Vous souhaitez vous documenter sur certaines thèmes relatifs à la bourse, n'hésitez pas à consulter notre espace dédié à la formation : "comprendre la bourse"
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2
  1. #1
    Senior Member Jedi Trader
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 167

    et si on riait.... encore un peu

    Bonjour amis Boursosmiliens

    Je ne viens plus beaucoup sur le site en ce moment,mais j'avais envie de partager cette page avec vous!
    Page que je trouve très belle.Et si ça peut remonter le moral à ceux qui en ont besoin,he bien c'est encore mieux.

    Et si on riait... encore un peu! (Le blogue de Martin Winckler (Marc Zaffran, M.D.)) - PasseportSanté.net par défaut

    1 août 2011
    Et si on riait... encore un peu!

    La santé, c’est important, mais ce n’est pas tout dans la vie.
    Parfois, il faut savoir se mettre en vacances. Ne plus penser à son corps et à ses misères.
    Je sais, c’est facile à dire, c’est moins facile à faire quand on souffre ou quand on est handicapé.
    Pourtant, penser à autre chose a un effet bénéfique : rire, par exemple, élève le seuil de la douleur (c’est vérifié) et stimule (pense-t-on) l’immunité. Il y a d’ailleurs toute une page de PasseportSanté.net qui est dédiée au rire : www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=rire_th
    Je vous la recommande.
    « Oui, mais je n’ai pas envie de rire, en ce moment », me direz-vous. Précisément. On ne rit pas parce qu’on en a « envie », on rit parce que quelque chose nous fait rire. Par conséquent, pour rire, il est nécessaire de s’exposer volontairement à des choses qui nous font rire. Pas nécessairement des choses gaies, mais des choses drôles.
    Quelques moyens simples
    Si vous avez un ordinateur (et vous en avez un puisque vous lisez ceci), vous pouvez chercher des sites de blagues en ligne. Vous pouvez même choisir le type de blagues (et vous n’êtes pas obligé de dire à personne que vous aimez les blagues politiquement incorrectes, après tout ça ne regarde que vous).
    Si vous aimez la lecture, vous pouvez aussi lire des romans, des essais ou des bandes dessinées drôles. J’ai une faiblesse particulière pour la Correspondance de Groucho Marx, qui m’a toujours arraché des larmes de rire. Mais aussi pour l’oeuvre du dessinateur Marcel Gotlib (Les Dingodossiers, La Rubrique à brac) et bien sûr Le Petit Nicolas de Sempé et Goscinny.
    Si vous aimez les téléséries, ce n’est pas le choix qui manque. Vous voulez rire des travers de la vie de couple et de la vie de famille? Tout le monde aime Raymond vous ravira. Il y en a près de 200 épisodes, vous avez de quoi tenir tout l’été. Vous voulez rire de l’hôpital et de la maladie? Regardez donc Scrubs, la chronique d’un petit groupe de résidents et des patients dont ils s’occupent. Vous aimez les dialogues croustillants, les personnages bizarres et vous avez l’humeur vraiment sombre ? Minuit le soir est fait pour vous.
    Et puis, bien sûr, il y a les films. La généralisation de la vidéo et du DVD sont, à mon humble avis, un vrai miracle : ils libèrent de la dépendance à la télévision. Plus besoin de pitonner pour chercher un programme. Si vous avez un vidéoclub pas trop loin vous pouvez aller y emprunter des films qui ont fait rire des générations de personnes avant vous.
    Le journaliste Norman Cousins fut un pionnier dans l’auto-administration de films humoristiques à visée thérapeutique. Il avait choisi, si je me souviens bien, de regarder des films muets burlesques : Charlie Chaplin, Buster Keaton, Harold Lloyd, Max Linder et, bien sûr, les Marx Brothers – pour soigner sa spondylarthrite ankylosante. Il a, sinon guéri, du moins bénéficié d’une grande amélioration de son état. Et il a surmonté sa maladie. Ses maladies (il en avait plusieurs).
    Personne ne peut jurer qu’on guérit par le rire, bien sûr, mais ce qui a été démontré, c’est que la douleur, la fatigue et la dépression sont accentuées par l’isolement, le repli sur soi et le fait de tourner en rond. Lire des romans comiques ou des bandes dessinées d’humour ou regarder des comédies a un autre avantage important : il permet de sortir de soi, de « tuer » le temps (qui est beaucoup plus long quand on s’ennuie) et de stimuler sa pensée.
    Et puis, rire a un autre grand avantage, une autre grande vertu : le rire rapproche. Si vous avez déjà écouté une comédie dans un théâtre tonitruant de rire, ou si vous avez déjà vu vos amis pleurer de rire à la même blague, autour d’une table, vous savez ce que je veux dire. Ça a certainement des vertus thérapeutiques. En tout cas, ça fait chaud au coeur.
    Ma mère avait un rire explosif. Très féminin, mais contagieux. Et quand elle se mettait à rire, il n’y avait plus moyen de l’arrêter, et elle riait de plus en plus fort, au point de finir presque par s’étouffer – ce qui la faisait rire encore plus, et pleurer aussi. Et parfois, quand je me mets à rire, j’ai le sentiment que son rire fait écho au mien. Elle a ri beaucoup, jusqu’à la fin de sa vie, alors qu’elle était très malade. Je lui apportais des films de sa jeunesse, qu’on commençait alors à rééditer en cassettes VHS. Ça lui faisait du bien de rire, et ça m’en faisait de l’entendre.
    Comme elle, j’ai toujours aimé les screwball comedies avec Cary Grant ou Rock Hudson (Tiens, j’y pense : avez-vous loué Le sport favori de l’homme, dont je parlais dans mon billet de novembre 2009 ? Non? Vous devriez…), et les comédies burlesques des Marx Brothers et de Buster Keaton. Il y a pas longtemps, j’ai revu Le Cameraman avec mes enfants. Quand je riais, et quand je les entendais rire, j’avais le sentiment que ma mère, elle aussi, était là, et riait.
    Carpe Diem (Le Cercle des poètes disparus)

  2. #2
    Senior Member Jedi Trader Avatar de ronin
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    5 682
    Merci Effer.

    Il y a du travail et la tache s'annonce ardue. En ces heures troubles rire va devenir rare, un luxe.

    Il faudra d'ailleurs songer à taxer le rire pour colmater une des nombreuses brèches de nos finances exsangues...

    Effer vient plus souvent...

    "C'était un vrai spéculateur. Un penseur avec une vision d'artiste et le courage d'un guerrier ".


    J. Livermore

Discussions similaires

  1. Encore des bonus...
    Par ronin dans le forum Xenia
    Réponses: 2
    Dernier message: 27/03/2009, 13h53
  2. Alcatel : et ça continue encore et encore ...
    Par Tunta dans le forum Analyse Technique
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/02/2005, 10h09
  3. ENCORE UN TROU
    Par esope dans le forum Dérivés
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/11/2004, 09h27
  4. Encore un trouuuu ???!!!!
    Par poisonou dans le forum Dérivés
    Réponses: 27
    Dernier message: 15/11/2004, 11h01
  5. Anniversaire encore
    Par nemo dans le forum Xenia
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/05/2003, 14h03

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •