères-tu avoir quelque chose pour rien ? Où donc penses-tu être ? Nous avons été d’accord, tu pouvais me questionner, je te disais ce que je savais. Si cette situation ne te plaît pas, nous n’avons plus rien à nous dire. »
    Sa terrible franchise m’irritait, à regret je devais admettre qu’il avait raison.
    [/align:8b8d8e8295]

    Certains diraient que le climat instauré par le vieil Indien deviant délétère, mais cette impression est trompeuse et ne soyez pas presses de tirer des conclusions de ce que vous venez de lire. Consacrez plutôt votre temps à décortiquer la phrase précédante, pour trouver le terme qu’il s’agit d’expurger de toutes ses voyelles auxquelles il conviendrait même d’ajouter une consomme, pour retrouver le mnémo de notre daubinette n° 6. Allez, trêve de plaisanteries, au travail, Messieurs-Dames !


  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    [align=left:0da66d8192] « En somme, tu veux en savoir plus sur les plantes, mais puisqu’on ne peut rien en dire il faut, entre autres choses, que tu effaces ta propre histoire.
    - Et comment ?
    - Commence par les choses simples. Par exemple ne dis pas ce que tu fais. Ensuite il faut que tu abandonnes tous ceux qui te connaissent bien. Ainsi tu créeras un brouillard autour de toi.
    - Mais c’est absurde. Pourquoi les gens ne devraient-ils pas me connaître ? Qu’y a-t-il de mal à cela ?
    - Le mal est qu’une fois qu’ils te connaissent, tu deviens pour eux quelque chose qui va de soi, et alors tu n’es plus capable de trancher le cours de leurs pensées. Personnellement, j’aime l’ultime liberté de rester inconnu. Personne par exemple ne me connaît avec certitude à la manière dont les gens te connaissent.
    - Mais cela revient à mentir.
    - Mensonge ou vérité m’importent peu, trancha-t-il avec sévérité. Les mensonges sont des mensonges seulement pour qui a une histoire personnelle. »
    Je débattis ce point en avançant que je n’aimais pas mystifier les gens, ni les tromper délibérément. Il répondit que de toute façon je trompais tout le monde.
    Le vieil Indien avait mis le doigt sur une plaie purulente de ma vie. Je ne pris pas le temps de lui demander ce qu’il voulait dire, ni comment il savait que je trompais les gens en permanence, je réagis en essayant de me défendre par une explication. Je déclarai savoir parfaitement, et cela me causait une profonde peine, que mes parents et mes amis ne me faisaient aucune confiance alors que jamais dans ma vie je n’avais menti.
    « Tu as toujours su mentir. Il te manquait seulement de savoir pourquoi. Maintenant tu le sais. »
    Je m’insurgeai.
    « Ne voyez-vous pas combien j’en ai assez de constater que les gens ne me font jamais confiance ?
    - Mais on ne peut pas compter sur toi, répliqua-t-il d’un ton convaincu.
    - Nom de Dieu ! On peut compter sur moi ! »
    Mon humeur, au lieu de le rendre sérieux, le jeta dans un rire quasi hystérique. Je hais ce vieux plein de suffisance. Malheureusement, il avait raison.
    [/align:0da66d8192]

    Et voilà, notre héros est irrité, énervé et, tout compte fait, malheureux, car les recriminations de Don Juan (quell nom, bon Dieu !) sont justifiées et il ne peut, en toute logique, ne pas le reconnaître. Il n’y a que notre daubinette n° 7 qui pourrait nier une telle évidence, et encore, à condition qu’on lui ajoute une terminaison qui convienne et surtout, qu’on veuille bien doubler une des consonnes qui composent son nom.


  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    [align=left:ae95a7f743] « Si on n’a pas d’histoire personnelle, rien de ce qu’on dit ne peut être considéré comme un mensonge. Ton problème est de tout vouloir expliquer à tout le monde, mais du même coup tu voudrais garder la fraîcheur, la nouveauté de ce que tu fais. Eh bien, une fois que tu as expliqué tout ce que tu fais, tu n’arrives plus à te passionner et pour pouvoir continuer, tu mens. »
    La tournure de notre conversation me déroutait. Je notai de mon mieux tous les détails de notre échange, en me concentrant sur ce qu’il disait, plutôt que de l’interrompre pour discuter de mes torts ou du sens de ses propos.
    « A partir de maintenant, continua-t-il, il faut que tu ne révèles aux gens que ce que tu as envie de leur dire, mais jamais tu ne dois leur raconter exactement comment tu y es parvenu.
    - J ne sais pas comment garder un secret, ce que vous me conseillez est donc inutile.
    - Alors, change ! » lança-t-il sèchement avec un éclat de violence dans les yeux.
    Il ressemblait à un étrange animal sauvage, et malgré tout ses pensées et ses déclarations restaient parfaitement cohérentes. Mon ennui fit place à une confusion des plus énervantes.
    « Vois-tu, reprit-il, nous avons une seule alternative. Ou bien nous prenons tout comme allant de soi, comme réel, ou bien nous adoptons le point de vue contraire. Si nous suivons la première proposition nous parvenons à l’ennui mortel, du monde et de nous-mêmes. Avec le second choix, ce qui suppose que nous effacions notre propre-histoire, nous créons le brouillard autour de nous. C’est une situation mystérieuse et passionnante ; personne ne sait d’où va sortir le lapin, pas même nous. »
    J’avançais l’idée qu’effacer sa propre-histoire risquait d’accroître notre impression d’insécurité.
    « Lorsque rien n’est certain, nous restons en alerte, nous sommes en permanence prêts au départ. Il est plus excitant de ne pas savoir dans quel buisson se cache le lapin que de se conduire comme si nous savions tout. »
    [/align:ae95a7f743]

    Notre huitième daubinette est parfaitement à sa place elle aussi, du moins, si on adopte le point de vue de Don Juan qui est visiblement convaincu de transmettre à Castaneda des information de la plus haute importance, on irait même jusqu’à dire, d’une importance capitale pour sa vie ultérieure (je me demande si l’Indien comprendrait ma devinette : il faut pour cela parler l’espagnol !).


  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    [align=left:1daf7662b8] Il garda le silence pendant assez longtemps, au moins une heure durant. Je ne savais que dire. Enfin il se leva et me demanda de le conduire à la ville voisine.
    Cette conversation m’avait curieusement épuisé. Le sommeil m’envahissait. En chemin il me fit stopper et me dit que si je désirais me détendre il me fallait aller sur le plateau qui formait le sommet d’une proche colline, et là m’allonger à plat ventre, la tête dirigée vers l’est. Il semblait pressé, je n’avais pas envie de protester et j’étais peut-être trop fatigué pour parler. Je grimpai la pente et fis ainsi qu’il me l’avait ordonné.
    Mon sommeil ne dura que deux à trois minutes mais assez pour renouveler mes énergies.
    Nous allâmes jusqu’au centre de la ville. Là il me demanda de le laisser.
    « Reviens, dit-il en descendant de la voiture. Sois sûr de revenir. »

    Perdre sa propre-importance

    Je racontai en détail à l’ami qui m’avait dirigé vers don Juan les conversations que nous avions eues au cours de ces deux rencontres. Selon lui je perdais mon temps, et il pensait aussi que j’exagérais jusqu’à me laisser aller à un romantisme facile à propos de ce vieux fada.
    Pourtant le vieil homme et ses absurdités étaient peu faits pour alimenter une atmosphère romantique. En toute sincérité je constatais qu’il avait sérieusement miné l’élan d’amitié qui me portait vers lui lorsqu’il se permit de critiquer ma personnalité. Cependant il me fallait admettre la rigueur, la précision et la justesse de ses remarques.
    Mon dilemme résidait dans le fait que je n’étais pas prêt à accepter l’indiscutable capacité de don Juan pour déranger mes préconceptions du monde, même si je rejetais l’opinion de mon ami pour qui « le vieil Indien était cinglé ».
    Afin d’éclaircir cela, j’eux envie de lui rendre visite au moins encore une fois.
    [/align:1daf7662b8]

    Comme on vient de le dire, l’importance de l’enseignement de don Juan est inestimable. Encore faut-il en comprendre l’essence, ce qui n’est pas évident. Et c’est là que notre daubinette présente pourrait s’avérer d’une grande aide, en fournissant l’instrument pour la résolution de l’énigme, du moins pour ceux qui parlent des langues étrangères.


  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    10

    [align=left:673571b831] Dès mon arrivée chez lui, il me proposa une marche dans le désert. Il n’eut même pas un regard pour les provisions que je lui apportais. Il semblait m’attendre, comme s’il avait su que j’arriverais juste ce soir-là.
    Des heures durant nous marchâmes. Il ne cueillit aucune plante. Il ne m’en désigna pas une seule. Cependant il m’enseigna une « forme appropriée de marche ». Il me conseilla de courber légèrement mes doigts vers la paume des mains pendant que je marchais ; ainsi, prétendit-il, prêterais plus d’attention à la poste et aux environs. Selon lui, ma marche était débilitante et il précisa qu’on ne devait jamais rien porter dans ses mains. Pour les transports il concevait d’employer un filet passé sur le dos ou un bissac. Son idée était qu’en maintenant les doigts dans cette position particulière on avait plus de force et on bénéficiait d’une attention bien plus soutenue.
    Nous marchâmes tout le matin pour ne marquer un arrêt que vers midi. Je transpirais. Je voulus boire à ma gourde, mais il m’arrêta pour me conseiller de ne prendre qu’une seule gorgée d’eau. Il alla à un buisson jaunâtre, cueillit quelques feuilles et les mâcha. Il m’en tendit quelques-unes en soulignant leur vertu désaltérante lorsqu’on les mâchait très lentement. La soif persista mais je me sentis revigoré.
    Sans doute avait-il lu mes pensées. En effet il expliqua que je n’avais pas ressenti les avantages de la « juste manière de marcher », ou ceux du masticage des feuilles, parce que j’étais encore jeune et fort, que mon corps ne s’apercevait de rien puisqu’il demeurait en quelque sorte assez stupide.
    Il se mit à rire. Je n’avais aucune envie de l’imiter ce qui sembla l’amuser encore plus. Il précisa sa déclaration en ajoutant que mon corps n’était pas vraiment stupide mais d’une certaine façon assoupi.
    Un énorme corbeau passa au-dessus de nous et croassa juste à ce moment-là. Je sursautai et fus pris d’un fou rire. La coïncidence me semblait propre à cet éclat de rire, mais à mon grand étonnement il saisit et secoua vigoureusement mon bras pour me faire taire. Son visage restait parfaitement sérieux.
    [/align:673571b831]

    Je me demande si la plante mystérieuse que les deux protagonistes se mettent à mâcher n’est pas apparentée à un autre végétal, très apprécié par votre fidèle servante et contenant de surcroît une substance à laquelle fait penser notre dixième daubinette ? Il est vrai que ces denriers temps, cette substance est décriée et presque proscrite, mais ce n’est que des conneries mises en circulation par des politiquement corrects, c’est moi qui vous le dis !


Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Tous ces pays dont les noms se ressemblent !
    Par felix_krull dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/04/2003, 18h55

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •