Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    March 2005
    Localisation
    Lille (59)
    Messages
    541

    France: perquisition d'un juge d'instruction et de la police

    Un juge d'instruction et des fonctionnaires de police se trouvaient lundi matin dans les locaux du ministère de l'Economie et des Finances, a-t-on déclaré à Bercy.

    Interrogé sur le fait de savoir si cette perquisition était liée à l'affaire Rhodia, le service de presse n'a ni confirmé ni démenti.

    "Il y a bien le juge d'instruction avec des fonctionnaires de police dans les locaux de Bercy. On les reçoit comme il se doit", a précisé le service de presse de Thierry Breton.

    Ils sont arrivés "il n'y a pas longtemps", a-t-on ajouté de même source vers 10H30. Thierry Breton étant en déplacement, le juge est "reçu par le directeur de cabinet", a-t-on ajouté.

    Le Parquet de Paris a ouvert en octobre une information sur les comptes de l'entreprise chimique Rhodia, après une plainte pour présentation de comptes inexacts entre 1999 et 2002, période durant laquelle M. Breton siégeait au conseil d'administration.

    Source AFP le 27/06/05

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771
    Pas bien compris, ils viennent faire une perquisition au M des F ou pour M. Breton?
    Si c'est pour le M des F je ne vois pas bien pourquoi on parle du role de T B (alors que de mémoire j'ai entendu entre uatres sur BFM qu'il n'était pas concerné par la période litigieuse) ?
    Et s'ils viennent pour T B pourquoi une perquisition à Bercy ????
    Pas clair tout ça

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    March 2005
    Localisation
    Lille (59)
    Messages
    541
    Non pas clair mais apparement il serait impliqué mainteant pourquoi Bercy ? euh par hasard TB ne logerait il pas à Bercy ? cela expliquerait tout !!!

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771

    quelques "brides" d infos

    Bercy contre-attaque dans l'affaire Rhodia

    LExpansion.com
    Thierry Breton est la cible d'un des actionnaires minoritaires du groupe chimique, l'homme d'affaires Hugues de Lasteyrie. C'est du moins ce que soupçonne le parquet de Paris, qui a ouvert une enquête à son encontre, pour des faits de chantage
    Bercy contre-attaque dans l'affaire Rhodia
    Bercy contre-attaque dans l'affaire Rhodia

    LExpansion.com
    Thierry Breton est la cible d'un des actionnaires minoritaires du groupe chimique, l'homme d'affaires Hugues de Lasteyrie. C'est du moins ce que soupçonne le parquet de Paris, qui a ouvert une enquête à son encontre, pour des faits de chantage.
    -- PUBLICITE --







    L'affaire Rhodia menace-t-elle Bercy ? Un peu plus d'un mois après avoir pris ses fonctions au ministère des finances, Thierry Breton est la cible d'un des actionnaires minoritaires du groupe chimique, l'homme d'affaires Hugues de Lasteyrie. C'est du moins ce que soupçonne le parquet de Paris, qui a ouvert une enquête à son encontre, pour des faits de chantage. Elle fait suite à une rencontre qui a eu lieu il y a dix jours environ entre Hugues de Lasteyrie et Xavier Musca, directeur du trésor du ministère de l'économie, lors de laquelle le premier aurait menacé de lancer une campagne de presse pour déstabiliser Thierry Breton. C'est que le locataire de Bercy était administrateur de Rhodia entre 1998 et 2002, et de surcroît président du comité d'audit du groupe, sous le coup d'une enquête de l'Autorité des marchés financiers pour « présentation de comptes inexacts » et « diffusion d'informations fausses ». Les délits éventuels commis au temps où Breton était administrateur sont toutefois considérés par l'AMF comme prescrits.

    De son côté, Hugues de Lasteyrie, convoqué le 12 avril prochain devant la justice, dénonce une « manœuvre grossière » et déclare vendredi dans Les Echos : « Je suis allé à Bercy dire aux pouvoirs publics : il faut trouver une solution pour empêcher la faillite de Rhodia. Je pensais qu'ils pouvaient inciter Jean-François Dehecq, le patron de Sanofi-Aventis, à aider son ancienne filiale chimique, victime d'Aventis avant sa fusion avec Sanofi ». Aventis, résultat de la fusion entre Rhône-Poulenc et Hoechst, avait regroupé en 1998 sous le nom de Rhodia l'ensemble de ses activités chimiques pour se recentrer sur la pharmacie. Et avait donné à cette société, via sa mise en bourse, son indépendance.

    Pour Hugues de Lasteyrie, Aventis a tout bonnement voulu, à l'époque, se débarrasser d'un risque en se séparant de Rhodia, propriétaire de multiples sites chimiques qui ont dégradé l'environnement, et en ne lui donnant pas assez de compensation pour réparer les dégâts causés par la pollution dégagée par ses activités. Le risque, estimé en 1998 à 150 millions d'euros, est en réalité bien supérieur et pourrait atteindre plusieurs centaines de millions. Dans une plainte déposée en août dernier, et rendue publique jeudi, l'homme d'affaires réclame à Sanofi-Aventis, désormais héritière des problèmes liés à l'encombrant Rhodia, 2,8 milliards d'euros. Déjà en janvier dernier, Rhodia s'était retournée contre son ex maison-mère, sans toutefois chiffrer ses exigences.

    LExpansion.com



    L'affaire Rhodia colle toujours à Breton

    Selon un actionnaire minoritaire du groupe chimique, l'AMF a écarté de son enquête des éléments impliquant le ministre.

    Par Nicolas CORI

    jeudi 23 juin 2005 (Liberation - 06:00)




    t voilà l'Autorité des marchés financiers (AMF) de nouveau mise en cause dans l'affaire Rhodia. Et Thierry Breton qui pourrait se retrouver réellement gêné pour avoir occupé le poste d'administrateur et président du comité d'audit du groupe chimique de 1998 à 2002. En mars, le Canard enchaîné avait révélé que le gendarme boursier, qui avait envoyé des griefs à la société et à son ex-PDG Jean-Pierre Tirouflet, avait laissé tomber d'autres charges pouvant impliquer le ministre de l'Economie. Cette fois-ci, c'est Hughes de Lasteyrie, actionnaire minoritaire du groupe, qui s'en prend à l'AMF.
    Comme l'a révélé le Monde dans son édition de mercredi, le financier a envoyé une lettre à l'AMF dans laquelle il pointe les erreurs et oublis de son rapport d'enquête. Surtout, documents à l'appui et se fondant sur le propre règlement de l'AMF, Lasteyrie réclame une réouverture du dossier. Pour être «utile à la manifestation de la vérité», il demande à être entendu par la rapporteure de la Commission des sanctions, Marielle Cohen-Branche, pour qu'elle demande une extension des griefs déjà formulés et des personnes mises en cause.
    Car les arguments développés dans la lettre de Lasteyrie, que Libération a pu consulter, sont susceptibles d'impliquer Breton. L'AMF avait ainsi écarté l'opération Albright & Wilson (A&W) le rachat par Rhodia d'un concurrent britannique en 1999 grâce à un portage litigieux , au motif qu'elle était «prescrite». Pour Lasteyrie, la prescription est un faux débat. Ce n'est pas le rachat d'A & W qui lui pose problème, mais la façon dont Rhodia a comptabilisé l'entreprise dans ses bilans 2000 et 2001 (période non concernée par la prescription). Selon lui, A & W valait beaucoup moins que le prix payé par Rhodia ce que savaient les administrateurs.
    Même type de raisonnement concernant un deuxième grief de l'AMF, la mauvaise comptabilisation de Chirex, une entreprise américaine achetée en 2000. Chirex s'est révélé une catastrophe financière et Rhodia l'a finalement déprécié dans ses comptes annuels 2003. L'AMF, elle, a estimé qu'elle aurait dû le faire pour les comptes semestriels de 2003. Mais Lasteyrie fournit des documents montrant que, dès 2001, Rhodia savait que l'activité de Chirex était catastrophique.
    Au finale, le financier estime que l'information financière de Rhodia en 2000 et en 2001 a été trompeuse. Et à cette période, Thierry Breton dont la fonction de président du comité d'audit l'obligeait, dixit Rhodia, à «vérifier les rapports financiers périodiques» était bien en poste.

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771
    Citation Envoyé par mmomobis
    Non pas clair mais apparement il serait impliqué mainteant pourquoi Bercy ? euh par hasard TB ne logerait il pas à Bercy ? cela expliquerait tout !!!
    Il me semble que T B avait précisé que disposant d'un domicile parisien, il n'utiliserai pas de "logement de fonction" comme ses prédécesseurs
    Bon c'était juste après "l'affaire Gaymard", il a peut-être discrétement changé d'avis ensuite....

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771

    Affaire Rhodia

    La justice s'invite à Bercy

    Thierry Breton, le ministre de l'Economie, a-t-il été négligent quand il était patron ? La justice enquête.

    Laurent léger (avec Christophe Deloire)

    Edouard Stern, le banquier assassiné à Genève le 28 février, se rappelle au bon souvenir des vivants. Le juge Henri Pons a lancé les 27 et 28 juin une spectaculaire série de perquisitions autour de l'affaire Rhodia et de l'affaire Canal + Technologies. Le lien entre ces deux dossiers ? Deux hommes : Thierry Breton, le ministre de l'Economie, et Jean-René Fourtou, le président de Vivendi Universal, qui se tutoient et se connaissent depuis fort longtemps. Leurs domiciles ont été perquisitionnés. Le juge, ne reculant devant rien, a même investi, à Bercy, le bureau du ministre et de ses collaborateurs. Une première dans l'histoire de la Ve République. Des perquisitions ont également été effectuées au siège de Rhodia et de Canal + et aux domiciles de plusieurs dirigeants.

    L'objectif est de faire la lumière sur deux affaires qui défraient la chronique depuis plusieurs mois. Dans le cas Rhodia, entreprise créée en 1998 à partir d'une scission de Rhône-Poulenc, présidé alors par Fourtou, il s'agit de déterminer si des fautes graves de gestion et des dissimulations comptables sont à l'origine de la quasi-faillite du groupe chimique. Fourtou et Breton ont été administrateurs de Rhodia respectivement de février 1998 à juillet 2002 et d'avril 1998 à septembre 2002. En plus de son mandat d'administrateur, le ministre de l'Economie était président du comité d'audit de Rhodia, un poste éminent.

    Dans le cas de Canal + Technologies, il s'agit de savoir pourquoi Vivendi Universal, dirigé par Fourtou, a vendu en septembre 2002 cette entreprise à Thomson Multimedia, que dirigeait encore Breton - ce dernier abandonne son poste de Pdg le 2 octobre, date à laquelle il devient tout de même administrateur et président du comité stratégique. Quelques mois plus tard, à l'été 2003, Thomson recède Canal + Technologies avec une plus-value de 112 millions d'euros. La question qui se pose est de savoir pourquoi Fourtou a « refilé » la plus-value à Thomson. Edouard Stern, actionnaire de Vivendi et qui poursuit Fourtou de sa vindicte, porte plainte. Il entame une action « ut singuli », qui vise à défendre les intérêts de l'entreprise face à des dirigeants, selon lui, défaillants. Côté Vivendi, on plaide que les offres sur Canal + Technologies n'étaient pas légion. Côté Thomson Multimedia, on affirme que la différence entre le prix d'achat à Vivendi et le prix de vente à Murdoch et au Suisse Kudelski vient du fait que des brevets et des marchés (avec Direct TV, premier bouquet satellite américain) ont, au passage, été ajoutés au « paquet » de Canal + Technologies. Le juge entend donc sur ce point se faire une conviction.

    Comme il veut s'en forger une sur Rhodia, affaire pour laquelle Edouard Stern et son allié Hugues de Lasteyrie ont déposé une série de plaintes. Que cherchait le juge à Bercy ? La preuve, pensait-on, que Breton a intimé à son directeur du Trésor, Xavier Musca, l'ordre de déposer plainte pour « chantage » contre le financier Hugues de Lasteyrie, qui l'aurait menacé de lancer une campagne de presse pour déstabiliser le ministre. Mauvaise pioche : Le Point est en mesure de révéler que la justice a classé cette affaire de supposé chantage la semaine précédant la perquisition à Bercy.

    Pistes plus vraisemblables : la justice voudrait d'abord vérifier si, dans le rapport de l'AMF, de mars, rédigé avant que Breton ne soit ministre, ont été supprimés les griefs qui l'auraient concerné - Arnaud Montebourg, le bouillant socialiste qui suit de près l'affaire, pointe déjà haut et fort la contradiction ; la justice voudrait aussi et surtout réunir des pièces sur l'ensemble de l'affaire. Rhodia s'est révélé un véritable fiasco industriel. On en connaît maintenant les raisons. Ses dirigeants, Jean-Pierre Tirouflet en tête, ont très largement sous-évalué les risques environnementaux et les montants à verser pour les retraites. Ils ont triché sur les crédits d'impôts. Ils ont effectué des acquisitions désastreuses (ChiRex) et parfois dans des conditions litigieuses (Albright & Wilson). Toutes ces raisons n'ont pas grand-chose à voir avec des erreurs de gestion ou de stratégie. La justice veut établir s'il y a eu malversations. Pour sa défense, Thierry Breton ne s'est exprimé qu'une seule fois, dans Le Monde : « Durant cette période, rien de ce que j'ai su ne m'a choqué ni n'a froissé mon éthique. » Deux gros cabinets d'avocats parisiens, Bredin-Prat et Weil-Gotshal, le représentent. Sa défense : il n'avait pas connaissance de tout. Manière de se défausser sur d'autres, y compris sur son ami... Fourtou



    © le point 30/06/05 - N°1711 - Page 36 - 725 mots

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 21/09/2011, 07h16
  2. la police Vietnamienne! :)
    Par effer dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 25/08/2006, 17h30
  3. Le juge Masturbateur
    Par mmomobis dans le forum Xenia
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/09/2005, 17h51
  4. L'abjecte blague du juge
    Par nemo dans le forum Xenia
    Réponses: 14
    Dernier message: 24/04/2005, 15h05
  5. Un juge génial ou con?
    Par nemo dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/09/2003, 21h21

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •