Initiative sur la BNS : Les Suisses peuvent-ils changer le destin de l’or ?


Les traders de l'or ont leurs yeux rivés sur la Suisse avec le vote populaire sur les réserves d'or de la Banque nationale suisse (BNS) prévu ce dimanche 30 novembre.


L'approche de cet événement important sur l'once d'or, le premier réflexe des investisseurs particuliers est de penser que le métal jaune s'envolera avec un vote en faveur d'une augmentation des réserves d'or de la BNS. En effet, malgré la baisse du prix de l'or ces trois dernières années, la majorité des particuliers reste très optimiste sur le marché et achète le physique alors que les grandes banques maintiennent des prévisions baissières compte tenu des faibles perspectives d'inflation dans l'économie mondiale.


Personnellement, j'ai tendance à croire que l'initiative "Sauver l'or de la Suisse" aura le même effet sur l'or que celui sur la livre sterling à l'issue du référendum sur l'indépendance de l'Ecosse en septembre. Cet événement peut effectivement entraîner une augmentation de la volatilité sur le court terme, mais il n'est pas certain que cela change durablement la tendance du marché de l'or.





Initiative "Sauvez l'or de la Suisse"


Les objectifs de cette initiative sont les suivants :
- Obliger la BNS de cesser de vendre son or
- Rapatrier toutes les réserves d'or détenues à l'étranger
- Etablir un ratio minimum de 20 % des réserves d'or au sein de l'actif total de la BNS



Les chiffres clés à savoir


La BNS détient approximativement 1.040 tonnes d'or valorisées à 39,38 millions de francs suisses (CHF) d'après les derniers chiffres de son bilan publiées en août. Ceci représente 7,5 % de ses actifs totaux en comparaison avec 90 % pour les réserves de devises.







Si les Suisses obligent la BNS à apporter la part de ses actifs détenus en or à 20 %, on arrive à établir que la banque centrale aurait à acheter à peu près 1.650 tonnes d'or sur les cinq prochaines années. Ceci représente une augmentation d'environ 60 %. D'autres estimations établissent une demande potentielle moins élevée à 1.500 tonnes d'or.


Tous ces chiffres sont résumés dans le tableau ci-dessous :



Source : BNS, calculs par DailyFX




Demande & production mondiale de l'or


D'après le Conseil mondial de l'or (CMO), le montant d'or extrait des mines s'élève à 3.115 tonnes entre septembre 2013 et la fin du troisième trimestre de cette année. Comme le montre le graphique ci-dessous, la part de l'offre globale expliquée par la production des mines est en progression depuis la fin de 2011 alors que le prix de l'or est de 36 % en dessous de ses sommets historiques.







On pourrait passer du temps à revoir toutes les tendances dans le secteur minier, mais ce qui importe ici, c'est de constater que la demande potentielle de la BNS avec un vote "oui" pour l'augmentation de ses réserves d'or représenterait à peu près 53 % de la production annuelle des mines.


Compte tenu de la rigidité de l'offre sur le marché, une telle augmentation du besoin de provisionnement en or à la BNS représenterait effectivement un choc externe sur la demande mondiale qui serait capable de soutenir le cours de l'or.
Mais attention tout de même, on parle d'environ 1.650 tonnes d'or sur 5 ans. Si l'on fait l'hypothèse que la BNS achète à peu près le même montant d'or chaque année pour mener une politique de renforcement de ses réserves d'or, cela donne plutôt 10 % de la production annuelle des mines et 7 % de l'offre globale.


La demande globale pour l'or s'est élevée à 3.756,1 tonnes en 2013 en comparaison avec 4.415,8 tonnes en 2012 et 4.582,3 tonnes en 2011. C'est surtout la demande des investisseurs pour des barres et pièces d'or ainsi que des placements via les Exchange-Traded Funds (ETFs) qui s'est effondrée ces dernières années. Quant aux banques centrales, elles sont nettes acheteuses de l'or depuis 2010.


1.650 tonnes sur 5 ans, c'est environ 8 % de la demande totale sur les vingt derniers trimestres. Un vote en faveur d'une augmentation des réserves d'or à la BNS aiderait donc à pallier une partie la baisse de la demande des investisseurs. Quant à un arrêt de la baisse du prix de l'or, il faudrait justement que les marchés financiers renouent leur appétit pour le métal jaune. Ceci est pour le moment difficile d'envisager sachant que la demande est impactée négativement par la baisse des anticipations en matière d'inflation depuis 2013.








Le reste de notre article ici : http://www.dailyfx.com/actualite_for...in-de-lor.html




Par Adrian Raymond, Analyste de Marché pour DailyFX.fr


ORIGINAL SOURCE