13 décembre 2009
La taxation des bonus de la City est-elle une comédie et piégerait-elle Paris?
Avant de se lancer dans un élan de solidarité anti-bonus, la France aurait peut être pu utilement jeter un coup d’œil sur les conditions de la taxation tres médiatique des bonus anglais. Cet accord improvise en trente minutes à Bruxelles : on se rappellera que la visite du Président Sarkozy à Londres a été annulée pour ne pas risquer une réception peu amicale suite a ses déclarations contre la finance britannique. Avec les britanniques il vaut mieux lire ce qu’ils appellent les “fine prints”, a savoir les details du document.




L’annonce de cette taxation des bonus au-dessus de £40.000 ne vise que la période du 9 décembre 2009 au 5 avril 2010.




J’ai décidé de ne pas entrer dans les détails des moyens d’éviter cette taxe: ce n’est pas mon rôle ou mon propos.



Mais il y a ici une disposition qui assure que les bonus 2009 qui n’ont pas été payés avant le 9 décembre peuvent simplement attendre le 6 avril 2010.



Comme il est signalée qu’il s’agit d’une taxation unique, elle ne sera pas renouvelée âpres le 5 avril 2010.



Les banquiers de la City ne toucheront leur bonus qu’en avril, au lieu de février-mars comme ils en ont l’habitude.

Quel drame !!!




Il s’agit donc d’une mesure aussi spectaculaire que vide :


on croirait à une comédie s’il n’était évident que les banques britanniques ne se sentent pas concernées, pas plus que les banques françaises.


Il n’y a aucune prise de position de leur part et ce silence tonitruant me
donne l’impression que les banques sont peut-être satisfaites d’une
opération politique de relations publiques qui ne touchent pas leurs bénéfices.


On est en periode electorale outre-Manche.





En dehors de Paris et Londres, on notera que les Allemands n’emboitent pas le pas :



Angela Merkel (dont on oublie parfois que sa coalition est passe du centre gauche au centre droit) est toujours aussi habile.



Elle a qualifie la mesure de « très charmante » et soutenu la démarche de ses collègues en proposant de rechercher un accord (totalement
impossible ndlr) au sein du Fonds Monétaire International.



Le Président de la Deutsche Bank précise que ceci sera favorable à la place de Francfort. ?


La lettre de Gordon Brown à la Commission Européenne demandant la généralisation de cette taxe ne sera suivie d’aucun effet.




Quant aux Etats-Unis, ils n’ont pas l’intention de taxer en 2009, et ont entame un processus tres élaboré de modération des bonus pour les entreprises financières que le Gouvernement Federal.




Ils ont déjà agi dans cette direction de manière musclée.



Mais avec les remboursements récents des avances du Trésor américain, de moins en moins de banques sont concernées :



la semaine dernière Bank of America Merrill Lynch ont annonce le
remboursement de $ 45 milliards avances par le Gouvernement américain.



Wall Street se frotte les mains !!!




La perfide Albion et son immonde City auraient-elles piégé Paris ? Of course not…