Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 1 sur 122 1231151101 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 1217
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682

    Informations Economiques diverses :

    Les pays de l'OPEP proches de leur capacité maximale de production, selon le président Chavez


    Le président vénézuelien Hugo Chavez a estimé samedi que la communauté internationale se dirigeait tout droit vers une crise de l'énergie. A ses yeux, il y a cependant peu de chance pour que les membres de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) augmentent leur production.



    "Il y a très peu de chance car pratiquement tout le monde produit en ce moment du pétrole au maximum de sa capacité. Au Venezuela, par exemple, nous ne pouvons pas produire un seul baril de plus", a déclaré le président Chavez, à Salamanque, en Espagne, où il assistait au XVe sommet ibéro-américain.



    "Nous sommes" au seuil "d'une grande crise de l'énergie dans le monde", a-t-il ajouté. "Nous aurons à développer d'autres ressources telles que les énergies éolienne, solaire et nucléaire, naturellement dans un but pacifique".



    Hugo Chavez a précisé que le Venezuela était en discussions avec l'Argentine et le Brésil au sujet de la puissance nucléaire. "Les prix vont continuer à augmenter mais le pétrole vient à manquer", a-t-il poursuivi, soulignant qu'une hausse de la production ne règlerait pas le problème du prix.



    Outre "les intermédiaires", le président vénézuélien a observé qu'un "manque d'imagination aux Etats-Unis et la guerre en Irak, qui a déstabilisé le marché au Moyen-Orient," avaient également fait monter les prix. Sans compter la demande accrue provenant de pays tels que la Chine et l'Inde qui aggrave le problème.



    "Le monde devra s'habituer à un prix du baril, à mon avis, au-dessus de 50 dollars et l'énergie devra être économisée", a-t-il dit.



    Après une flambée au mois d'août, les prix du brut ont tourné entre 60 et 70 dollars le baril pendant plus d'un mois.


    Le Venezuela, membre de l'OPEP, est le cinquième exportateur de pétrole dans le monde et un important fournisseur pour le marché américain. AP




    USA - Déficit budgétaire réduit grâce aux recettes fiscales


    WASHINGTON, 14 octobre (Reuters) - Le déficit budgétaire des Etats-Unis s'est réduit à 318,62 milliards pour l'exercice fiscal 2005, grâce à une forte hausse des recettes, ont annoncé vendredi le département du Trésor et les services du budget de la Maison blanche.


    L'administration avait à l'origine prévu un déficit de 427 milliards, prévision ramenée à la mi-année à 333 milliards.


    Le déficit budgétaire a représenté 2,6% du produit intérieur brut (PIB), précise le Trésor. En moyenne, le déficit budgétaire américain a représenté 2,1% du PIB depuis l'exercice fiscal 1960, selon les services budgétaires du Congrès.


    Le déficit 2005 est toutefois le troisième plus important jamais enregistré par les Etats-Unis après celui de $412,85 milliards de dollars au titre de l'exercice 2004 et celui de 377,58 milliards en 2003.


    Les recettes fiscales ont atteint 2.154 milliards de dollars grâce à une augmentation des sommes collectées au titre de l'impôt sur les sociétés. Les recettes étaient de 1.880 milliards sur l'exercice 2004. Cette hausse de 14,6% des recettes est la plus forte depuis 20 ans, ont précisé le Trésor et les services du budget.


    Les dépenses sont passées de 2.293 milliards en 2004 à 2.473 milliards en 2005.


    Les dépenses liées à la reconstruction et à l'aide aux victimes après les ouragans Katrina et Rita ont conduit à prélever à 4 milliards de dollars sur l'enveloppe des dépenses en septembre, a indiqué un responsable du Trésor.


    Le secrétaire au Trésor John Snow a affirmé que les effets à court terme de Katrina et Rita ne remettaient pas en cause "l'objectif du président de réduire de moitié le déficit budgétaire à l'horizon 2009."


    Sur le mois de septembre, l'excédent du budget s'est établi à 35,76 milliards de dollars, en hausse par rapport au surplus de 24,61 milliards de septembre 2004.





    L'euro remonte après chiffres de l'inflation américaine


    L'euro et le yen ont rebondi face au dollar vendredi sur le marché des changes, après la publication de chiffres de l'inflation hors énergie moins forts que prévu aux Etats-Unis, diminuant quelque peu les perspectives de hausse des taux d'intérêt américains.



    Le billet vert était soutenu en début d'échanges européens face aux principales devises. Mais il est reparti à la baisse après la publication de l'indice des prix à la consommation pour septembre, avec un indice de base ayant moins progressé que prévu.



    Parmi une cascade de données macro-économiques américaines vendredi, "l'indice des prix à la consommation est le facteur-clé", a jugé Carl Forcheski, analyste de la Société générale.


    Les prix ont augmenté de 1,2% en septembre par rapport à août aux Etats-Unis, alors que le marché tablait sur une progression de 0,9%. Mais l'indice de base (hors alimentation et hors énergie) est ressorti inférieur aux attentes des analystes, à +0,1% contre +0,2% attendu.


    "La hausse moins forte que prévu de 0,1% de l'indice de base a mis le dollar sous pression", a expliqué Iain Stannard, économiste à la banque BNP Paribas.



    "Ceux qui s'attendaient à des hausses de taux d'intérêt au-delà de 4,5% vont probablement revoir leurs prévisions à la baisse, ce qui devrait ôter au dollar une partie de son soutien", a souligné M. Stannard.



    Jusqu'à la publication de ces chiffres, les économistes tablaient sur un relèvement des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed) à 4,50%, voire 4,75% d'ici le premier trimestre 2006, contre 3,75% actuellement.



    Toutefois, d'après les analystes de Barclays, l'expérience montre qu'une forte inflation finit toujours par se répercuter sur l'inflation de base, ce qui pourrait donc à plus long terme renforcer encore la perspective de voir la Fed relever ses taux. Un relèvement de taux soutient le dollar puisque les placements aux Etats-Unis deviennent de fait plus rentables.



    Les cambistes ont du mal à interpréter les autres données publiées vendredi, a souligné Carl Forcheski, de la Société Générale. "Elles sont complètement déformées par l'impact des cyclones", a-t-il expliqué.


    Si les ventes de détail aux Etats-Unis ont rebondi en septembre par rapport à août, au-delà des prévisions des analystes, la production industrielle américaine et l'indice de confiance des consommateurs --calculé par l'Université du Michigan-- ont chuté en septembre par rapport à août.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    "Les marchés vont se concentrer sur les taux de la Banque centrale européenne qui devraient être prochainement relevés. Cela devrait déboucher sur une remontée de l'euro face au dollar.


    Avec un baril de pétrole qui a probablement touché un plus bas avec l'arrivée de l'hiver, ce n'est pas très bon pour les marchés", estime un gérant.


    Si les décideurs de la BCE s'accordent sur le fait qu'il faudra relever les taux d'intérêt, ils divergent sur le moment de la faire et les partisans d'une hausse dès décembre n'ont pas réussi à prendre un avantage décisif.


    Mardi, le Dow Jones < DOW INDUSTRIALS > a perdu 0,10%, dans un marché peu sensible aux chiffres meilleurs que prévus en matière de prix producteurs et de ventes de détail pour le mois d'octobre, mais rassuré par les déclarations du futur président de la Fed Ben Bernanke devant la commission bancaire du Sénat, qui s'est inscrit dans la ligne d'Alan Greenspan.


    Le brut léger américain se stabilise ce matin à 56,92 dollars le baril, après avoir encore reculé la veille à New York en raison de la douceur des températures, en attendant les stocks hebdomadaires ce mercredi.


    Le dollar s'échange à 1,1704/08 pour un euro < EUR/USD Spot >, le billet vert faisant l'objet d'un courant de prises de bénéfices après avoir touché des plus hauts de deux ans la veille près de 1,1641 face à la devise européenne.


    Sur le plan macroéconomique aux Etats-Unis, les investisseurs attendent les prix à la consommation et les salaires réels d'octobre, les stocks de grossistes de septembre, tous deux à 14h30, puis les entrées nettes de capitaux de septembre à 15h00 et les statistiques pétrolières hebdomadaires à 16h30.


    En Europe, à 11h00, sera publiée l'inflation de la Zone euro pour le mois d'octobre.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  3. #3
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    La dette de la France atteindrait 2000 milliards d'euros

    Selon le rapport Pébereau sur la dette, qui devrait être rendu public d'ici quelques semaines, le montant de la dette publique française dépasserait les 2.000 milliards d'euros. Ce montant correspond à un taux d'endettement de 120% du produit intérieur brut (PIB).

    Selon le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, les quelques 55 milliards d'euros récoltés chaque année par l'impôt sur le revenu permettent juste de payer les intérêts annuels de la dette.


    Zone euro: inflation estimée à 2,4% en nov (2,5% en oct)

    Zone euro - Dégradation du sentiment économique en novembre
    BRUXELLES, 30 novembre (Reuters) -

    Le sentiment économique s'est dégradé en novembre dans la zone euro, selon les différents indices de confiance publiés mercredi par la Commission européenne.

    L'indice mesurant le sentiment économique a reculé à 99,9 contre 100,2 (révisé de 100,5) en octobre.

    Les indices de confiance sont restés stables dans l'industrie, à -6, dans les services (+14) et pour le consommateur (-13). La confiance a baissé, à -6 contre -4, dans la distribution mais s'est améliorée à -3 contre -8 dans la construction./VT


    Zone euro - Accélération de la croissance confirmée au T3

    BRUXELLES, 30 novembre (Reuters) - Eurostat a revu en hausse mercredi la croissance économique de la zone euro au troisième trimestre à 1,6% en rythme annuel, contre 1,5% annoncé il y a deux semaines.

    Par rapport au deuxième trimestre, l'agence statistique européenne a confirmé sa précédente estimation d'une hausse de 0,6%.

    Pour le deuxième trimestre, la croissance de la zone euro a été revue en hausse à 0,4% (au lieu de 0,3%). Pour le premier, elle a été révisée en baisse à 0,3% au lieu de 0,4%. Sur les deux périodes, la croissance en rythme annuel a atteint 1,2%.

    La Commission européenne, qui devait annoncer à la même heure ses prévisions de croissance pour le quatrième trimestre 2005 et le premier trimestre 2006, a fait savoir que cette publication serait retardée en raison d'un changement de méthodologie apporté à son modèle prévisionnel./JSB

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  4. #4
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Agenda économique

    Heure Evénements Période Consensus Précédent

    14h30 Etats-Unis : Inscriptions hebdomadaires au chômage semaine du 26/11 325 k 335 k

    14h30 Etats-Unis : Revenus et consommation des ménages octobre n.c n.c

    16h Etats-Unis : Dépenses de construction octobre 0.5% 0.5%

    16h Etats-Unis : Indice ISM manufacturier novembre 58 59.1

    11h Zone euro : Chômage octobre 8.4% 8.4%




    INDICES: Le CAC 40 attendu en hausse de 9 points


    Le CAC 40 est attendu en hausse de 9 points, à 4576 points. La décision de la Banque centrale européenne sur ses taux d'intérêt et la publication de nouvelles statistiques économiques aux Etats-Unis dans l'après-midi devraient fournir une nouvelle orientation au marché.

    Les opérateurs de téléphonie mobile sont en ligne de mire, après que le Conseil de la Concurrence a infligé de lourdes amendes pour entente sur les prix à SFR, la filale de Vivendi, Orange, qui appartient à France Télécom et à Bouygues Telecom.

    BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole seront également surveillés alors que La Poste vient d'obtenir le feu vert pour le lancement de la Banque Postale le 1er janvier.

    Les demandes hebdomadaires d'allocation chômage aux Etats-Unis, à 14h30, suivies par les dépenses de construction et l'indice ISM manufacturier à 16h00 sont attendues.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  5. #5
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    "Bien que la BCE ait laissé entendre qu'elle allait relever ses taux de 25 points de base, le marché se montre hésitant à acheter la monnaie unique avant que le président de la banque centrale, Jean-Claude Trichet, n'ait donné plus d'indications sur d'éventuelles nouvelles hausses de taux.

    Peu nombreux sont ceux qui pensent que la BCE va augmenter ses taux une fois seulement, mais comme l'économie de la zone euro reste fragile et que les pressions inflationnistes sont relativement limitées, le marché se demande combien de temps pourrait durer le cycle de resserrement monétaire de la BCE. "


    L'inflation on devrait la confier à l'administration, ça la stopperait pas, mais ça la ralentirait considérablement quand même!!

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  6. #6
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Intel et le pétrole pèsent sur le marché


    Paris cède 0,4% à mi-séance, affecté par la hausse des cours du pétrole, ainsi que par les prévisions jugées décevantes d'Intel.

    STMicroelectronics perd ainsi 1,2%. En revanche, Carrefour progresse à la faveur d'un rattrapage. Ubisoft et GFI Informatique sont également entourés.



    Les grandes places européennes reculent à mi-séance, affectées par le repli de Wall Street et la remontée du pétrole.

    L'attente de la publication, cet après-midi, de l'indice préliminaire de confiance du consommateur de l'Université du Michigan pour le mois de décembre limite par ailleurs les initiatives.

    Jugées décevantes, les prévisions d'Intel pèsent sur les grandes technologiques comme STMicroelectronics, Infineon et ASML.

    Les valeurs pétrolières cèdent également du terrain en dépit de la hausse des cours du brut, le britannique BP pâtissant du placement de 185 millions d'actions par l'Etat koweitien, tandis que Total subit des prises de bénéfices après un bond de près de 36% cette année.


    Contre la tendance, Ubisoft et GFI Informatique progressent, le premier ayant réduit sa perte semestrielle, tandis que le second a annoncé deux acquisitions.



    A midi dix, le Cac 40 perd 0,39% à 4.651,87 points dans un volume d'affaires limité à 910 millions d'euros.

    A Londres, le Footsie cède 0,39% à 5.509,3 points et, à Francfort, le Dax plie de 0,32% à 5.269,96 points.

    A New York, le contrat future décembre sur Dow Jones gagne 10 points à 10.775.

    L'échéance janvier sur le brut léger américain gagne 36 cents à 61,02 dollars le baril, au plus haut depuis le 3 novembre, alors que la vague de froid qui sévit sur la côte est des Etats-Unis pourrait durer jusqu'à Noël.


    Le dollar oscille autour de 1,18, les cambistes anticipant un nouveau relèvement des taux de la Fed, à 4,25%, mardi prochain.

    Les professionnels se demandent néanmoins si la Réserve fédérale envisage ou non de mettre un terme à son cycle de resserrement monétaire.



    Outre l'indice de confiance de l'Université du Michigan, les marchés attendent, à 16h00, les stocks des grossistes d'octobre aux Etats-Unis.


    Total perd 0,87% à 217,30 euros sous l'effet de prises de bénéfices après une progression de près de 36% depuis janvier, contre un gain de près de 22% pour le Cac 40.


    Carrefour progresse en revanche de 1,12% à 38,04 euros à la faveur d'un rattrapage alors que le titre a largement sous-performé l'indice Cac 40 avec un gain d'environ 8% depuis le début de l'année.


    Sanofi-Aventis baisse de 0,35% à 71 euros. Le groupe a pourtant fait état d'une étude montrant que l'association de son anticancéreux Taxotère avec l'Herceptine du laboratoire Genentech améliorait significativement la survie " sans maladie " des femmes atteinte d'un cancer du sein de type " HER2 positif " au stade précoce.



    Enfin, Euronext cède 0,05% à 41 euros. L'australien Maquarie Bank pourrait lancer une offre à 580 pence par action sur le London Stock Exchange (LSE) d'ici jeudi prochain, date limite du dépôt des offres, selon la presse. Une offre d'ores et déjà rejetée par le conseil du LSE, qui la juge " dérisoire ".

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  7. #7
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    La décrue de l'inflation dans la zone euro devrait continuer


    L'INFLATION DANS LA ZONE EURO DEVRAIT CONTINUER À RALENTIR


    BRUXELLES (Reuters) - L'inflation a ralenti plus qu'attendu le mois dernier dans la zone euro, l'impact de la hausse des prix pétroliers s'estompant rapidement, montrent les statistiques publiées vendredi, et les économistes estiment que la hausse des prix devrait encore ralentir au cours des prochains mois.


    Les prix à la consommation ont en effet diminué de 0,3% en novembre, ramenant l'inflation en rythme annuel à 2,3% contre 2,5% en octobre, selon les chiffres de l'institut communautaire Eurostat.


    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une baisse de 0,2% par rapport à octobre et à un taux d'inflation de 2,4% sur un an, soit la confirmation de la première estimation d'Eurostat.


    "L'inflation va continuer de diminuer au cours des prochains mois avec la poursuite de la décrue des prix pétroliers et la sortie des comparaisons annuelles des effets de base défavorables des fortes hausses du CPI (l'indice des prix de détail) de l'an dernier", a expliqué David Brown, chef économiste Europe de Bear Stearns.



    "Il y a aura en 2006 de longues périodes durant lesquelles l'inflation de la zone euro évoluera sous l'objectif de 2,0%".



    La Banque centrale européenne s'est fixé pour objectif de contenir l'inflation à 2,0% ou légèrement en dessous de ce seuil à moyen terme.


    Et rien dans les chiffres de novembre ne reflète une matérialisation des risques d'accélération de l'inflation évoqués par la Banque centrale européenne le 1er décembre à l'appui de sa décision de relever ses taux d'un quart de point, leur première hausse en cinq ans.



    "Les statistiques montrent qu'il n'y a absolument aucune pression inflationniste sous-jacente résultant d'effets de répercussion ou d'effets de second tour liés au pétrole", a souligné Giada Giani, économiste de Lehman Brothers.


    La croissance de 2,1% seulement des salaires dans la zone euro au troisième trimestre vient confirmer l'absence d'impact de la hausse des prix pétroliers sur les rémunérations, a-t-elle ajouté.



    LA BCE RISQUE DE MANQUER D'ARGUMENTS

    Le taux central d'inflation des Douze, qui exclut l'énergie et les produits alimentaires non transformés, la composante la plus suivie par la BCE, ressort à 1,5% sur un an, stable par rapport à octobre, précise Eurostat.


    Les prix de l'énergie ont diminué de 3% en un mois, ramenant leur hausse sur un an de 12,1% à 10%. Celle-ci avait atteint 15% annuels en septembre.


    Même si la BCE a maintes fois répété qu'elle n'avait pas encore pris de décision sur la nécessité d'une ou plusieurs hausses de taux supplémentaires pour maîtriser l'inflation, les économistes s'attendent à ce qu'elle durcisse une nouvelle fois sa politique monétaire, en dépit de l'absence d'accélération de l'inflation.


    Ce relèvement des taux devrait avoir lieu en mars, précisent-ils en soulignant la multiplication des signes d'amélioration de la conjoncture. Le dernier en date est l'annonce vendredi d'une remontée plus forte qu'attendu de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, à son plus haut niveau depuis août 2000.



    "Nous nous attendons à une autre hausse des taux de 25 points de base au printemps prochain, suivie par une nouvelle et longue période d'inaction de la BCE", a expliqué Howard Archer, de Global Insight.


    Mais certains observateurs estiment que la Banque centrale européenne pourrait avoir du mal à justifier une nouvelle augmentation du coût du crédit si l'inflation poursuit sa décrue; la hausse du 1er décembre avait été contestée à l'avance par plusieurs dirigeants politiques.



    "L'ironie pour la BCE, c'est qu'elle vient tout juste de commencer à refermer le robinet du crédit alors même que l'inflation de la zone euro revient à l'objectif", a souligné Brown, de Bear Stearns.


    "Cela pourrait poser à la BCE de gros problèmes de présentation face aux hommes politiques de la zone euro, qui seront de plus en plus préoccupés par les raisons qui poussent la BCE à relever les taux alors que l'inflation revient à l'objectif."


    En base mensuelle, les prix ont baissé dans dix des douze pays de la zone euro en novembre, l'Allemagne affichant un recul de 0,5% et la France de 0,3%. Les deux seules hausses de prix ont été enregistrées en Espagne et au Portugal et ont atteint 0,2% dans ces deux pays.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  8. #8
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Heure Evénements Période Consensus Précédent



    14h30 Etats Unis : Commandes de biens durables novembre

    +1.2%
    3.4%

    15h45 Etats Unis : Indice de confiance des ménages de l'Université du Michigan décembre

    89
    88.7


    16h Etats Unis : Ventes de logements neufs novembre

    1300 k
    1424 k

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  9. #9
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Marché: stagnation des indices après les commandes US.


    Les marchés européens continuent (+0,08%) de stagner et le CAC40 (+0,05%) oscille entre 4.750 et 4.755Pts depuis 11H45 ce matin.


    La statistique des commandes de biens durables aux USA en novembre fait un bond spectaculaire de +4,4% (c'est trois fois plus que le score anticipé)... mais tout comme en octobre, les commandes passées à l'industrie aéronautique militaire et civile a fait toute la différence:


    hors 'transports', c'est au contraire un 3ème déclin consécutif (de -0,6% cette fois-ci) qui se matérialise, d'où la relative circonspection des investisseurs et le peu de réaction des spécialistes des marchés de taux et de devises (T-Bonds inchangés à 4,46% et Bunds grappillant +0,05%, Dollar en très légère reprise à 1,1850/E.


    Une hausse initiale de +0,1% est anticipée à Wall Street (juste de quoi permettre au Dow Jones de retracer le plafond annuel des 10.900Pts) et l'activité tourne plus que jamais au ralenti à une heure de la réouverture des marchés US:

    il s'est en effet échangé mois de 950 millions d'Euros sur le CAC40 depuis 9H00 ce matin (et 1,2MdsE en tout et pour tout sur le SBF-250 qui représente 98% du chiffre d'affaire global).


    Au sein du CAC40, et pour une des rares fois de l'année, pas un titre ne gagne plus de 1%, pas un seul de recule de plus de 0,9% (c'est EDF à 32,50E).

    Les hausses et les replis s'équilibrent parfaitement.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  10. #10
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Après avoir débuté la première séance de la dernière semaine de l'année 2005 sur une note positive, les marchés actions américains ont rapidement perdu du terrain, affectés par l'évolution du marché obligataire.

    A la cloche finale, les trois principaux indices boursiers américains affichaient mardi soir un recul de 1%. Le Dow Jones a ainsi chuté de 105,5 pts à 10777 pts. Le Nasdaq et le S&P 500 sont retombés à 2226 et 1256 pts respectivement.


    Pour la première fois depuis cinq ans, les opérateurs ont assisté hier à l'inversion de la courbe de taux américaine; le rendement des TNotes à 2 ans a dépassé celui des TNotes à 10 ans. Or, dans l'histoire économique américaine, l'inversion de la courbe de taux a souvent constitué le signe précurseur d'une récession.



    Mercredi 28/12/2005

    Statistiques:

    Etats-Unis : Indice de confiance des consommateur (décembre) - 16h

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

Page 1 sur 122 1231151101 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Dictons, citations diverses :
    Par ronin dans le forum Actions, Dérivés, Indices ...
    Réponses: 20
    Dernier message: 01/01/2015, 13h53
  2. Cross diverses
    Par ronin dans le forum Dérivés
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/05/2014, 09h25
  3. FMI et prévisions économiques :
    Par ronin dans le forum Actions, Dérivés, Indices ...
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/04/2008, 14h22
  4. Marchés : Analyses - Informations
    Par ronin dans le forum Actions
    Réponses: 113
    Dernier message: 08/10/2005, 14h20
  5. Sources d'informations
    Par La Vitole Magique dans le forum Ressources
    Réponses: 2
    Dernier message: 08/01/2004, 18h23

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •