"Si Michael Moore a reçu la Palme d'or pour son documentaire Fahrenheit 9/11, cela ne s'est pas fait sans quelques contestations.

En effet, ce documentaire politique, véritable diatribe anti-bush, a semblé trop simpliste pour certains, voire souvent trop approximatif."






"Réalisateur iranien, Jafar Panahi n'a pas pu être présent lors de la dernière édition du Festival de Cannes en 2010.

Et pour cause, ce dernier est en prison. Son seul crime, ne pas soutenir l'actuel régime de l'Iran.

En 2010, il devait alors faire partie des membres du jury. Sa chaise est restée vide pendant toute la cérémonie d'ouverture et de clôture en guise de soutien. "






"Présenté hors compétition lors du Festival de Cannes de 1988, le film de Luc Besson,


Le Grand Bleu a été sifflé lors de sa présentation par les journalistes alors présents.

Cela n'a pas empêché le film par la suite d'obtenir le succès qu'on lui connait."





Curieux dans cette société bien pensante, se disant tolérante, comme une histoire d'hommes désireux de vivre différemment puisse déranger....





"Le Festival de Cannes n'a malheureusement pas été seulement marqué par la ferveur cinématographique.

En 1975, une bombe explose dans le Palais du festival. L'attentat est revendiqué par le Comité de lutte populaire contre la perversion du peuple.

Heureusement, la bombe ne cause que des dégâts matériels."


Personnellement, la cause est bonne, mais les moyens....



" La police a pensé que Matthieu Kassovitz, réalisateur, allait donner une mauvaise image de leur métier, dans le film La Haine.

Résultat, au moment de la montée des marches, les policiers présents ont décidé de tourner le dos au jeune réalisateur pour lui signifier le fond de leur pensée. "


A sens unique il est vrai... A la limite de la caricature le policier "assassin.







"Le film Antichrist, sorti en 2009, fait partie de ces films particulièrement dérangeant qui ont choqué les journalistes et jury du Festival de Cannes.

Le film est sifflé, hué, pendant toute sa projection, tant les scènes d'horreur et de porno gore dérangent le public de festivaliers. "






" Maurice Pialat a reçu la Palme d'or pour son film Sous le soleil de Satan en 1987.

Mais ce choix du jury n'a pas été du goût du public de festivaliers présents.

Qu'importe, Maurice Pialat leur a dit le fond de sa pensée : « Sachez que si vous ne m'aimez pas, je ne vous aime pas non plus ! ». "

Bravo Maurice.