Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8
  1. #1
    Senior Member Master
    Date d'inscription
    March 2005
    Localisation
    région parisienne
    Messages
    140

    rumeurs infondées sur Groupe Danone?

    oui, il semblerait que j'ai raté quelque chose.
    Messieurs Riboud Père et Fils, n'avaient-ils pas mis en place lors d'assemblées générales passées, des actions visant à protéger leur société contre tout prédateur?
    au niveau de la structure de la société, les droits de vote limités, etc...

    Si tel est le cas, ce n'est pas une prise de participation de Pepsi de 3 % qui engendre un tel tintamarre, quoique bon pour réveiller un peu le titre.


    Bonne soirée.

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771

    Touche pas à mon pot !

    je ne sais pas pourquoi tout cela me fait penser à Asterix ...



    François-Xavier Pietri


    Il y a des valeurs, en France, auxquelles il ne faut absolument pas toucher. Non pas des valeurs morales, mais des valeurs boursières. La chorale, dont la première note a été jouée par Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, a entonné un refrain partisan sur le ton "touche pas à mon pot !". Avec une belle unanimité, les socialistes Strauss-Kahn, Fabius et Le Guen, les syndicalistes de la CFDT et de la FNSEA se sont joints à l'UMP Ollier pour élever un barrage patriotique contre les supposées velléités de PepsiCo qui serait sur le point, dit-on, de lancer une OPA sur le fleuron français Danone.


    Le premier résultat de ce concert est assez inattendu, puisqu'il a provoqué une flambée des cours de l'action, c'est-à-dire à peu près l'inverse de ce que souhaitaient tous ceux qui ont crié au loup. En somme, se disent les opérateurs de marché, s'ils sont si nombreux à craindre le pire pour Danone, c'est qu'il y a bien anguille sous roche. A n'en pas douter, Danone fait partie de l'héritage national : le groupe porté aux nues par son fondateur, Antoine Riboud, est devenu le symbole d'une réussite industrielle, qui plus est dans l'alimentaire, secteur cher aux Français. Et, dans ces cas-là, les réflexes cocardiers ont vite fait de se ranimer, comme cela a d'ailleurs été le cas à l'étranger : on se souvient ainsi de la ferveur populaire qui s'était manifestée en Allemagne pour sauver Nivea ou, plus récemment, de la montée au créneau du Congrès américain pour contrer l'offre du chinois Cnooc sur le pétrolier Unocal. Rien de bien nouveau, donc, sur ce front-là : les mêmes qui crient chaque jour à l'anti-protectionnisme organisent volontiers le leur. En revanche, le procédé employé est pour le moins novateur : il suffit donc, maintenant, de simples rumeurs de marché pour que le tollé national s'organise. C'est sans doute aller un peu vite en besogne. En attendant, chez PepsiCo, on est prévenu... comme le sont tous ceux qui auraient la bien curieuse idée de vouloir jeter leur dévolu sur de belles valeurs françaises.

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771

    pour les amateurs...

    Opportunité Graphique LVF 20/07 09:05
    DANONE : Conservez les positions

    Notre conseil : Vous avez l'action en portefeuille : Conserver
    Limite : 90 Euros
    Objectif : 98 Euros
    Sécurité : 87,3 Euros


    Vous ne l'avez pas en portefeuille : Neutre
    Limite : -
    Objectif : -
    Sécurité : -









    Caractéristiques de l'action
    Code FR0000120644
    Cours 87,6 Euros
    + haut sur un an glissant 81,9 Euros
    + bas sur un an glissant 62,2 Euros
    Volume moyen quotidien 1.200.000
    Marché Eurolist A - SRD
    Eligible PEA Oui
    Dernier coupon 1,35 € net le 17/05/2005


    J.M.G Lui écrire


    Pourquoi avons-nous sélectionné cette valeur ?


    Le 7 juillet dernier, dans le cadre de cette rubrique, nous vous proposions d’acheter le titre de cet important groupe alimentaire mondial. Nous écrivions alors : « Par prudence, on privilégiera un achat sur repli (vers 72 euros), mais les plus agressifs peuvent faire entrer la valeur en portefeuille aux cours actuels. Dans les deux cas, l’objectif est fixé à 76 euros puis 77 euros. Seuil de sécurité : 5 % au-dessous du cours. »

    Le jour de notre conseil, le titre ouvrait à 76,5 euros. Au plus bas de cette séance, il cotait 74 euros. Le lendemain, il atteignait notre objectif de 77 euros (très petite plus-value de 3,3 %). La hausse du cours, couplée à une explosion des volumes (plus de 9.000.000 pièces), s’est poursuivie par la suite. Hier, au plus haut de la séance, le titre cotait 90,55 euros, soit une plus-value théorique de 22,4 %.

    Depuis le début de l’année, le titre enregistre une progression de 28,9 %. Sur un an glissant, la hausse s’élève à 27,6 %, avec des cours extrêmes touchés le 19 juillet 2005 (plus haut à 90,55 euros) et le 13 octobre 2004 (plus bas à 62,2 euros). Le volume moyen, calculé sur une base quotidienne, s’établit à 1.200.000 pièces.
    Hier, dans des échanges qui ont portés sur 11.972.729 unités, le titre s’est envolé de 10,19 % à 87,60 euros.


    Analyse technique



    © Waldata


    Un long chandelier blanc non significatif a graphiquement symbolisé la séance d’hier. Une poursuite de la progression du cours amènerait celui-ci très proche de la droite de résistance, vers 97 euros.

    Sur le plan des indicateurs techniques, la tendance est mitigée :
    - Le RSI à 14 jours, situé à 80 %, est sur un trend haussier de court terme et de moyen terme. Attention, l’indicateur arrive près du précédent record à la hausse (91%) : une baisse du titre ne peut pas être exclue ;
    - Le momentum à 14 jours évolue en territoire positif sur un trend légèrement baissier.

    Conservez les positions. Il est trop tard aux nouveaux entrants pour s’intéresser à la valeur.

    Jean-Marie Grech

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de esope
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    6 233

    QUE CEUSSES QUI AIMENT DANONE

    Se lèvent par zeusse

    120€ qui disent les gourous fondamentalistes , voilà ce que vaut evian et tutti en cas de prédation

    la spécu n'est pas achevée

    AOF) - La spéculation se poursuit autour du groupe Danone : l'hypothèse d'une OPA hostile de l'américain PepsiCo sur le fleuron de l'industrie agroalimentaire française porte le titre Danone en hausse de 5,14% à 92,10 euros vers 11h35. L'action affiche même (au cours de clôture de mardi soir) une performance de +19% depuis les premières rumeurs du 6 juillet. Ce mouvement pourrait persister alors que les analystes valorisent Danone jusqu'à 120 euros par action.

    De part et d'autre de l'Atlantique, on refuse de commenter la situation, cependant la presse se fait l'écho de l'ambiance régnant chez les deux protagonistes. Ainsi, selon le "Financial Times", PepsiCo aurait mandaté les banques d'affaires Morgan Stanley et UBS pour le conseiller en vue d'une offre éventuelle sur Danone. Chez Danone, et c'est le "Wall Street Journal" qui l'affirme, on monte une défense. Le groupe chercherait des chevaliers blancs.

    Le "WSJ" souligne dans ses colonnes le coût que représenterait une OPA sur Danone. La progression de 19% du titre depuis le début du mois de juillet a porté la capitalisation boursière du groupe agroalimentaire à 23 milliards d'euros. De l'avis des analystes, qui se basent sur les récentes opérations de fusions et acquisitions du secteur, un acquéreur pourrait avoir à payer 120 euros par action, soit un total de 33 milliards d'euros, pour mettre la main sur le groupe français. Selon le journal, qui cite les analystes de la Deutsche Bank, PepsiCo n'a pas les moyens de régler cette somme en cash. Si l'américain voulait lancer une offre sur Danone, il devrait proposer une partie en numéraire et une partie en actions.

    En termes de calendrier, la tension devrait monter encore d'un cran demain avec la publication, avant Bourse, des résultats semestriels de Danone. Le groupe français doit tenir une conférence téléphonique dans la matinée sur ce thème, et se prépare d'ores et déjà aux questions des analystes sur une éventuelle OPA. Vendredi, PepsiCo devrait réunir un conseil d'administration, qui suscite beaucoup d'interrogations.

    Si l'on s'en tient aux résultats que doit publier Danone jeudi, les analystes consultés par Reuters prévoient une accélération de la croissance organique au deuxième trimestre à 6,6% et un maintien de la marge autour de 13% en raison de la hausse des coûts des matières premières. Le groupe continuerait ainsi d'afficher des performances supérieures à celles de ses pairs européens.
    (V.G.)


    (AOF) ===/ EN SAVOIR PLUS /===

    ==/ ACTIVITE DE LA SOCIETE /==

    Danone est l'un des leaders mondiaux de l'industrie agroalimentaire. Il occupe des positions de premier rang sur ses trois principaux métiers : les produits laitiers (numéro 1 mondial), les boissons avec principalement l'eau conditionnée (numéro 1 mondial) et les biscuits et produits céréaliers (numéro 2 mondial).

    Présent dans environ 120 pays, le groupe compte près de 90 000 salariés.
    Les marques les plus connues de Danone sont :

    - Produits Laitiers Frais : Danone, Actimel, Activia (Bio en France), Danonino (Petit Gervais aux Fruits), et Vitalinéa (Taillefine, Vitasnella ou Ser dans certains pays)
    - Eaux en bouteille : Evian, Volvic, Wahaha, Aqua
    - Biscuits et Produits Céréaliers : LU

    ==/ FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR /==

    =/ Les points forts de la valeur /=

    - Danone, qui bénéficie d'une excellente maîtrise de ses métiers, dispose à la fois d'un portefeuille de marques internationales dynamiques et de très solides positions locales.

    - Sur un marché mature, le groupe dispose de deux atouts fondamentaux : une excellente capacité d'innovation et d'adaptation aux tendances de consommation. Sa stratégie vise également à se renforcer sur des marchés porteurs, comme celui des produits à base de ferments actifs (type Actimel) ou celui des snacks céréaliers, et s'appuie sur quelques segments à bon potentiel (celui des enfants ou le marché des produits allégés par exemple).

    - Le groupe bénéficie de fondamentaux solides : une structure financière saine et un bon niveau de croissance interne.

    - Potentiellement opéable (flottant de 80 %, sans noyau dur), le titre présente un intérêt spéculatif, dans la perspective d'une consolidation du secteur.
    =/ Les points faibles de la valeur /=

    - Les grandes marques sont de plus en plus soumises à la concurrence du hard discount et des marques distributeurs.

    - La faible croissance des ventes du groupe en France pèse sur les marges.

    - Danone affronte une concurrence affûtée dans l'eau aux Etats-Unis face à Pepsi (Aquafina) et Nestlé (Perrier). Coca-Cola est de plus décidé à devenir un acteur majeur du marché en Europe, avec sa marque Dasani.
    ==/ COMMENT SUIVRE LA VALEUR /==

    - Danone est considérée comme une valeur défensive, son domaine d'activité et ses positions fortes le mettant à l'abri de lourdes difficultés. En effet, même en période de crise, les besoins de base des consommateurs demeurent. Toutefois, le titre n'est pas entièrement dé-corrélé de la situation économique générale, et en particulier du niveau de consommation des ménages.

    - On surveillera la réforme de la loi Galland en cours en France dont les conséquences sont encore difficilement quantifiables.
    ==/ DERNIERES RECOMMANDATIONS SUR LA VALEUR DANONE /==

    MORGAN STANLEY maintient sa recommandation "Sous-pondérer" avec un objectif de cours à 75 EUR (25/04/05).

    CREDIT SUISSE FIRST BOSTON maintient sa recommandation "Neutre" avec un objectif de cours à 70 EUR (14/04/05).

    CREDIT SUISSE FIRST BOSTON maintient sa recommandation "Neutre" avec un objectif de cours à 70 EUR (11/04/05).
    ==/ CONSENSUS DES PROFESSIONNELS /==

    A la date du 13/07/05, les analystes sont globalement positionnés à l'achat sur le titre DANONE. En effet, sur 14 bureaux d'études interrogés par AOF, 9 sont à l'achat, 4 sont neutres, et 1 bureau est à la vente. L'indice de recommandation IAOF est de 57%, sur une échelle de -100% à +100%. Enfin, l'objectif de cours moyen des analystes est de 76,50 EUR.
    ==/ CONSENSUS AOF DE PREVISIONS DE RESULTATS /==

    Le BPA 2005 médian, calculé à partir des estimations recueillies par AOF auprès de 7 bureaux d'études, est de 4,27 EUR, avec une fourchette d'estimations comprise entre 1,08 et 4,52. Le BPA 2006 médian est de 4,73 EUR, sur un échantillon de 4 estimations, avec un minimum à 4,57 et un maximum à 4,98. Il est rappelé que le BPA, ou Bénéfice Par Action, est un indicateur de la performance des sociétés (cf. Mini-guides AOF pour plus d'informations).
    ==/ PRINCIPALES DONNEES FINANCIERES (EN MILLIERS D'EUROS) /==
    <
    =/ Chiffre d'affaires /=
    2004 : 13 700 000
    2003 : 13 131 000
    2002 : 13 555 000

    =/ Résultat net /=
    2004 : 317 000
    2003 : 839 000
    2002 : 1 283 000

    =/ Capitaux propres /=
    2004 : 5 479 000
    2003 : 4 824 000
    2002 : 5 087 000

    =/ Rentabilité /=
    2004 : 13,93%
    2003 : 14,20%
    2002 : 13,61%
    >


    .

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Bonjour à tous

    Ce ne serait-il pas le moment de reparler d'un sujet tabou : les fonds de pension à la française ?

    Ils auraient largement évité aux gouvernement, à l'opposition, aux syndicats, aux salariés et à tous ceux qui mangent une danette, un yoghourt ou qui boivent une eau minérale (evian et +) de s'angoisser sur le sort réel ou virtuel de Danone....

    La peur du loup peut donner parfois des réactions salutaires

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771
    Henri,
    Il ne faut pas trop rêver, tous ces braves gens ne font que saisir une "balle" (??) au bond pour essayer de se faire mousser. Les bulles retombées il n'en restera rien que des mots filant dans le caniveau de l'indigence politico sociale française.
    Quand j'entends le "ministre de l'industrie" sur BFM répéter pas de commentaire mais ne pouvant quand même pas résister de faire du blabla sur un sujet que visiblement il ne maitrise pas du tout je me dis que nous sommes loin de voir le début d'un quelconque changement dans ce pays de cocagne...

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de kokoro
    Date d'inscription
    February 2004
    Messages
    771

    Asterix land

    Tous debout !



    Pascal Aubert


    Outragée à la simple évocation du rachat d'un symbole de sa culture industrialo-gastronomique, la France entière - ou presque - se lève pour Danone. Pour l'occasion, histoire de marquer les esprits, on exhume une citation de feu Antoine Riboud, le fondateur de l'entreprise, qui assimilait Danone et la cathédrale de Chartres pour souligner l'identité inaltérablement hexagonale du groupe. Mais, outre que nombre d'investisseurs américains ne verraient rien d'extravagant à acheter la cathédrale de Chartres si elle était à vendre, cette comparaison n'est plus d'actualité. La situation actuelle de Danone n'a plus rien à voir avec celle de l'époque. Entre-temps, le groupe s'est largement internationalisé, au point que sa francité ne tient plus guère aujourd'hui qu'au passeport de son PDG et au lieu de son siège social. Pour tout le reste, le doute est permis : plus de 40 % du capital sont entre les mains d'actionnaires étrangers, 80 % du chiffre d'affaires provient d'activités réalisées hors de l'Hexagone, près de neuf salariés sur dix sont belges ou espagnols, chinois ou japonais, mexicains ou brésiliens. Bref, tout sauf français. Le portrait ainsi dressé se rapproche de ce qu'il est convenu d'appeler une multinationale sans frontières ni drapeau. En faisant un petit effort de mémoire, on se souviendra que, il y a quelques années, Danone fut montré du doigt et accusé de pratiquer les méthodes du grand capitalisme international qui a si mauvaise presse dans notre pays. C'était l'épisode du choc émotionnel soulevé par la restructuration de sa branche biscuits et la fermeture des sites de Calais et Ris-Orangis dans la banlieue parisienne. Cette fois-là, la France s'était déjà levée pour Danone, mais pour s'indigner et lui reprocher ses "licenciements boursiers". A cette époque, le ressentiment populaire était si intense que, interrogés par sondage, 70 % des Français se disaient favorables à un boycott des produits Danone... Quatre années ont passé, la France, amnésique ou magnanime, se forme aujourd'hui en carré pour défendre ses yaourts, ses eaux minérales et ses petits LU.

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Bonjour à tous

    C'est bien vrai, ça Kokoro !

    En matière de cathédrale, il me semble d'ailleurs que l'hôtel Crillon en est plus proche qu'un pot de yaourt

    Associated Press le 21/07/2005 19h44 (pris sur boursorama.com)

    Le groupe Taittinger se vend à l'Américain Starwood Capital, selon "La Tribune"
    Le groupe Taittinger (champagne et hôtellerie) devrait être vendu à un fonds d'investissement américain, Starwood Capital, qui va reprendre l'empire familial français pour un montant de 2,8 milliards d'euros, rapporte jeudi "La Tribune" sur son site Internet.

    Selon les informations du quotidien financier, "la famille Taittinger vient de décider de vendre son empire au plus offrant", Starwood Capital, structure d'investissement du groupe hôtelier propriétaire des enseignes Sheraton.

    Contacté jeudi soir par l'Associated Press, le groupe Taittinger n'a ni démenti ni confirmé ces informations concernant son éventuel rachat. "A ce jour, nous ne faisons aucun commentaire sur l'article de 'La Tribune'", a-t-on déclaré au service de presse du groupe.

    Selon le quotidien, Starwood Capital aurait proposé un "prix de 2,8 milliards d'euros (dette comprise) pour l'intégralité des actifs", évinçant du même coup "le consortium Wendel-Carlyle, qui venait en seconde position en termes de prix", ainsi que le groupe "Eurazeo" et "le tandem PAI-Blackstone".

    Toujours selon la même source, le nouveau propriétaire de l'empire Taittinger "ne devrait pas conserver tous les actifs" du groupe. Ainsi "un intérêt pour certains hôtels de luxe aurait été formulé par des princes saoudiens", tandis que "les champagnes Taittinger devraient également trouver un repreneur", rapporte "La Tribune", sans citer ses sources.

    Parmi les candidats à la reprises des champagnes Taittinger, figureraient notamment le groupe de spiritueux Pernod Ricard, les groupes américains Constellation Brands et Fortune Brands, ainsi qu'Albert Frère.

    Outre le célèbre champagne homonyme, l'empire Taittinger comprend également une filiale, la Société du Louvre, présente dans l'hôtellerie de luxe (le Crillon et le Lutétia à Paris, le Martinez à Cannes) et dans l'hôtellerie économique (Kyriad, Campanile, Première Classe).

    Taittinger est également présent dans le secteur des produits de luxe avec la marque Baccarat et les parfums Annick Goutal. AP

Discussions similaires

  1. Dispositif contre les rumeurs d'OPA
    Par ronin dans le forum Xenia
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/09/2006, 16h14
  2. Danone
    Par Sabine dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/06/2006, 16h34
  3. Danone
    Par Sabine dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 1
    Dernier message: 19/05/2006, 07h19
  4. Danone
    Par Sabine dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 7
    Dernier message: 21/03/2006, 15h44
  5. Danone
    Par ronin dans le forum Actions
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/03/2004, 20h56

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •