Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 15

Discussion: EURUS

  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682

    EURUS

    Perspectives Euro/Dollar (trouvé sur bourso...)

    La Tendance haussière amorcée au Printemps 2002 après un point bas vers 0.8230 ne donne guère de signes d'essouflement, bien au contraire comme l'a montré le scénario des multiples tests vers les 1.20 suivis de l'envolée au-dessus des 1.2900 avec une installation au-delà des 1.3500
    au moment de Noel 2004. Ce scénario en cours laisse désormais augurer un objectif vers 1.4500 correspondant à un point Majeur touché en 1992
    comme point haut absolu de la parité EURUSD.


    Faisons remarquer aussi que le Dollar s'approche d'une parité de 100 pour le Yen et de 2 pour la Livre Sterling.Sur la base de 1.3600 au moment ou nous écrivons ces lignes, une première extension entre 1.4000 et 1.4100 pour l'Euro correspondrait au test de ces niveaux psychologiques du DollarUS vis à vis de deux monnaies majeures.Une consolidation pourrait alors se Mettre en Place avec un retour vers 1.2900/1.300 par ex. avant de repartir de l'avant en direction de l'objectif des 1.4500.


    Attention!: au cas ou les 1.45/1.4600 étaient franchis, le marché n'aurait plus de repères réels endehors de seuils psychologiques tels que les 1.5000. On pourrait alors imaginer une certaine perennisation de la dépréciation du Dollar avec des objectifs à 3 ou 4 ans (échéance du second mandat de Bush) en direction pourquoi pas des 2 Euros!
    Après tout il faut savoir prendre des risques en matière de prévision et celle-ci est sans conteste techniquement en phase avec la configuration tehnique actuelle.


    A l'inverse, en cas de repli, il est possible de retester les 1.2400/1.2500 sans remettre en cause la tendance haussière en cours, une incursion entre 1.200 et 1.2400 sémerait le doute et sous les 1.200, il faudrait changer la lecture actuelle de la parité Euro Dollar


    Info officielles :


    Les investisseurs internationaux risquent de perdre leur appétance pour l'inflation américaine et pour le dollar.


    Jusqu'à présent, l'augmentation des pressions inflationnistes aux Etats-Unis était perçue comme positive pour le dollar, car elle nourrissait les anticipations de hausse des taux d'intérêt et de la prime de rendement du dollar par rapport aux devises concurrentes.


    Tant que la croissance américaine était considérée comme suffisamment forte, la hausse des prix n'était pas source de préoccupation.


    Mais il semble que l'on soit arrivé à un tournant cette semaine, les prévisions de croissance risquant de devoir être révisées à la baisse tandis que les anticipations d'inflation pourraient augmenter.


    Et si l'on en juge par la performance du dollar jusqu'à présent, il est clair que cette perspective déplait aux investisseurs internationaux.


    "Le sentiment vis-à-vis du dollar semble progressivement se modifier sur les principaux marchés des changes", note Thomas Stolper, stratège devises chez Goldman Sachs International à Londres.


    "Les inquiétudes relatives à la conjoncture économique américaine deviennent plus dominantes et compte tenu du fait que le dollar est confronté à de fortes résistances techniques pour beaucoup de paires de devises, la probabilité d'un retournement brutal est élevée," ajoute-t-il.


    "Le spectre de la combinaison d'un ralentissement de la croissance et d'une hausse de l'inflation n'est pas favorable au dollar", ajoute Gavin Friend, stratège devises chez Commerzbank à Londres.




    Jusqu'à présent, les indicateurs économiques favorables sont parvenus à éloigner les craintes d'un ralentissement économique suscitées par la hausse des prix du pétrole après le passage des ouragans Katrina et Rita.


    Mais la publication mercredi de l'indice ISM des services aux Etats-Unis a fait apparaître une activité plus faible qu'anticipé, ainsi qu'une hausse de la composante prix payés de l'indice à des niveaux sans précédent.


    En d'autres termes, les ouragans pourraient bien avoir effectivement provoqué ce que beaucoup craignaient, à savoir une situation d'accélération de l'inflation et de ralentissement de la croissance. Si c'est bien le cas, les perspectives de relèvement des taux d'intérêt de la Fed ne suffiront plus à soutenir le billet vert, car la hausse de l'inflation signifie que le niveau réel des taux d'intérêt va baisser.


    Les répercussions de la hausse des prix de l'énergie sur le taux d'inflation ne sont pas la seule source de préoccupation pour les cambistes. Ces derniers redoutent également son impact sur la croissance.


    Selon Mike Carey, stratège devises de Calyon Corporate and Investment Bank à Londres, la consommation américaine n'a pas encore été gravement affectée pour l'instant, mais elle pourrait bientôt l'être, en raison de la hausse des dépenses de chauffage et d'une baisse prévisible des ventes d'automobiles.


    Compte tenu des incertitudes qui entourent la croissance américaine, il n'est guère surprenant que le marché concentre à nouveau son attention entièrement sur les chiffres américains de l'emploi, attendus à 14h30 vendredi. Les investisseurs espèrent pouvoir en tirer une indication sur l'impact économique des ouragans.


    Vendredi matin, le dollar n'a pas été très affecté par ces inquiétudes et est parvenu à gagner du terrain face à la plupart de ses rivaux. Toutefois, cette progression est le résultat de liquidations de positions avant la publication des statistiques américaines et le jour férié lundi aux Etats-Unis et au Japon, et non le signe d'un nouveau mouvement d'achat naissant.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Quelques divergences sur eurus.




    "Les craintes d'un relèvement de la bce pourraient aider à un rebond."


    Les taux longs européens se sont tendus lundi, dans le sillage des rendements des bons du trésor américain, alors qu'un membre du conseil des gouverneurs de la BCE a encore alimenté les craintes d'un relèvement prochain des taux directeurs en zone euro, selon des courtiers.

    Par ailleurs, les déclarations de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) contre le danger des hausses de prix en Europe ont pesé sur le moral des opérateurs, car elles tendent à confirmer les craintes d'un relèvement plus rapide que prévu des taux directeurs de la BCE.

    "Le risque d'inflation est ce qui menace le plus la reprise", a déclaré lundi au quotidien Les Echos Christian Noyer, estimant que "nous devons nous attendre, a priori, à ce que les prix de l'énergie demeurent relativement élevés".


    M. Noyer, qui de par sa fonction siège au conseil des gouverneurs de la BCE laquelle met régulièrement en garde contre une surchauffe inflationniste, a souligné qu'"il faut cesser de considérer qu'une hausse des taux est nécessairement un frein à la croissance"."Nos taux (BCE, ndlr) étaient encore appropriés au moment où nous avons pris notre décision en début de mois. Cela ne veut pas dire qu'ils le seront indéfiniment", a-t-il ajouté, une forme voilée d'avertissement au marché.


    Certains économistes tablent donc sur un relèvement des taux directeurs de la BCE, actuellement à 2% depuis juin 2003, dès le mois de décembre, à la suite des nombreuses mises en garde de l'institut francfortois contre les pressions inflationnistes.


    D'autres continuent à espérer que la BCE n'agira pas si vite, car ils craignent qu'un resserrement monétaire ne brise la reprise actuelle de la zone euro.


    Les investisseurs attendent justement les chiffres de l'inflation en zone euro en octobre (mercredi), ainsi que les prix à la production et à la consommation aux Etats-Unis (mardi et mercredi respectivement), ce qui devrait permettre aux opérateurs d'affiner leurs attentes vis-à-vis de l'évolution des taux d'intérêt."


    En attendant il pourrait y avoir une occasion de se positionner tranquillement si le consensus passe haussier pour les taux, ou simplement s'il y a allégements des positions courtes avant les chiffres.


    Quant à rester en pose au moment des chiffres ça c'est autre chose. Tout dépendra des entrées et de la marge acquise...

    Qui pense quoi?

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    "Les marchés vont se concentrer sur les taux de la Banque centrale européenne qui devraient être prochainement relevés. Cela devrait déboucher sur une remontée de l'euro face au dollar.


    Si les décideurs de la BCE s'accordent sur le fait qu'il faudra relever les taux d'intérêt, ils divergent sur le moment de la faire et les partisans d'une hausse dès décembre n'ont pas réussi à prendre un avantage décisif.


    Le dollar s'échange à 1,1704/08 pour un euro < EUR/USD Spot >, le billet vert faisant l'objet d'un courant de prises de bénéfices après avoir touché des plus hauts de deux ans la veille près de 1,1641 face à la devise européenne.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    L'euro faiblit, dollar soutenu par discours de Bernanke


    L'euro évoluait à la baisse mercredi sur le marché des changes, face à un dollar soutenu notamment par les propos anti-inflationnistes du futur président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke, selon des courtiers.


    "La confiance envers le dollar reste forte, le marché considérant que les entreprises et l'économie américaines restent solides", a commenté Hiroshi Sakurai de Mizuho Investors Securities.


    Le dollar a un peu pâti de prises de bénéfice en début d'échanges asiatiques, avant de se reprendre à la hausse.


    "La tendance haussière du dollar n'a pas changé", selon Koichiro Amaya, responsable du change à BNP Paribas à Tokyo.



    La bonne santé du dollar est soutenue par les propos anti-inflationnistes de Ben Bernanke, successeur désigné d'Alan Greenspan à la tête de la Réserve fédérale américaine (Fed), lors de son audition devant la Commission bancaire du sénat mardi.


    L'un des meilleurs moyens pour la Fed d'encourager la croissance aux Etats-Unis est "de maintenir l'inflation basse à moyen et long terme de même que les attentes d'inflation", a-t-il notamment déclaré.


    Ces propos ont laissé penser aux investisseurs que la Fed allait continuer sa série de hausses de ses taux d'intérêts.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Quelques soucis de connexion internet, en sus de mon fournisseur satellite...

    Oui, non...

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    L'euro au plus haut de l'année face au yen et se stabilise face au dollar
    L'euro a atteint son plus haut niveau de l'année face au yen mercredi, à la veille d'une probable hausse du principal taux directeur de la zone euro par la Banque centrale européenne (BCE).

    Par ailleurs, la monnaie europénne se stabilisait face au dollar, malgré plusieurs indicateurs américains jugés bons, en particulier une croissance américaine au troisième trimestre supérieure aux attentes du marché.


    Le dollar n'a pas profité mercredi de données économiques pourtant plutôt favorables. Non seulement la croissance américaine a été revue en hausse, à 4,3% en rythme annuel contre une première estimation de 3,8%, mais cette hausse a dépassé les attentes des économistes, qui tablaient sur 4%.


    "Les investisseurs ont tellement de dollars qu'il faudrait d'autres éléments pour provoquer de nouveaux achats", a indiqué David Gilmore, analyste de FX Analytics pour expliquer la bonne tenue de l'euro.


    "Pour l'instant, il semble qu'une croissance en hausse et la hausse des taux de la Fed ne suffisent plus à faire monter le dollar", a-t-il ajouté.


    Le relèvement de son taux directeur par la Réserve fédérale américaine soutient mécaniquement le dollar.


    Pour Iain Stannard, de BNP-Paribas, la stagnation du dollar s'explique aussi par le tarissement des flux de capitaux liés au Homeland Investment Act (HIA), qui permet aux sociétés américaines de rapatrier les bénéfices effectués à l'étranger à un taux de taxation réduit avant la fin de l'année. Ces flux avaient depuis début novembre grandement contribué à soutenir le dollar.


    Le marché des changes n'a pas réagi à la publication du Livre beige de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a fait un point sur les perspectives de l'économie américaine.

    Jeudi, la Banque centrale européenne (BCE) devrait procéder à un relèvement de son taux d'intérêt directeur de 25 points de base, à 2,25%.

    Cet événement est intégré par les marchés, qui seront surtout attentifs à la conférence de presse suivant cette décision, dont ils espèrent qu'elle éclairera les perspectives de politique monétaire à un peu plus long terme.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Euro/Dollar: tout bascule vers 1,2030.

    - La tendance haussière moyen terme sur le Dollar semble toucher à sa fin et un nouveau cycle s'amorce, favorable à l'Euro.

    Le Dollar n'a pas réussi à s'inscrire au-delà des 1,17000/E (malgré deux ou trois incursions vers 1,1680/1,1660) et il s'est trouvé vigoureusement rejeté en deça des 1,20/E.

    Le sommet du canal baissier de l'Euro a été perforé le 14/12 et si le débordement des 1,2030(MM50) se confirme, un retracement de 50% du repli entre 1,3660 et 1,1660$ donne un objectif de 1,2650, sacant qu'un palier de résistance assez important se présente dans la zone psychologique des 1,25.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    L'euro soutenu par l'optimisme des industriels allemands

    L'euro était en légère hausse face au dollar vendredi, soutenu par le baromètre Ifo, qui s'est hissé à un sommet de cinq ans, reflétant le potentiel de croissance de l'Allemagne, première économie de la zone euro.


    Le baromètre de l'institut de conjoncture Ifo, mesurant le moral des chefs d'entreprise en Allemagne, a grimpé plus que prévu en décembre, atteignant avec 99,6 points un sommet depuis août 2000, alors que les économistes misaient en moyenne sur seulement 98,1 points pour décembre.


    "Cette nouvelle est haussière pour l'euro", a estimé Nicole Miller, analyste chez AG Edwards, car "ce chiffre suggère que la croissance économique va continuer à accélérer si les exportations poursuivent leur augmentation et aident à stimuler l'investissement."


    Pour les analystes de la banque Ixis, "l'euro capitalise sur la perspective d'une fin prochaine du cycle de hausse des taux aux Etats-Unis, et sur les déficits extérieurs records des Etats-Unis."


    Le déficit des comptes courants des Etats-Unis au troisième trimestre, toujours colossal, s'est néanmoins avéré inférieur aux attentes des analystes, lors de sa publication vendredi.


    Il s'est réduit de 1% à 195,8 milliards de dollars au troisième trimestre contre 197,8 milliards au deuxième, et contre des attentes moyennes de 205 milliards de dollars.


    Le dollar s'est raffermi légèrement après cette publication, avant de céder un peu de terrain vers 17H00 GMT.


    Plusieurs économistes mettaient en effet en garde contre les facteurs exceptionnels de distorsion du résultat des comptes courants américains, par exemple l'effet des ouragans Katrina et Rita.


    Paul Ashworth, économiste au cabinet Capital Economics, soulignait ainsi que les "transferts unilatéraux de capitaux liés aux ouragans", à savoir les versements d'indemnisations par des compagnies étrangères à des assurés américains, avaient grandement contribué à cette réduction du déficit.


    "Le fin mot de l'histoire, c'est qu'il s'agit là d'un répit provisoire pour le déficit, qui ne doit pas être interprété comme une bonne nouvelle pour le dollar", a-t-il analysé.


    "Selon toute vraisemblance, le déficit des comptes courants dépassera les 210 milliards de dollars au quatrième trimestre", a-t-il ajouté.


    Dans l'ensemble, les cambistes n'ont pas été effrayés par les déficits structurels publiés cette semaine (déficit commercial mercredi, déficit des comptes courants vendredi), et l'euro s'est stabilisé autour de 1,20 USD depuis le milieu de la semaine.


    "Alors que l'économie américaine commence à ralentir, les courtiers vont sans aucun doute commencer à se pencher sur les problèmes structurels des Etats-Unis", a toutefois estimé David Gilmore, analyste chez FX Analytics, indiquant que cela devrait être une des préoccupations majeures en 2006.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Limite de l'analyse fondamentale...


    "Devises: singulier trou d'air sur l'Euro.


    Il se peu que le Dollar (+1,2% à 1,1860/E) ait réagi positivement aux chiffres américains publiés à 14H30, mais un mouvement qui atteint jusqu'à -1,4% un jour où les marchés n'attendaient aucune évolution des stratégies monétaires peut apparaître quelque peu singulier.


    Certaines déferlantes de statistiques ou déclarations de membres influents de banques Centrales publiées ces dernières semaines avaient de quoi faire vasciller tantôt l'Euro, tantôt le yen, tantôt le Dollar... rien de tel ne s'est produit aujourd'hui.


    Les chiffres du jour ne sont pas 'négligeables'... mais pas décisifs non plus: en fait ils se contrebalancent puisque les prix à la production ont fléchi de -0,7% en novembre aux Etats-Unis (induisant une détente des taux) tandis que les statistiques de l'immobilier sont 'bullish' (induisant l'effet inverse sur les taux).


    La question du rebond du Dollar en ce mardi demeure donc ouverte car aucune variation du 'spread' Euro/Dollar (en terme de rendement relatif sur les références à 2, 5 ou 10 ans) ne s'est produite au cours des dernières 24H.


    Des rumeurs font état d'un gros ordre de vente (arbitrage en faveur du Dollar au détriment de l'Euro) qui aurait été mal absorbé dans un marché creux: mais qui serait assez maladroit pour provoquer en pleine trêve des confiseurs une chute de -1,4%, d'une ampleur telle qu'il n'en avait pas été observée depuis le 1er juillet dernier ?

    Le yen a suivi le mouvement et se replie également de -1%... des explications viendront après coup."

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Joli réveil de l'euro suite aux chiffres US.

    " EUR-USD 1.1836.

    La baisse actuelle est proche de la fin d’une vague autour de 1.1796 - 1.1747.

    Nous devrions assister à un rallye l’entraînant au dessus de 1.1874 ou 1.1898. Merci Nico.

    Une chute en dessous de 1.1739 annulerait ce scénario. "

    Graphe soumis à critique.

    Bon après postage pas top encore mais l'idée générale ressort.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •