Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2
  1. #1
    Banned Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 671

    29/05/2005. Commentaires: Baverez. Kahn. Denis.

    On peut aimer ou non le rejet par 55% des Français du projet de Constitution Européenne, mais on ne peut faire qu'il ne soit pas.
    Et qu'il soit réversible.

    Qu'on s'en réjouisse ou qu'on le déplore,rien ne rea plus comme avant le 29/05/2005, ni pour la France ni pour l'Europe, toutes deux en fin de cycle.

    Le référendum, enfant de la peur et du désespoir, dresse l'acte de décès d'une France Gaulliste, corrompue par Mitterand puis ruiné par Chirac.

    Une nation en état de quasiment guerre civile, une société laminé par le chomage, une économie déclassée, une classe politique déconsidérée, une Constitution démembrée, une position internationale marginalisée particulièrement en Europe :

    il ne reste rien de l'entreprise de redressement engagée en 1958.

    Pour l'Europe également, le vote Français, prolongé par celui des Pays Bas sonne le glas, au delà de l'enterrement mort né d'une constitution, du mouvement d'intégration engagé avec le traité de Rome.

    Alors que l'effondrement de l'empire Soviétique aurait du déboucher sur une renaissance de l'idée et du projet Européen avec la réunification du continent, la gestion chaotique de l'élargissement s'est traduite par la dissolution de l'indentité Européenne portée à son comble par la perspective de l'adhésion de la Turquie.


    Nicolas Baverez. Le Monde.




    La rébellion de mai 2005 est peut être, aussi, la revanche sur celle de Mai 68.

    Dans les années 1970, 1980, les soixante huitards, leurs clones ou leurs disciples, vrais ou fantasmés, parce qu'ils étaient les plus dynamiques, les plus futés et les plus "modernes" prirent le pouvoir dans les médias, la culture, la pub, la politique, puis bientôt dans la sphére économique et financière.

    Inutile de préciser qu'au fur et à mesure que leur sort matériel s'améliorait, que leurs rémunérations s'arrondissaient, que leur puissance augmentait, mais que leur modèle de référence s'écroulait, leur idéologie première se lézardait, puis s'affaissait, jusqu'à laisser place à un ralliement quasi total, au nom de la modernité justement (et même de l'internationalisme), au dogme du mondialisme néolibéral.

    Basculement dans l'autre camp?

    Non, puisque cette conversion, non seulement à l'économie de marché, mais également à l'orthodoxie très anglosaxonne dont le nouveau capitalisme avait fait son droit canon, se doublait d'une réthorique de fidélité à l'activisme soixante-huitard en ce qui concerne les moeurs et l sociétal :

    Liberté pour la circulation des capitaux et du canabis!

    Baisse du cout du travail mais mariage gay!

    Film porno sur chaîne privatisée!

    Aucune contradiction saisissante :

    en plaidant en faveur d'une immigration totalement libre et en dénonçant comme "sécuritaire " c'est à dire quasi fascisante toute vélléité de durcissement de la lutte contre la délinquance ou le crime, on peinturlurait d'une couche de laque gauchiste un propos qui ne pouvait que séduire un ultracapitalisme moderne radicalement insécuritaire et à la recherche de main-d'oeuvre bon marché.

    C'est donc cette idéologie syncrétique libérale-libertaire, cimentée par un européisme à la fois enthousiaste et festif, qui constitua le corps de doctrine de ce que l'on appellera la "pensée unique" ou la "bien pensance"

    Jean François Kahn. Mariane.



    L'Europe, à tout le moins, aurait pu permettre de s'évader, d'espérer dans quelque chose de grand, avec des origines et un but.

    Le sentiment d'une histoire commune, la volonté du dépassement de soi, auraient pu donner au nouvel ensemble une raison d'être supérieure à la constitution d'un grand marché.

    Cela n'a pas été possible parque que personne n'en a parlé, parceque l'immigration en ruine la perspective et que l'élargissement irréfléchi, véritable grossesse nerveuse de l'Union qui tend les bras au premier qui passe rend apatrides ses ressortissants.

    Au lieu de traiter les Français de xénophobes, on aurait mieux fait de réfléchir à la réaction des Néerlandais qui se rebellent contre ce qui faisait jusqu'ici leur réputation de pays ouvert, intelligent, et en avance sur son temps.

    Stéphane Denis. Le Figaro.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 167

    Un des gros problèmes ,c'est que ces articles qui disent la

    vérité, seront lu par quel pourcentage de la population?
    Surtout en ce moment ,plus occupés par les vacances ,et je ne sais quelle émission de télé.
    Ensuite parmi ceux ,qui auront lu ces artilcles ou du moins essayé de réfléchir au problème ,combien (dont je) sauront quoi faire?
    Carpe Diem (Le Cercle des poètes disparus)

Discussions similaires

  1. Commentaires Euro.
    Par ronin dans le forum Dérivés
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/02/2007, 13h52
  2. Commentaires journaliers sur le marché
    Par nico3725 dans le forum Dérivés
    Réponses: 79
    Dernier message: 12/01/2006, 01h50
  3. Commentaires journaliers sur le marché
    Par nico3725 dans le forum Dérivés
    Réponses: 3
    Dernier message: 12/10/2005, 01h46
  4. Commentaires journaliers sur le marché
    Par nico3725 dans le forum Dérivés
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/09/2005, 02h44
  5. Vos commentaires SVP....
    Par SETH dans le forum Actions
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/03/2004, 20h20

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •