Wall Street : 364 jour après, un flash krach sur commodities.


Toutes les bulles, même alimentées par l'argent fictif de la FED, finissent un jour par éclater.


Cette séance de bourse se solde par une consolidation assez peu spectaculaire de Wall Street... mais ce n'est pas cela que les opérateurs retiendront de ce 5 mai.


A pratiquement un an de distance jour pour jour, un 'flash krach' a dévasté -non pas les indices boursier US- mais le secteur des matières premières, avec un plongeon de -10% du baril de pétrole (jusque vers 98,3$ sur le NYMEX) et de -13% de l'argent métal (soit un véritable krach de -30% en 4 séances entre 49 et 34,5$).



Des bataillons de spéculateurs se sont fait 'déchirer' comme jamais depuis 30 ans, et d'autant plus violemment que le montant des 'deposit' a été relevé par 2 fois en 4 jours sur l'argent sur le CME (Chicago Mercantile Exchange).


L'indices matières premières subit l'une des plus lourdes correction de la décennie en une seule séance: jusqu'à -5% (-4,9% au final).


Les 'effets de levier' ont eu des effets dévastateurs ce jeudi: le 'de-leveraging' s'est traduit par du 'panic selling' de la part d'opérateurs trop exposés... ce qui a fini par contaminer Wall Street en fin de séance avec un Dow Jones qui a perdu jusqu'à -200Pts (dont -120Pts en une demi-heure un peu après 20H45) avant de limiter la casse au cours du dernier quart d'heure.