Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Page 3 sur 122 PremièrePremière 123451353103 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 1217
  1. #21
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    La Fed estimait en mars que la fin du cycle était proche


    WASHINGTON

    - Le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale avait estimé lors de sa réunion des 27 et 28 mars que le banque centrale avait quasiment terminé son cycle de hausse des taux, mais continuait à s'inquiéter des risques inflationnistes potentiels, lit-on dans le compte rendu publié mardi.



    "La plupart des membres pensaient que la fin du processus de resserrement était probablement proche et certains avaient exprimé des inquiétudes concernant les dangers d'aller trop loin dans la hausse, étant donné les décalages des effets de la politique", lit-on dans le compte rendu de la réunion du FOMC, la première sous la présidence de Ben Bernanke

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  2. #22
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    le Dow bondit de 195 pts, le Nasdaq de 1,95%.


    Les marchés d'actions américains sont parvenus mardi à faire totalement abstraction du contexte pétrolier.


    L'indice Dow Jones a bondi de 1,76% à 11268 pts. Fait notable, tous les composants de l'indice ont participé à cette performance ; Hewlett Packard (+4,5%), Alcoa (+3,4%) et Caterpillar (+3,2%) ont signé les plus fortes hausses.


    Le Nasdaq a parallèlement grimpé de 1,95% 2356 pts, tandis que le S&P 500 a progressé de 1,74% à 1307 pts.



    Bien orientés dès l'ouverture des marchés, les indices new-yorkais ont brusquement augmenté leur avance après la publication des 'Minutes' de la Fed, compte rendu détaillé de la dernière réunion du comité de politique monétaire.


    Les 27 et 28 mars 2006 en effet, le Comité fédéral d'open-market a estimé que l'on se dirigeait vers la fin du cycle de resserrement monétaire, eu égard aux signes de ralentissement de la croissance sur la deuxième partie de l'année et à la maîtrise de l'inflation.



    Les statistiques macroéconomiques publiées hier ont d'ailleurs confirmé ce scénario.


    Certes les opérateurs ont pris connaissance d'une hausse plus forte que prévu de l'indice américain des prix à la production au mois de mars :


    l'indice des prix producteurs (PPI), qui mesure les prix payés par les exploitations agricoles, usines et raffineries, a augmenté de 0,5% le mois dernier.


    Mais hors alimentation et énergie, le PPI a progressé en revanche de seulement 0,1%, sa plus faible hausse depuis novembre dernier, contre une progression de +0,2% attendue par les analystes.



    Par ailleurs, les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont diminué de 7,8% le mois dernier, ces chiffres communiqués par le Département du Commerce constituant un nouveau signe du ralentissement du marché immobilier outre Atlantique.


    Sur le front des valeurs, la poursuite de l'envolée des cours du brut a logiquement profité au secteur pétrolier. ExxonMobil et Chevron ont notamment grimpé de 2,4% et 2,6% respectivement.


    L'actualité entreprise a également profité à la tendance. Les opérateurs ont en effet apprécié les comptes trimestriels publiés par de nombreux poids lourds de la cote. Dans le secteur bancaire notamment, Merrill Lynch (+1,2% à 79,4$) a annoncé un bénéfice net de 475 mls$, soit 44 cents par action, au titre de son premier trimestre 2006. Les analystes tablaient sur un bénéfice net de 32 cents par action.



    Résultats records également pour Wells Fargo (+0,9% à 65,1$), la cinquième banque américaine, dont le bénéfice de 2,02 mds$, soit 1,19$ par action, enregistré au premier trimestre 2006, est toutefois inférieur aux anticipation des analystes (1,2$ par action).


    Après Bourse, Yahoo a publié un bénéfice net de 160 mls$, soit 11 cents par action, au titre du premier trimestre 2006, contre 204,6 millions (14 cents) un an plus tôt.



    Les opérateurs prendront ce mercredi connaissance des résultats trimestriels de Apple Computer, Coca Cola, General Dynamics, Honeywell, Novellus, Pfizer, Piper Jaffray et Qualcomm.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  3. #23
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Les places européennes devraient ouvrir en légère hausse, laissant une nouvelle fois au second plan les préoccupations liées à la hausse du pétrole pour se concentrer sur les résultats de sociétés cotées, très nombreux aujourd'hui



    Indices Clôture Var. Points Var. %

    Eurofirst 300 1382,95 +14,78 +1,08%

    Eurostoxx 50 3820,9 6 +50,17 +1,33%

    CAC 40 5158,14 +62,17 +1,22%

    Dax 30 5993,76 +91,18 +1,54%

    FTSE 6089,80 +45,70 +0,76%

    SMI 8050,86 +89,51 +1,12%



    Le Nikkei a fini en léger recul après une séance hésitante, la progression des valeurs de l'énergie ne suffisant pas à compenser le repli des gros consommateurs de pétrole, ni celui des valeurs de semi-conducteurs dans le sillage des trimestriels d'Intel < INTEL CORP >.




    Indices Clôture Var. points Var. %


    Dow Jones 11278,77 +10,00 +0,09%

    S&P-500 1309,93 +2,28 +0,17%

    Nasdaq 2370,88 +14,74 +0,63%



    Les marchés actions américains ont terminé en hausse, de justesse pour le Dow, plusieurs résultats de sociétés solides comme ceux de Yahoo < YAHOO INC > ou d'United Technologies < UNITED TECHNOLOGIES > éclipsant les craintes alimentées par le bond du brut à plus de 72 dollars le baril et par la statistique de l'inflation



    Le rally a cependant été terni par l'annonce d'une hausse plus forte que prévu de l'indice des prix à la consommation hors alimentation et énergie, le mois dernier aux États-Unis. Celui-ci a augmenté de 0,3% - contre +0,2% attendu - sa plus forte hausse en un an. L'hypothèse d'un prolongement des tours de vis de la Fed s'en est trouvée relancée




    Malgré un léger rebond, le dollar reste proche de son plus bas de sept mois face à l'euro et à la livre sterling, continuant de souffrir de la perspective de la fin prochaine des hausses de taux aux Etats-Unis.



    Le billet vert souffre également de l'avertissement lancé par le Fonds monétaire international sur le déficit commercial américain: pour le FMI, une dépréciation importante du dollar est nécessaire pour lutter contre les déséquilibres mondiaux [ID:nL19311078].



    Le dollar accuse un recul de 2% contre l'euro depuis le début de la semaine, conséquence de la publication du compte rendu de la dernière réunion de la Fed, marqué par un changement de ton considéré comme préfigurant l'arrêt des hausses de taux.



    Dans ce contexte, l'inflation supérieure aux attentes du mois dernier aux Etats-Unis n'a pas suffi à inverser la tendance. "Le marché ne semble pas impressionné par le CPI. Le sentiment a déjà changé: il est plus positif sur l'euro",

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  4. #24
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Le coût des importations d'énergie a bondi en France en 2005


    PARIS - La facture des importations d'énergie de la France a bondi l'an passé de 35%, à 38,3 milliards d'euros, en raison de la flambée des cours du pétrole, selon les chiffres publiés par le ministère de l'Industrie.


    Elle avait déjà augmenté de 24% en 2004 pour les mêmes raisons.


    Le ministère souligne dans un communiqué que la facture énergétique extérieure totale de la France en 2005 a représenté 2,26% du PIB, soit l'équivalent d'une semaine de travail de l'ensemble des Français.


    La consommation totale d'énergie de la France est pour sa part restée quasi stable en 2005, augmentant de 0,3% à 276,5 millions de tonnes équivalent pétrole.


    Son évolution est restée ainsi inférieure à celle du PIB, qui a progressé de 1,4%.


    La consommation d'énergie primaire de la France l'an passé incluait 41% d'électricité d'origine nucléaire, un tiers de pétrole, 15% de gaz, 5% de charbon, 4% d'énergies renouvelables et 2% d'hydraulique et d'éolien

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  5. #25
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    PARIS, 21 avril


    Les Bourses européennes sont attendues en hausse vendredi, avec une progression qui devrait les amener non loin de leurs meilleurs niveaux depuis cinq ans, après que le Dow Jones eut touché la veille un sommet de six ans.


    Les technologiques seront particulièrement suivies après la publication des résultats du moteur de recherche Google , qui ont provoqué une forte hausse du titre sur la plate-forme électronique Inet, et de l'équipementier des télécommunications suédois Ericsson .


    Ericsson, leader mondial des équipements des réseaux de téléphonie mobile, recule en revanche de 2,4% à 28 couronnes en avant-Bourse après la publication d'un bénéfice imposable trimestriel inférieur au consensus. Le groupe suédois a par ailleurs confirmé sa prévision d'une croissance modérée du marché mondial des systèmes mobiles cette année.

    La veille, Nokia < NOKIA CORP ADS >, premier fabricant mondial de téléphones mobiles, avait au contraire publié des comptes trimestriels dépassant toutes les prévisions.



    Détail de la séance à Paris : [.PAFR] La séance précédente :

    Indices Clôture Var. Points Var. %

    Eurofirst 300 1386,00 +1,99 +0,14%

    Eurostoxx 50 3860,00 +39,04 +1,02%

    CAC 40 5206,79 +48,65 +0,94%

    Dax 30 6063,28 +69,52 +1,16%

    FTSE 6081,40 -8,40 -0,14%


    SMI 8056,98 +6,12 +0,08%




    WALL STREET La séance du 20 avril 2006 :


    Indices Clôture Var. points Var. %

    Dow Jones 11342,89 +64,12 +0,57%

    S&P-500 1311,46 +1,53 +0,12%

    Nasdaq 2362,55 -8,33 -0,35%



    Le Dow Jones a inscrit jeudi son plus haut niveau en clôture depuis janvier 2000, grâce à de bons résultats d'entreprises, toutefois les technologiques ont fléchi sous le coup des perspectives de chiffre d'affaires décevantes d'eBay < EBAY INC >.



    Le Dow Jones est désormais proche de son record de 11.750,28 points inscrit le 14 janvier 2000, tandis que le Standard & Poors-500 et le Nasdaq Composite ont atteint en séance leur plus haut niveau depuis cinq ans.



    Le dollar s'est stabilisé en réaction aux indicateurs économiques publiés jeudi et à de fortes prises de bénéfice sur l'or et l'argent, alors qu'il avait auparavant subi de vives pertes dans l'anticipation de la fin prochaine du cycle de hausse des taux par la Réserve fédérale.



    L'indice de la Fed de Philadelphie a progressé à 13,2 en avril contre 12,3 en mars.

    Toutefois, les économistes l'attendaient à 14,0. La composante des prix payés a augmenté pour la première fois en six mois, à 29,0 contre 17,2.


    Cet aspect inflationniste n'est pas forcément de bon aloi pour ceux qui anticipent la fin de la hausse des taux aux USA; en revanche, il peut être un plus pour le dollar.



    Le recul du nombre des inscriptions hebdomadaires au chômage, à 303.000 dans la semaine au 15 avril contre 313.000, a également soutenu le dollar.


    Mais c'est précisément cette incertitude tenant au cycle des taux américains qui empêche le marché de pousser le dollar trop haut.


    "Nous serons nerveux après la réunion de la Fed de mai parce que nous ne sommes pas sûrs de la suite", résume le chef cambiste d'une banque européenne à Tokyo.



    Réunion du Groupe des Sept (G7) qui débute ce vendredi à Washington, la première depuis que la Banque du Japon a décidé de mettre un terme à sa politique d'assouplissement quantitatif.



    Toute déclaration, durant la réunion, du gouverneur de la Banque du Japon Toshihiko Fukui susceptible de donner des indices sur le moment où la BoJ recommencera à augmenter les taux pourrait avoir un impact sur le marché. Pour l'heure, ce dernier s'attend à la remontée des taux en juillet.



    Le brut a perdu près d'un dollar sur des prises de bénéfice par des fonds d'investissement après son "rally" à de nouveaux records. Son cours se maintient toutefois au-dessus des 72 dollars en raison notamment des tensions permanentes entre l'Occident et l'Iran relatives au programme nucléaire de ce pays.



    Les craintes relatives aux approvisionnements se sont apaisées lorsque Royal Dutch Shell a annoncé qu'il pensait redémarrer l'exploitation d'un grand gisement du Golfe du Mexique à la fin mai, soit avant la date prévue.



    La plate-forme chargée d'extraire le gaz et le pétrole du gisement, au rythme de 140.000 barils par jour (bpj), avait subi le passage de l'ouragan Katrina en août dernier.


    Mais des craintes subsistent vis-à-vis de l'offre iranienne, le marché craignant que Téhéran ne ferme les robinets du pétrole par mesure de rétorsion contre les pressions des pays occidentaux qui le soupçonnent de vouloir utiliser l'uranium à des fins militaires, et aussi nigériane en raison des troubles intérieurs du pays.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  6. #26
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    PARIS, 21 avril


    Les Bourses européennes sont attendues en hausse vendredi, avec une progression qui devrait les amener non loin de leurs meilleurs niveaux depuis cinq ans, après que le Dow Jones eut touché la veille un sommet de six ans.


    Les technologiques seront particulièrement suivies après la publication des résultats du moteur de recherche Google , qui ont provoqué une forte hausse du titre sur la plate-forme électronique Inet, et de l'équipementier des télécommunications suédois Ericsson .


    Ericsson, leader mondial des équipements des réseaux de téléphonie mobile, recule en revanche de 2,4% à 28 couronnes en avant-Bourse après la publication d'un bénéfice imposable trimestriel inférieur au consensus. Le groupe suédois a par ailleurs confirmé sa prévision d'une croissance modérée du marché mondial des systèmes mobiles cette année.

    La veille, Nokia < NOKIA CORP ADS >, premier fabricant mondial de téléphones mobiles, avait au contraire publié des comptes trimestriels dépassant toutes les prévisions.



    Détail de la séance à Paris : [.PAFR] La séance précédente :

    Indices Clôture Var. Points Var. %

    Eurofirst 300 1386,00 +1,99 +0,14%

    Eurostoxx 50 3860,00 +39,04 +1,02%

    CAC 40 5206,79 +48,65 +0,94%

    Dax 30 6063,28 +69,52 +1,16%

    FTSE 6081,40 -8,40 -0,14%


    SMI 8056,98 +6,12 +0,08%




    WALL STREET La séance du 20 avril 2006 :


    Indices Clôture Var. points Var. %

    Dow Jones 11342,89 +64,12 +0,57%

    S&P-500 1311,46 +1,53 +0,12%

    Nasdaq 2362,55 -8,33 -0,35%



    Le Dow Jones a inscrit jeudi son plus haut niveau en clôture depuis janvier 2000, grâce à de bons résultats d'entreprises, toutefois les technologiques ont fléchi sous le coup des perspectives de chiffre d'affaires décevantes d'eBay < EBAY INC >.



    Le Dow Jones est désormais proche de son record de 11.750,28 points inscrit le 14 janvier 2000, tandis que le Standard & Poors-500 et le Nasdaq Composite ont atteint en séance leur plus haut niveau depuis cinq ans.



    Le dollar s'est stabilisé en réaction aux indicateurs économiques publiés jeudi et à de fortes prises de bénéfice sur l'or et l'argent, alors qu'il avait auparavant subi de vives pertes dans l'anticipation de la fin prochaine du cycle de hausse des taux par la Réserve fédérale.



    L'indice de la Fed de Philadelphie a progressé à 13,2 en avril contre 12,3 en mars.

    Toutefois, les économistes l'attendaient à 14,0. La composante des prix payés a augmenté pour la première fois en six mois, à 29,0 contre 17,2.


    Cet aspect inflationniste n'est pas forcément de bon aloi pour ceux qui anticipent la fin de la hausse des taux aux USA; en revanche, il peut être un plus pour le dollar.



    Le recul du nombre des inscriptions hebdomadaires au chômage, à 303.000 dans la semaine au 15 avril contre 313.000, a également soutenu le dollar.


    Mais c'est précisément cette incertitude tenant au cycle des taux américains qui empêche le marché de pousser le dollar trop haut.


    "Nous serons nerveux après la réunion de la Fed de mai parce que nous ne sommes pas sûrs de la suite", résume le chef cambiste d'une banque européenne à Tokyo.



    Réunion du Groupe des Sept (G7) qui débute ce vendredi à Washington, la première depuis que la Banque du Japon a décidé de mettre un terme à sa politique d'assouplissement quantitatif.



    Toute déclaration, durant la réunion, du gouverneur de la Banque du Japon Toshihiko Fukui susceptible de donner des indices sur le moment où la BoJ recommencera à augmenter les taux pourrait avoir un impact sur le marché. Pour l'heure, ce dernier s'attend à la remontée des taux en juillet.



    Le brut a perdu près d'un dollar sur des prises de bénéfice par des fonds d'investissement après son "rally" à de nouveaux records. Son cours se maintient toutefois au-dessus des 72 dollars en raison notamment des tensions permanentes entre l'Occident et l'Iran relatives au programme nucléaire de ce pays.



    Les craintes relatives aux approvisionnements se sont apaisées lorsque Royal Dutch Shell a annoncé qu'il pensait redémarrer l'exploitation d'un grand gisement du Golfe du Mexique à la fin mai, soit avant la date prévue.



    La plate-forme chargée d'extraire le gaz et le pétrole du gisement, au rythme de 140.000 barils par jour (bpj), avait subi le passage de l'ouragan Katrina en août dernier.


    Mais des craintes subsistent vis-à-vis de l'offre iranienne, le marché craignant que Téhéran ne ferme les robinets du pétrole par mesure de rétorsion contre les pressions des pays occidentaux qui le soupçonnent de vouloir utiliser l'uranium à des fins militaires, et aussi nigériane en raison des troubles intérieurs du pays.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  7. #27
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    PARIS, 10 mai -


    Les valeurs européennes pourraient marquer le pas mercredi dans l'attente de la réunion monétaire de la Réserve fédérale, dont le verdict sera connu à 18h15 GMT.

    Une nouvelle hausse de taux, la 16e d'affilée, est largement anticipée mais la banque centrale américaine pourrait annoncer une pause dans le communiqué qui accompagnera sa décision.


    Les minières devraient rester entourées alors que l'or a atteint un nouveau plus haut depuis 25 ans de 700,70 dollars en Asie et que le platine a touché un record de 1.242 dollars l'once.



    La Bourse de Tokyo, en hausse en début de journée, a succombé à des prises de bénéfice dans un marché prudent avant la réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine.



    La vigueur du yen autour de 110 pour un dollar et le recul des technologiques à New York mardi ont pesé sur des valeurs exportatrices du secteur high-tech comme Kyocera , en repli de 2,6%, ou Advantest (-1,23%).


    "Le marché est en mode d'attente avant la réunion de la Fed et il surveille le niveau de 110 yens qui est très important pour les valeurs japonaises", dit Zenshiro Mizuno, chez Marusan Securities à Tokyo.


    Le Dow Jones a fini en hausse mardi, dopé par un bond de près de 10% de General Motors < GENERAL MOTORS > et par le sentiment que la Fed marquera un temps d'arrêt dans son cycle de hausse des taux.


    La flambée de l'or, et des métaux en général, a dopé les minières qui à leur tour ont soutenu le marché où le Dow Jones est à son plus haut niveau depuis janvier 2000.


    Le constructeur informatique Dell < DELL COMPUTER CORP > a en revanche perdu 4,65% après un avertissement sur ses résultats, ce qui a pesé sur le Nasdaq.


    Le dollar reste vulnérable dans l'attente du communiqué de la Réserve fédérale qui pourrait annoncer un coup d'arrêt au cycle de resserrement monétaire enclenché à la mi-2004 aux Etats-Unis.

    Le yen a revisité son plus haut en huit mois touché la veille alors que les spéculations vont bon train sur un relèvement des taux japonais dès le mois prochain. Ces spéculations ont propulsé le rendement du JGB à deux ans à son niveau le plus haut depuis plus de sept ans.


    Du côté de la Fed, le marché attend une hausse de taux, la 16e d'affilée, qui portera l'objectif des fed funds à 5%, soit le double du taux directeur de la Banque centrale européenne, mais se demande ce qui se passera ensuite.


    Certains intervenants s'attendent pourtant à ce que la Fed maintienne un biais restrictif en s'inquiétant des risques d'inflation découlant de la hausse des prix du pétrole. "Cela pourrait apporter un soutien à court terme au dollar",

    Le marché attend aussi la parution mercredi d'un rapport du Trésor américain sur les pratiques de change des partenaires commerciaux, qui pourrait accuser pour la première fois la Chine de manipuler sa monnaie pour avantager ses exportations.


    Le billet vert a touché mardi des plus bas de huit mois face au yen et d'un an contre l'euro, à respectivement 110,88 yens et 1,2788 pour un euro. TAUX


    Taux à trois mois européen : 0,0620 à 2,7250

    Le marché obligataire américain a baissé mardi pour la deuxième séance d'affilée, à la veille de la décision monétaire de la Réserve fédérale.


    La pression baissière qui persiste sur ce marché, où la prudence règne, tient à l'incertitude entourant l'évolution de la politique monétaire de la banque centrale après la probable hausse de taux de mercredi.


    "Pour être franc, la Fed n'est pas sûre de la suite", dit Charles Lieberman (Advisors Capital Management). "Elle doit faire comprendre au marché qu'elle pourrait laisser les taux inchangés quelques temps sans exclure la possibilité de les remonter à nouveau ultérieurement".

    Sur le marché japonais, les rendements des JGB à deux ans ont atteint mercredi des plus hauts en plus de sept ans alors que des articles du journal Nikkei et de l'agence Jiji ont alimenté les spéculations sur un resserrement monétaire dès le mois de juin.

    Le contrat juin sur le brut léger américain subit un léger effritement après sa hausse de plus de 1% la veille due aux tensions entre l'Iran et la communauté internationale.


    L'annonce d'une initiative diplomatique de Téhéran avait fait baisser les cours lundi mais Washington a annoncé mardi que le courrier reçu du président iranien Mahmoud Ahmadinejad ne dissipait pas les inquiétudes de la communauté internationale relatives aux ambitions nucléaires de Téhéran.

    L'Iran affirme qu'elles ne sont que civiles, alors que les pays occidentaux soupçonnent des applications militaires.


    Et une réunion de ministres des Affaires étrangères lundi soir à New York n'a pas davantage abouti à une attitude commune entre les puissances occidentales, la Russie et la Chine.

    Le marché attend maintenant la statistique hebdomadaire des stocks pétroliers américains, publiée à 14h30 GMT.

    Les analystes anticipent une réduction de 600.000 barils des stocks de brut et une hausse de 1,2 million de barils des stocks d'essence



    Statistiques

    Etats-Unis : Décision de politique monétaire de la FED - 20h15

    Evolution hebdomadaire stocks de pétrole. 16h30


    France : Production industrielle (mars) - 8h45

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  8. #28
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    USA -

    Légère baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage

    WASHINGTON, 11 mai -

    Le nombre hebdomadaire de demandes d'indemnisation du chômage a légèrement baissé, de 1.000, la semaine dernière aux Etats-Unis à 324.000, a annoncé jeudi le département du Travail.


    Les économistes interrogés attendaient une baisse plus forte de 7.000 à 315.000 du nombre de demandes par rapport au chiffre de 322.000 publié la semaine dernière en première estimation pour la semaine au 29 avril.


    La moyenne des inscriptions hebdomadaires sur quatre semaines est en hausse à 317.250 contre 314.750 la semaine précédente.


    Le nombre total de chômeurs indemnisés, qui n'est pas arrêté à la même date, est en baisse. Il s'élevait à 2,392 millions lors de la semaine au 29 avril (dernière semaine pour laquelle ces chiffres sont disponibles), contre 2,441 millions la semaine précédente



    Etats-Unis: ventes de détail +0,5% en avril

    Les ventes de détail ont augmenté de 0,5% en avril aux Etats-Unis, sous l'effet de la hausse des prix de l'essence.


    En moyenne, les 23 économistes interrogés tablaient sur une croissance de 0,8% des ventes de détail. Ces ventes sont très surveillées car elles fournissent un indice de l'évolution des dépenses des ménages.


    Hors ventes de véhicules et d'équipements automobiles, qui ont chuté de 0,4%, les ventes de détail ressortent en hausse de 0,7% en avril.



    Stocks des entreprises +0,7% en mars

    Les stocks des entreprises américaines ont augmenté plus que prévu en mars, de 0,7%, dopés par les secteurs de l'automobile et des matériaux de construction, montrent les chiffres publiés jeudi par le département du Commerce.


    Les économistes interrogés tablaient en moyenne sur une hausse de 0,5%. Les stocks de février ont été revus en hausse à +0,1% alors qu'ils avaient été annoncés inchangés en avril.


    Les ventes des entreprises ont augmenté au même rythme que leurs stocks, de 0,7%, après une baisse de 0,6% en février.


    Le ratio stocks/ventes, qui mesure la durée d'écoulement des stocks au rythme des ventes du moment, est donc stable à 1,26 mois, juste au-dessus du plus bas record de 1,25 mois atteint en janvier.


    Les stocks des distributeurs ont augmenté de 1% alors que leurs ventes n'ont progressé que de 0,6%. Les stocks dans l'automobile ont bondi de 1,7% après un déclin de 0,3% en février, alors que leurs ventes ont augmenté de 1%.


    Les stocks des entreprises de matériaux de construction ont augmenté de 1,9% après une baisse de 0,5% en février, à comparer à une hausse de 1,6% des ventes.




    Wall Street ouvre en légère baisse


    Les valeurs américaines ont ouvert en baisse jeudi, les investisseurs craignant les conséquences négatives de prix pétroliers élevés sur les résultats des sociétés et sur la consommation des ménages.




    La Fed a relevé mercredi ses taux directeurs d'un quart de point pour la 16e fois depuis juin 2004, tout en laissant la porte ouverte à une pause dans son cycle de resserrement mais aussi à de nouvelles hausses du coût du crédit en cas de tensions inflationnistes. La Fed a précisé qu'elle suivrait de très près les indicateurs économiques pour prendre sa décision.


    Ce pragmatisme de la Fed a rassuré le marché. D'autant que les ventes au détail pour le mois d'avril rendues mais la flambée des cours du pétrole a pris le dessus dans les préoccupations des investisseurs.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  9. #29
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    LES CHIFFRES MACROECONOMIQUES

    Les investisseurs prendront connaissance à 10h30 de l'évolution du PIB du Royaume-Uni au premier trimestre 2006.


    Aux Etats-Unis, ils s'intéresseront à 14h30 à la deuxième estimation du PIB du premier trimestre et aux nouvelles demandes hebdomadaires d'allocation chômage, puis à 16h00 aux ventes de logements anciens au cours du mois d'avril.


    HIER A PARIS

    Les marchés européens ont fini en baisse, mais sur une variation plus raisonnable qu'au cours des deux dernières séances.

    Les indices ont particulièrement été affectés par le repli des valeurs pétrolières dans le sillage des cours du baril de brut (-1,2% à 70,15 dollars pour le Brent).


    Le tableau économique de la séance s'est avéré mitigé avec un indice IFO du climat en Allemagne supérieur aux attentes et un retrait des commandes biens durables aux Etats-Unis plus important qu'attendu.



    HIER A WALL STREET

    Hésitants tout au long de la séance, les indices américains ont finalement clôturé en légère hausse.

    Le reflux des cours des matières premières a apaisé les craintes des opérateurs quant à l'inflation.

    Au total, le Dow Jones a gagné 0,17% à 11117,32 tandis que le Nasdaq a pris 0,48% à 2169,17 points.


    Le marché japonais a effacé la majeure partie de son rebond d'hier avec le nouveau recul des grandes valeurs liées aux matières premières et des exportateurs.

    Les analystes restent préoccupés par les ventes massives réalisées par les investisseurs étrangers: s'ils ont contribué au rebond de mercredi, ceux-ci ont passé dès jeudi des ordres de vente dépassant leurs achats. Et selon les statistiques officielles publiées avant l'ouverture, les ventes nettes d'actions japonaises par des étrangers ont atteint la semaine dernière leur plus haut niveau depuis décembre 2001.



    Wall Street a terminé in extremis en hausse à la faveur d'un rebond de fin de séance, une rechute des cours des matières premières étant venue rassurer les investisseurs sur les risques inflationnistes alors que la place évoluait jusque-là dans le rouge à cause des craintes sur la croissance et les taux.

    Les échanges, nourris, sont restés volatils pendant toute la journée, les indicateurs du jour, contradictoires sur la conjoncture, n'ayant pas permis de dégager une tendance claire. Le Nasdaq a un temps gagné jusqu'à 1%, et perdu autant plus tard en séance.


    Les commandes de biens durables sont ressorties en baisse de 4,8% en avril aux États-Unis alors que les économistes attendaient un recul limité à 0,5%


    les investisseurs prendronts connaissance de la deuxième estimation du PIB américain: les économistes tablent en moyenne sur une révision à la hausse à 5,7% en rythme annuel de la croissance du premier trimestre, contre 4,8% annoncé initialement.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  10. #30
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Les valeurs européennes devraient gagner du terrain à l'ouverture, après la progression de marchés asiatiques et américains la nuit dernière. Toutefois, les investisseurs pourraient prendre quelques bénéfices en fin de séance avant ce week-end prolongé aux Etats-Unis et au Royaume Uni.





    ETATS-UNIS: ACTIONS

    Wall Street a clôturé en forte hausse jeudi, le repli marqué des ventes de logements existants et les chiffres révisés sur la croissance du produit intérieur brut américain ayant atténué les craintes des investisseurs au sujet de l'inflation et les ayant incité à acheter des actions, après deux semaines de baisse des cours de Bourse.

    Le rythme mesuré de l'expansion de l'économie américaine pourrait permettre à la Réserve fédérale américaine de ne pas relever à nouveau ses taux directeurs.

    La composante sur l'inflation était inchangée, avec une hausse de 3,3%, ce qui a apaisé les craintes sur la hausse des prix. Le ralentissement des ventes de logements a suscité l'espoir que la détente du marché de l'immobilier va limiter le rythme de la croissance économique



    JAPON

    Les valeurs nippones ont rebondi vendredi, les actions liées à la demande nationale telles que les valeurs bancaires, de l'assurance et les valeurs pharmaceutiques enregistrant la plus belle progression.


    Les cours du pétrole montent de 23 cents pendant la séance asiatique, à 71,55 dollars le baril vendredi, les participants du marché, inquiets à l'approche de la période estivale de forte consommation d'essence et de la saison des ouragans aux Etats-Unis, achetant des contrats sur le pétrole avant ce week-end prolongé aux Etats-Unis.



    CHANGES

    L'euro a ouvert en repli, les investisseurs attendant l'indice des prix PCE à paraître aux Etats-Unis vendredi, une mesure de l'inflation très surveillée par la Fed, afin d'obtenir quelques informations sur d'éventuels risques d'inflation aux Etats-Unis.


    L'Allemagne publiera son indice des prix à la consommation vendredi. Le dollar s'est déprécié sous l'effet de prises de bénéfices et de positionnements jeudi, l'activité ayant par ailleurs commencé à ralentir avant ce week-end prolongé aux Etats-Unis et au Royaume-uni.


    Etats-Unis : Indice de confiance de l'Université du Michigan (mai) - 15h45

    Etats-Unis : Consommation des ménages (avril) - 14h30

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

Discussions similaires

  1. Dictons, citations diverses :
    Par ronin dans le forum Actions, Dérivés, Indices ...
    Réponses: 20
    Dernier message: 01/01/2015, 14h53
  2. Cross diverses
    Par ronin dans le forum Dérivés
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/05/2014, 10h25
  3. FMI et prévisions économiques :
    Par ronin dans le forum Actions, Dérivés, Indices ...
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/04/2008, 15h22
  4. Marchés : Analyses - Informations
    Par ronin dans le forum Actions
    Réponses: 113
    Dernier message: 08/10/2005, 15h20
  5. Sources d'informations
    Par La Vitole Magique dans le forum Ressources
    Réponses: 2
    Dernier message: 08/01/2004, 19h23

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •