Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 38
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    Les daubinettes belles à damner son âme !

    Et on continue avec ce Diable amoureux, imaginé par Jacques Cazotte pour notre plaisir. Cette fois-ci, j’ai décidé d’agrémenter le texte des tableaux de Constantin Somov (1869-1939), et il y a des raisons pour cela : cet artiste russe, membre du groupement « Le Monde des Arts », - je en vous ai déjà touché deux mots, - qui a émigré en 1923 et a vécu à Paris, était fasciné par le XVIII siècle français dont il n’a eu de cesse de représenter des scènes galantes.

    [align=left:727f4eb9f3]Vingt et un jour se passèrent sans qu’on pût se décider entre la crainte et l’espérance : enfin, la fièvre se dissipa, et il parut que la malade reprenait connaissance.
    Je l’appelais ma chère Biondetta, elle me serra la main. Depuis cet instant, elle reconnut tout ce qui était autour d’elle. J’étais à son chevet ; ses yeux se tournèrent sur moi ; les miens étaient baignés de larmes. Je ne saurais peindre, quand elle me regarda, les grâces, l’expression de son sourire. « Chère Biondetta ! reprit-elle ; je suis la chère Biondetta d’Alvare. »
    Elle voulait m’en dire davantage ; on me força encore une fois de m’éloigner.
    Je pris le parti de rester dans sa chambre, dans un endroit où elle ne pût me voir. Enfin, j’eus la permission d’en approcher. « Biondetta, lui dis-je, je fais poursuivre vos assassins. »
    - Ah ! ménagez-les, dit-elle ; ils ont fait mon bonheur. Si je meurs, ce sera pour vous ; si je vis, ce sera pour vous aimer. »
    J’ai des raisons pour abréger ces scènes de tendresse qui se passèrent entre nous jusqu’au temps où les médecins m’assurèrent que je pouvais faire transporter Biondetta sur les bords de la Brenta, où l’air serait plus propre à lui rendre ses forces. Nous nous y établîmes. Je lui avais donné deux femmes pour la servir, dès le premier instant où son sexe fut avéré par la nécessité de panser ses blessures. Je rassemblai autour d’elle tout ce qui pouvait contribuer à sa commodité, et ne m’occupai qu’à la soulager, l’amuser et lui plaire.
    [/align:727f4eb9f3]

    C’est un cas que notre Alvare : il n’a vraiment pas froid aux yeux, mais en même temps, je le trouve très prudent. Espérons que cette prudence portera ses fruits ! Quant à la daubinette, son mnémo figure en toutes lettres dans ma première phrase, vous n’avez qu’à trouver le bon mot.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    2

    [align=left:b2fdbc8fe2]Ses forces se rétablissaient à vue d’œil, et sa beauté semblait prendre chaque jour un nouvel éclat. Enfin, croyant pouvoir l’engager dans une conversation assez longue, sans intéresser sa santé : « Ö Biondetta ! lui dis-je, je suis comblé d’amour, persuadé que vous n’êtes point un être fantastique, convaincu que vous m’aimez, malgré les procédés révoltants que j’ai eus pour vous jusqu’ici. Mais vous savez si mes inquiétudes furent fondées. Développez-moi le mystère de l’étrange apparition qui affligea mes regards dans la voûte de Portici.
    D’où venait, que devinrent ce monstre affreux, cette petite chienne qui précédèrent votre arrivée ? Comment, pourquoi les avez-vous remplacés pour vous attacher à moi ? Qui étaient-ils ? Qui êtes vous ? Achevez de rassurer un cœur tout à vous, et qui veut se dévouer pour la vie.
    - Alvare, répondit Biondetta, les nécromanciens, étonnés de votre audace, voulurent se faire un jeu de votre humiliation, et parvenir par la voie de la terreur à vous réduire à l’état de vil esclave de leurs volontés. Ils vous préparaient d’avance à la frayeur, en vous provoquant à l’évocation du plus puissant et du plus redoutable de tous les esprits ; et par le secours de ceux dont la catégorie leur est soumise, ils vous présentèrent un spectacle qui vous eût fait mourir d’effroi, si la vigueur de votre âme n’eût fait tourner contre eux leur propre stratagème.
    « A votre contenance héroïque, les Sylphes, les Salamandres, les Gnomes, les Ondins, enchantés de votre courage, résolurent de vous donner tout l’avantage sur vos ennemis.
    « Je suis Sylphide d’origine, et une des plus considérables d’entre elles. Je parus sous la forme de la petite chienne ; je reçus vos ordres, et nous nous empressâmes tous à l’envi de les accomplir. Plus vous mettiez de hauteur, de résolution, d’aisance, d’intelligence à régler nos mouvements, plus nous redoublions d’admirations pour vous et de zèle.
    [/align:b2fdbc8fe2]

    Après tout, c’est une situation bien confortable, non ? Alvare est dorloté par cette mignonne Biondetta qui lui prépare ses repas, qui lui repasse ses habits et on peut présumer même qu’elle lui cire ses savates ! Bursosmiliens, je vous le demande avec vigueur, qui de vous refuserait une telle servante ? Ha, personne ? je m’en doutais, figurez-vous ! Bon, alors maintenant, trouvez-moi la daubette n° 2 : il y a un mot dans la deuxième phrase qui, légèrement retouché, vous donnerait l’ancien patronyme de notre petite.

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    3

    [align=left:dca4d49958] « Vous m’ordonnâtes de vous servir en page, de vous amuser en cantatrice. Je me soumis avec joie, et goûtai de tels charmes dans mon obéissance, que je résolus de vous la vouer pour toujours.
    « Décidons, me disait-elle, mon état et mon bonheur. Abandonnée dans le vague de l’air à une incertitude nécessaire, sans sensations, sans jouissances, esclave des évocations des cabalistes, jouet de leurs fantaisies, nécessairement bornée dans mes prérogatives comme dans mes connaissances, balancerais-je davantage sur le choix des moyens par lesquels je puis ennoblir mon essence ?
    « Il m’est permis de prendre un corps pour m’associer à un sage : le voilà. Si je me réduis au simple état de femme, si je perds par ce changement volontaire le droit naturel des Sylphides et l’assistance de mes compagnes, je jouirai du bonheur d’aimer et d’être aimée. Je servirai mon vainqueur ; je l’instruirai de la sublimité de son être dont il ignore les prérogatives ; il nous soumettra, avec les éléments dont j’aurai abandonné l’empire, les esprits de toutes les sphères. Il est fait pour être le roi du monde, et j’en serai la reine, et la reine adorée de lui.
    « Ces réflexions, plus subites que vous ne pouvez le croire dans une substance débarrassée d’organes, me décidèrent sur-le-champ. En conservant ma figure, je prends un corps de femme pour ne le quitter qu’avec la vie.
    « Quand j'eus pris un corps, Alvare, je m’aperçus que j’avais un cœur. Je vous admirais ; mais que devins-je, lorsque je ne vis en vous que répugnance, de la haine ! Je ne pouvais ni changer, ni même me repentir ; soumise à tous les revers auxquels sont sujettes les créatures de votre espèce, n’étant attiré le courroux des esprits, la haine implacable des nécromanciens, je devenais, sans votre protection, l’être le plus malheureux qui fût sous le ciel ; que dis-je ? je le serais encore sans votre amour. »
    Mille grâces répandues dans la figure, l’action, le son de la voix, ajoutaient au prestige de ce récit intéressant. Je ne concevais rien de ce que j’entendais.
    [/align:dca4d49958]

    Mais la modeste Biondetta, cette creature humble et silencieuse, un peu pleurnicharde sur les bords même, sait se montrer altière à l’occasion, ressemblant à cela à notre troisième daubinette, pas vrai ?

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    4

    [align=left:a37eb2bbe4]Mais qu’y avait-il de concevable dans mon aventure ?
    Tout ceci me paraît un songe, me disais-je ; mais la vie humaine est-elle autre chose ? Je rêve plus extraordinairement qu’un autre, et voilà tout.
    Je l’ai vue de mes yeux, attendant tout secours de l’art, arriver presque jusqu’aux portes de la mort, en passant par tous les termes d’épuisement et de la douleur.
    L’homme fut un assemblage d’un peu de boue et d’eau. Pourquoi une femme ne serait-elle pas faite de rosée, de vapeurs terrestres et de rayons de lumière, des débris d’un arc-en-ciel condensés ? Où est le possible ?... Où est l’impossible ?
    Le résultat de mes réflexions fut de me livrer encore plus à mon penchant, en croyant consulter ma raison. Je comblais Biondetta de prévenances, de caresses innocentes.
    Elle s’y prêtait avec une franchise qui agit sans être l’effet des réflexions ou de la crainte.
    Un mois s’était passé dans des douceurs qui m’avaient enivré. Biondetta, entièrement rétablie, pouvait me suivre partout à la promenade. Je lui avais fait faire un déshabillé d’amazone : sous ce vêtement, sous un grand chapeau ombragé de plumes, elle attirait tous les regards, et nous ne paraissions jamais que mon bonheur ne fît l’objet de l’envie de tous ces heureux citadins qui peuplent, pendant les beaux jours, les rivages enchantés de la Brenta ; les femmes même semblaient avoir renoncé à cette jalousie dont on les accuse, ou subjuguées par une supériorité dont elles ne pouvaient disconvenir, ou désarmées par un maintien qui annonçait l’oubli de tous ses avantages.
    Connu de tout le monde pour l’amant aimé d’un objet aussi ravissant, mon orgueil égalait mon amour, et je m’élevais encore davantage quand je venais à me flatter sur le brillant de son origine.
    [/align:a37eb2bbe4]

    Ben dites donc, en voilà des revelations ! Il y a de quoi être troublé et perdre son cALMe !

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    5

    [align=left:ea9c3058e0]Je ne pouvais douter qu’elle ne possédât les connaissances les plus rares, et je supposais avec raison que son but était de m’en orner ; mais elle ne m’entretenait que de choses ordinaires, et semblait avoir perdu l’autre objet de vue. « Biondetta, lui dis-je, un soir que nous nous promenions sur la terrasse de mon jardin, lorsqu’un penchant trop flatteur pour moi vous décida à lier votre sort au mien, vous vous promettiez de m’en rendre digne en me donnant des connaissances qui ne sont point réservées au commun des hommes. Vous parais-je maintenant indigne de os soins ? un amour aussi tendre, aussi délicat que le vôtre peut-il ne point désirer d’ennoblir son objet ?
    Ô Alvare ! me répondit-elle, je suis femme depuis six mois, et ma passion, il me le semble, n’a pas duré un jour.
    Pardonnez si la plus douce des sensations enivre un cœur qui n’a jamais rien éprouvé. Je voudrais vous montrer à aimer comme moi ; et vous seriez, par ce sentiment seul, au-dessus de tous vos semblables ; mais l’orgueil humain aspire à d’autres jouissances.
    L’inquiétude naturelle ne lui permet pas de saisir un bonheur, s’il n’en peut envisager un plus grand dans la perspective. Oui, je vous instruirai, Alvare. J’oubliais avec plaisir mon intérêt ; il le veut, puisque je dois retrouver ma grandeur dans la vôtre ; mais il ne suffit pas de me promettre d’être à moi, il faut que vous vous donniez et sans réserve et pour toujours. »
    Nous étions assis sur un banc de gazon, sous un abri de chèvrefeuille au fond du jardin ; je me jetai à ses genoux. « Chère Biondetta, lui dis-je, je vous jure une fidélité à toute épreuve.
    [/align:ea9c3058e0]

    Voilà qu’Alvare cotoie le monde des esprits, mais la chose n’est pas sans danger, me semble-t-il, car pour l’instant, nous ne savons absolument pas s’il s’agit d’esprits BoNS ou mauvais, si ce sont des envoyés du ciel ou au contraire, les représentants du royaume souterrain, mais ne vous inquiétez pas, vous le découvrirez très bientôt !

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    6

    [align=left:378043a2df]- Non, disait-elle, vous ne me connaissez pas, vous ne vous connaissez pas ; il me faut un abandon absolu. Il peut seul me rassurer et me suffire. »
    Je lui baisais la main avec transport et redoublais mes serments ; elle m’opposait sas craintes. Dans le feu de la conversation, nos têtes se penchent, nos lèvres se rencontrent … Dans le moment, je me sens saisir par la basque de mon habit, et secouer d’une étrange force …
    C’était mon chien, un jeune danois dont on m’avait fait présent. Tous les jours, je le faisais jouer avec mon mouchoir. Comme il s’était échappé de la maison la veille, je l’avais fait attacher pour prévenir une seconde évasion. Il venait de rompre son attache ; conduit par l’odorat, il m’avait trouvé et me tirait par mon manteau pour me montrer sa joie et me solliciter au badinage ; j’eus beau le chasser de la main, de la voix, il ne fut pas possible de l’écarter : il courait, revenait sur moi en aboyant ; enfin, vaincu par son importunité, je le saisis par son collier et le conduisis à la maison.
    Comme je revenais au berceau pour rejoindre Biondetta, un domestique marchant presque sur mes talons nous avertit qu’on avait servi, et nous allâmes prendre nos places à table. Biondetta eût pu y paraître embarrassée. Heureusement, nous nous trouvions en tiers, un jeune noble était venu passer la soirée avec nous.
    Le lendemain j’entrai chez Biondetta, résolu de lui faire part des réflexions sérieuses qui m’avaient occupé pendant la nuit. Elle était encore au lit, et je m’assis auprès d’elle.
    « Nous avons, lui dis-je, pensé faire hier une folie dont je me fusse repenti le reste de mes jours. Ma mère veut absolument que je me marie. Je ne saurais être à d’autre qu’à vous, et ne puis point prendre d’engagement sérieux sans son aveu. Vous regardant déjà comme ma femme, chère Biondetta, mon devoir est de vous respecter.
    [/align:378043a2df]

    Heureusement qu’il avait un chien, notre héros, sinon, on ne sait pas ce qui serait arrive dans cette situation - un peu scabreuse, il faut le dire. Je profite de l’occasion pour vous redire encore une fois que les chiens sont vraiment une race merveilleuse, intelligents, sensibles et fidèles comme ils le sont. Il a su détourner l’attention d’Alvare, et une aCCAlmie a remplacé le tourbillon ui régnait dans son âme.

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    7

    [align=left:0a1e5b1403]- Eh ! ne dois-je pas vous respecter vous-même, Alvare ? Mais ce sentiment ne serait-il pas le poison de l’amour ?
    - Vous vous trompez, repris-je, il en est l’assaisonnement …
    - Bel assaisonnement, qui vous ramène à moi d’un ait glacé, et me pétrifie moi-même ! Ah, Alvare ! Alvare ! je n’ai heureusement ni rime ni raison, ni père ni mère, et veux aimer de tout mon cœur sans cet assaisonnement-là. Vous devez des égards à votre mère ; ils sont naturels, il suffit que sa volonté ratifie l’union de nos cœurs, pourquoi faut-il qu’elle la précède ? les préjugés sont nés chez vous au défaut de lumières, et soit en raisonnant, soit en ne raisonnant pas, ils rendent votre conduite aussi inconséquente que bizarre. Soumis à de véritables devoirs, vous vous en imposez qu’il est ou impossible ou inutile de remplir ; enfin vous cherchez à vous faire écarter de la route, dans la poursuite de l’objet dont la possession vous semble la plus désirable. Notre union, nos liens deviennent dépendants de la volonté d’autrui. Qui sait si dona Mencia me trouvera d’assez bonne maison pour entrer dans celles de Maravillas ? Et je me verrais dédaignée ? ou, au lieu de vous tenir de vous-même, il faudrait vous obtenir d’elle ? Est-ce un homme destiné à la haute science qui me parle, ou un enfant qui sort des montagnes de l’Estramadure ? Et dois-je être sans délicatesse, quand je vois qu’on ménage celle des autres plus que la mienne ? Alvare ! Alvare ! on vante l’amour des Espagnols ; ils auront toujours plus d’orgueil et de morgue que d’amour. »
    J’avais vu des scènes bien extraordinaires ; je n’étais point préparé à celle-ci. Je voulus excuser mon respect pour ma mère ; le devoir me le prescrivait, et la reconnaissance, l’attachement, plus fort encore que lui. On n’écoutait pas.
    [/align:0a1e5b1403]

    Voyez Biondetta qui plaide l’amour libre, une véritable féministe avant l’heure. Cette combativité manquait justement à une héroïne de roman très célèbre qui s’est empoisonnée, vaincue par l’ennui et qui pourrait passer presque pour l’homonyme de notre présente daubinette, à une lettre près.

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    8

    [align=left:d3c0e091cf] « Je ne suis pas devenue femme pour rien, Alvare : vous me tenez de moi, je veux vous tenir de vous. Dona Mencia désapprouvera après, si elle est folle. Ne m’en parlez plus. Depuis qu’on me respecte, qu’on se respecte, qu’on respecte tout le monde, je deviens plus malheureuse que lorsqu’on me haïssait. » Et elle se mit à sangloter.
    Heureusement je suis fier, et ce sentiment me garantit du mouvement de faiblesse qui m’entraînait aux pieds de Biondetta, pour essayer de désarmer cette déraisonnable colère, et faire cesser des larmes dont la seule vue me mettait au désespoir. Je me retirai. Je passai dans mon cabinet. En m’y enchaînant, on m’eût rendu service ; enfin craignant l’issue des combats que j’éprouvais, je cours à ma gondole ; une des femmes de Biondetta se trouve sur mon chemin. « Je vais à Venise, lui dis-je. J’y deviens nécessaire pour la suite du procès intenté à Olympia » ; et sur-le-champ je part, en proie aux plus dévorantes inquiétudes, mécontent de Biondetta et plus encore de moi, voyant qu’il ne me restait à prendre que des partis lâches ou désespérés.
    J’arrive à la ville ; je touche à la première calle. Je parcours d’un air effaré toutes les rues qui sont sur mon passage, ne m’apercevant poins qu’un orage affreux va fondre sur moi, et qu’il faut m’inquiéter pour trouver un abri.
    C’était dans le milieu du mois de juillet. Bientôt je fus chargé par une pluie abondante mêlée de beaucoup de grêle.
    Je vois une porte ouverte devant moi : c’était celle de l’église du grand couvent des Franciscains ; je m’y réfugie.
    Ma première réflexion fut qu’il avait fallu un semblable accident pour me faire entrer dans une église depuis mon séjour dans les Etats de Venise ; la seconde fut de me rendre justice sur cet entier oubli de mes devoirs.
    [/align:d3c0e091cf]

    En plus, elle cause bien la Biondetta, mais hélas pour elle, Alvare a ses principes. Quand même, il devait être vERT de dépit lorsqu’ il l’a quittée (entre nous, ne trouvez-vous pas qu’il est un tantinet risible, avec son sens de l’honneur exagéré ?)

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    9

    [align=left:a3e4c10f99]Enfin, voulant m’arracher à mes pensées, je considère les tableaux, et cherche à voir les monuments qui sont dans cette église : c’était une espèce de voyage curieux que je faisais autour de la nef et du chœur.
    J’arrive enfin dans une chapelle enfoncée et qui était éclairée par une lampe, le jour extérieur n’y pouvant pénétrer ; quelque chose d’éclatant frappe mes regards dans le fond de la chapelle : c’était un monument.
    Deux génies descendaient dans un tombeau de marbre noir une figure de femme, deux autres génies fondaient en larmes auprès de la tombe.
    Toutes les figures étaient de marbre blanc, et leur éclat naturel, rehaussé par le contraste, en réfléchissant vivement la faible lumière de la lampe, semblait les faire briller d’un jour qui leur fût propre, et éclairer lui-même le fond de la chapelle.
    J’approche, je considère les figures ; elles me paraissent des plus belles proportions, pleines d’expression et de l’exécution la plus finie.
    J’attache mes yeux sur la tête de la principale figure. Que deviens-je ? je crois voir le portrait de ma mère. Une douleur vive et tendre, un saint respect, me saisissent.
    « Ô ma mère ! est-ce pour m’avertir que mon peu de tendresse et le désordre de ma vie vous conduiront au tombeau, que ce froid simulacre emprunte ici votre ressemblance chérie ? Ô la plus digne des femmes ! tout égaré qu’il est, votre Alvare vous a conservé tous vos droits sur son cœur. Avant de s’écarter de l’obéissance qu’il vous doit, il mourrait plutôt mille fois : il en atteste ce marbre insensible. Hélas ! je suis dévoré de la passion la plus tyrannique : il m’est impossible de m’en rendre maître désormais. Vous venez de parler à mes yeux ; parlez, ah ! parlez à mon cœur, et si je dois la bannir, renseignez-moi comment je pourrai faire sans qu’il m’en coûte la vie. »
    [/align:a3e4c10f99]

    Ah cette daubinette, pour peu qu’on inverse son mnémo, Biondetta, telle qu’on vient de le voir, defendant la liberté, aurait pu en devenir adhérente très active !

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de xenia
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 196

    10

    [align=left:40ced3a952]En prononçant avec force cette pressante invocation, je m’étais prosterné la face contre terre, et j’attendais ans cette attitude la réponse que j’étais presque sûr de recevoir, tant j’étais enthousiasmé.
    Je réfléchis maintenant, ce que je n’étais pas en état de faire alors, que dans toutes les occasions où nous avons besoin de secours extraordinaires pour régler notre conduite, si nous les demandons avec force, dussions-nous n’être pas exaucés, au moins, en nous recueillant pour les recevoir, nous nous mettons dans le cas d’user de toutes les ressources de notre propre prudence. Je méritais d’être abandonné à la mienne, et voici ce qu’elle me suggéra :
    « Tu mettras un devoir à remplir et une espace considérable entre ta passion et toi ; les événements t’éclaireront. »
    « Allons, dis-je en me relevant avec précipitation, allons ouvrir mon cœur à ma mère, et remettons-nous encore une fois sous ce cher abri. »
    Je retourne à mon auberge ordinaire ; je cherche une voiture, et, sans m’embarrasser d’équipages, je prends la route de Turin pour me rendre en Espagne par la France, mais avant, je mets dans un paquet une note de trois cents sequins sur la banque, et la lettre qui suit :
    « A ma chère Biondetta,
    « Je m’arrache d’auprès de vous, ma chère Biondetta, et ce serait m’arracher à la vie, si l’espoir du plus prompt retour ne consolait mon cœur. Je vais voir ma mère ; animé par votre charmante idée, je triompherai d’elle, et viendrai former avec son aveu une union qui doit faire mon bonheur. Heureux d’avoir rempli mes devoirs avant de me donner tout entier à l’amour, je sacrifierai à vos pieds le reste de ma vie. Vous connaîtrez un Espagnol, ma Biondetta ; vous jugerez d’après sa conduite, que s’il obéit aux devoirs de l’honneur et du sang, il sait également satisfaire aux autres.
    [/align:40ced3a952]

    Et voilà, il se barre ! Non, mais, cet Alvare, il n’y a rien à faire, il me fait rire ! Mais bon, il ne s’agit pas de mes accès d’hilarité, car contrairement à notre daubiette n° 10, il ne joue pas, il est très sérieux et déchiré entre sa passion pour Biondetta et ses sentiments filiaux.

Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. La foire aux belles:)
    Par xenia dans le forum Actions
    Réponses: 22
    Dernier message: 27/05/2003, 23h22
  2. ECHAPPEES (belles?)
    Par esope dans le forum Actions
    Réponses: 12
    Dernier message: 07/05/2003, 09h50

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •