Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Réforme scolaire

  1. #1
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682

    Réforme scolaire

    : La PEEP (la Fédération des Parents d'Elèves de l'Enseignement Public) regrette que "la voix de la rue" ait "eu raison" de la réforme Darcos. Pourquoi soutenez-vous cette réforme ?



    Valerie Marty, présidente de la PEEP Hauts-de-Seine : Parce qu'elle allait dans le bon sens, même si elle peut être améliorée.

    On avait bien avancé sur une réforme qui est nécessaire depuis dix ans. C'est dommage parce que ce report retarde encore d'au moins un an des évolutions qui sont indispensables pour mieux préparer l'avenir des lycéens.


    : En quoi la classe de seconde actuelle est-elle inadaptée, et pourquoi s'agit-il d'une classe charnière dans l'orientation scolaire d'un enfant ?


    Valerie Marty : Actuellement, c'est dans cette classe que se décide en grande partie l'avenir scolaire et universitaire d'un enfant.

    Mais les options actuelles ne sont plus adaptées.

    La classe de seconde est figée, le choix de l'orientation pour le bac se fait plus par défaut qu'en fonction des capacités de l'enfant. Et par manque de choix, tout le monde finit par prendre l'option d'une deuxième langue vivante.



    : Xavier Darcos veut mettre fin à la hierarchisation des filières générales. Comme lui, estimez-vous que certaines filières sont inutiles ?


    Valerie Marty : Aujourd'hui, il existe trois filières : Scientifique, ES (économique) et Littéraire.


    La filière scientifique est la plus demandée parce que les parents estiment qu'elle mène à tout.

    Du coup, les deux autres filières sont un peu délaissées. Le problème, c'est que certains élèves se retrouvent en filière scientifique plus par obligation qu'en raison de leurs capacités.



    : La réforme Darcos propose un lycée "à la carte", avec de multiples options. N'y a-t-il pas pour vous un risque de créer un lycée à deux vitesses ?


    Valerie Marty : Non, puisque les options proposées par le ministre seraient les mêmes dans chaque établissement.

    Nous estimons que cette réforme permettrait à l'élève de mener une vraie réflexion quant à son avenir, sans s'engager définitivement jusqu'au bac.

    Elle mettrait en place un système où l'élève peut essayer, se tromper, changer d'avis en cours de route.


    En dehors du tronc commun (Français, maths, histoire, langues...etc), chaque élève pourrait approfondir des thématiques reparties en modules comme la littérature, les sciences économiques ou les technologies.


    Avec une organisation en semestre, l'élève aurait le droit de changer ses options si ça ne lui convient pas.



    Et en même temps, il serait plus autonome et apprendrait à se prendre en main, à faire des choix.

    Ce qui est indispensable pour se préparer à l'enseignement supérieur, où les étudiants sont livrés à eux-mêmes.



    : Le ministre propose trois d'heures d'accompagnement obligatoires, par petits groupes d'élèves. La PEEP y est-elle favorable ?


    Valerie Marty : Nous pensons que c'est une bonne idée.

    En petit groupe, professeurs et élèves apprendraient à mieux se connaître, à dialoguer, à susciter le travail en équipe. Et en cernant mieux les capacités des élèves, les enseignants seraient plus à même de les orienter.


    : La grogne se cristallise sur les suppressions de postes. N'avez-vous pas l'impression que sans ces suppressions, l'essentiel de la réforme pourrait passer ?




    Valerie Marty : Ceux qui manifestent ont pris les suppressions de postes comme prétexte.

    L'année dernière, il y a eu 11.200 suppressions de postes, qui se sont faites proportionnellement à la démographie lycéenne.

    Et cette année, tous les élèves ont quand même eu un prof en face d'eux à la rentrée.

    Il ne faut pas exagérer, il n'y a pas 40 élèves par classe.

    La moyenne se situe autour de 35, souvent moins. Mais si on réduisait le nombre d'élèves à 30, est-ce que ça changerait quelque chose à la qualité de l'enseignement ?

    Je ne le crois pas. Les profs sont qualifiés, ce sont les filières qui ne sont plus adaptées.



    : Y a-t-il eu un manque de concertation avec le corps enseignant ?



    Valerie Marty :

    Les associations de parents, d'élèves et les professeurs ont été consultés. Mais tous séparément.

    Il n'y a pas eu de dialogue commun.

    Il faudrait qu'on se réunisse tous autour d'une table, pour entendre les arguments des uns et des autres.

    Il est toujours intéressant d'avoir tous les points de vue et ça permettrait d'expliquer aux lycéens en quoi cette réforme est importante.

    Mais ça n'a pas été fait...

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Il y a des arguments qui tiennent la route.

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 12/10/2010, 20h42
  2. Réforme pacte stabilité
    Par ronin dans le forum Actions
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/03/2005, 08h54
  3. Nouvelle réforme de la sécu
    Par effer dans le forum Xenia
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/05/2004, 00h44

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •